Femina Logo

coups de cœurs

Thrillers et polars: Les séries à ne pas manquer en novembre 2021

2021 Why women kill saison 2 SE02 EP07 410704

Les héros de Why Women kill (à gauche, Allison Tolman repérée dans Fargo) saison 2? Parfaitement et délicieusement immoraux!

© Paramount

Why Women kill, saison 2

Vous aimiez Desperate Housewives? Vous adorerez la saison 2 du nouveau petit trésor de Marc Cherry qui reprend tous les codes narratifs, visuels et musicaux de sa série fétiche - en y ajoutant une touche de kitsch vintage particulièrement délicieuse! L’intrigue? Femme au foyer banale qui s’ennuie ferme dans sa petite routine de bourgeoise de la classe moyenne, Alma Fillcot rêve d’avoir la vie de ses riches et élégantes voisines. Pour y parvenir, elle ne voit qu’un moyen: intégrer leur club de jardinage. Jusqu’où ira-t-elle pour atteindre son but? Ah ah! Mystère! Sans rien dévoiler de cette fable caustique, hilarante et joyeusement immorale, on citera tout de même Marc Cherry, qui disait récemment: «Je ne sais jamais combien de personnes je vais tuer à chaque saison, mais je suis clairement très dangereux!»

Diffusion: Actuellement sur la RTS et sur Canal+.

L’art du crime, saison 5

Prix du public de la meilleure série du Festival de Luchon 2021, cette collection lancée en 2017 mélange habilement polar et histoire de l’art. Dans cette nouvelle saison, l’historienne Florence Chassagne (Eléonore Bernheim) et le capitaine Antoine Verlay (Nicolas Gob) vont devoir résoudre des meurtres liés à Camille Claudel ou à Eugène Delacroix. Au programme: toutes sortes de rebondissements et d’imbroglios. Au résultat, une facture hyper classique. Mais comme les scénaristes ont l’art et la manière, ces intrigues sont truffées de petites piques rigolotes et de clins d'œil historico-artistiques franchement sympas.

Diffusion: Actuellement le lundi soir sur France 2.

Post Mortem - Personne ne meurt à Skarnes

Hilarant (enfin… quand on goûte l’humour noir et glaçant!), ce thriller norvégien s'articule autour de Live Hallangen - une jeune infirmière qui, après avoir été retrouvée morte-assassinée dans un champ, se réveille sur la table d'autopsie. Par quel miracle… ou malédiction? Il vous faudra regarder pour le savoir… et vous dire: bon sang, mais c’est bien sûr! Version un chouïa gore de Six Feet Under (Live est fille et soeur de croque-morts), mâtinée d’une ambiance à la Fargo, cette dramédie tristement passée inaperçue est à déguster au coin du feu… avec, peut-être, un petit Bloody Mary pour faire passer les scènes un peu trash?

Diffusion: Actuellement sur Netflix.

Cruel Summer

À ma gauche, Jeanette Turner (Chiara Aurelia), une ado un peu pataude issue de la classe moyenne et pas populaire pour deux sous. À ma droite, Kate Wallis (Claire Holt), ravissante jeune fille de bonne famille, à l’aise dans ses baskets et reine du lycée. Entre les deux, une histoire glauque et sombre de jalousie, de rivalité et de faux-semblants. Produit par Jessica Biel, ce thriller passionnant, qui se déroule sur trois étés successifs dans une petite ville du Texas, se construit petit à petit à travers les regards croisés et divergents des protagonistes. Chacune, tour à tour, donne en effet sa version des faits, livre ses souvenirs et interprétations… une manière maligne de brouiller les pistes, qui fait qu’on s’attache tantôt à l’une, tantôt à l’autre. Bref, un grand jeu de poker menteur d’où il ressort que la vérité est une notion décidément bien aléatoire…

Diffusion: Actuellement sur Prime Video.

L’improbable assassin d’Olof Palme

En 1986, le premier ministre suédois Olof Palme est tué dans la rue d’une balle dans le dos. Par qui, pourquoi? Des années durant, la police tourne en rond. Mais en 2020 (!), son meurtrier est enfin désigné: Stig Engström. Soit un petit bonhomme rance, aigri, alcoolique et improbable... mort depuis 20 ans. Mais qui était-il, quelles furent ses motivations? Basé sur des faits tristement réels, ce récit raconte comment ce graphiste avide de notoriété a réussi à passer à travers les mailles du filet et à échapper à la justice, malgré les innombrables erreurs que Stig a accumulées.

Diffusion: Actuellement sur Netflix.

Clan

Unies à la vie à la mort, les cinq sœurs Goethals feraient n’importe quoi les unes pour les autres. Et quand on dit n’importe quoi… Jeu de pistes parfaitement délirant (et désopilant), sur fond de Flandre au ciel si bas qu’un canal s’est pendu, cette pochade raconte comment se débarrasser d’un sale type - et ce n’est que le prénom! Le tout sur un ton aussi léger qu’immoral. Portée par un quintette d’actrices absolument formidables, cette série de 2012 - mais tout juste mise en ligne sur Arte TV - est tout bonnement jubilatoire. À recommander même quand on n’a pas d’envies trucidaires!

Diffusion: Actuellement sur Arte TV.

Bordertown, saison 3

En attendant la saison 4, qui devrait arriver sous peu, voici la 3, encore inédite en Suisse, de cette série aussi glaçante que les paysages de Finlande en hiver. Au programme: des crimes sordides, une atmosphère lourde et glauque, des paysages sublimes… et un inspecteur-détective, Kari Sorjonen (Ville Virtanen), à qui on a parfois envie de secouer les puces pour qu’il se mette à exprimer ses sentiments! À regarder quand on a le moral, en se rappelant que c’est dans ce pays que l’on peut admirer les plus belles des aurores boréales!

Diffusion: Actuellement sur la RTS, en français, ou sur Canal+.

Carter

Hollywood rend fou… mais on peut s’en sortir! C’est en tout cas ce qu’espère Harley Carter (Jerry O'Connell ) qui, après huit ans passés dans la peau d’un flic de série TV, s’en retourne chez lui, dans un petit bourg du fin fond du Canada. Las… les choses ne se passent pas tout à fait comme il le pensait et, de fil en aiguilles, il va devenir un véritable enquêteur. Sur le ton de la comédie, cette série ne casse certes pas trois pattes à un canard, mais se révèle plutôt divertissante… quand on a une pile de repassage à liquider.

Diffusion: Actuellement l’après-midi sur RTS Un.

Séances de rattrapage...

Strike, saison 4: Adaptation télévisuelle relativement fidèle du roman de Robert Galbraith (pseudonyme de J. K. Rowling), Strike raconte les mésaventures du détective privé Cormoran Strike (Tom Burke) et de son acolyte, la brillante Robin Ellacott (Holliday Grainger). En l’occurrence, dans cette nouvelle saison (la prochaine est attendue pour janvier 2022), les deux enquêteurs vont devoir résoudre le meurtre d’un ministre, tout en dépatouillant différentes affaires annexes (mais ne seraient-elles pas toutes liées, finalement?) et en réglant leurs petits tracas personnels. Une chose est sûre: la collection aurait dû s’intituler Robin. Car sans l’aide de cette demoiselle pleine de ressources et de perspicacité, ce bon Cormoran ne se débrouillerait pas moitié aussi bien. Comme quoi derrière chaque grand homme… De facture classique, cette série a pour elle des personnages attachants, des intrigues ficelées aux petits oignons et des messages sociaux sous-jacents particulièrement bienvenus (sur le féminisme, la tolérance, le consentement…) Il lui manque toutefois l’humour et la verve de J. K. Rowling - qu’on se dépêchera donc de (re)lire! (Canal+)

Dexter, les 8 premières saisons en attendant la neuvième: Histoire de se remettre dans le bain (de sang…) avant la sortie de Dexter New Blood, courant décembre 2021, on peut se refaire l’intégrale des huit premières saisons des heurs et malheurs du tueur en série le plus célèbre du petit écran, incarné par l’impeccable Michael C. Hall. Alors… affûtez vos couteaux et départ pour Miami, où Dexter Morgan, expert judiciaire le jour, attend la nuit pour régler leur compte à d’affreux serial-killers qui ont échappé à la justice! (Canal+)

Bosch, saison 7: Ah… Bosch… Incontournable Harry Bosch… Sortie en toute discrétion en juin dernier, l’ultime saison de la version filmique de ses aventures, basées sur les romans de Michael Connelly, est à binge-watcher de toute urgence! Le pitch? Harry Bosch (Titus Welliver) va tout mettre en œuvre pour faire arrêter le ou ou les responsable(s) d’un incendie qui a coûté la vie à une gosse de 10 ans. Connaissant l’oiseau, on se doute bien que les pressions politiques ne vont pas l’arrêter. Mais jusqu’où va-t-il aller pour arriver à ses fins? (Prime Video)

Et prochainement...

L’homme que j’ai condamné: Jugé pour le meurtre de sa voisine, Jimmy Breyer (Stanley Weber) est condamné à 15 ans de réclusion criminelle. L’affaire semble claire, nette, sans bavure. Seulement voilà… A l’issue du procès, Inès (Ophélia Kolb), une infirmière de 40 ans qui faisait partie du jury, se met à avoir des doutes: et si cet homme n’était finalement pas coupable? Pour en avoir le coeur net, elle est prête à tout. Même à faire basculer sa propre vie, à déterrer des secrets profondément enfouis. Bien qu’un peu prévisible, une série plutôt bien ficelée - idéale pour une soirée télé sans se poser trop de questions. (Sur M6 dès le 7 décembre)

Le Code: Avocat parisien très en vue, Idriss Toma (Daniel Njo Lobé), 46 ans, est victime d’une tentative de meurtre. Le choc lui ayant fait prendre conscience qu’il n’a peut-être pas toujours fait les bons choix, il décide de changer de vie. Pour le coup, il s’en retourne à Lille et s’associe à deux avocates socialement engagées. Les trois mettent alors leur talent au service de ceux que la machine judiciaire menace d’écraser. (France 2, dès le 1er décembre)

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Saskia vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E68: Comment ajouter plus de fibres à notre alimentation

Dans vos écouteurs

E67: Pourquoi sommes-nous si souvent fatigué-e-s?

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné