Femina Logo

expo & food

Bonnes adresses: et si on mangeait au musée?

Bonnes adresses: et si on mangeait au musée?

Le restaurant de la Fondation Opale, à Lens (VS), propose une jolie cuisine de saison qui met en valeur les produits du terroir valaisan.

© Sebastien Crettaz

Depuis quelques années, les lieux d’exposition se dotent de restaurants de qualité dont les plats sont parfois inspirés par les œuvres qu’ils présentent. Petit tour d’horizon de ces endroits à la fois gourmands et artistiques.

1. Le Barocco, l’art du bien-être

L’endroit est majestueux. Il marie baroque et moderne avec élégance. Dans l’une des galeries du Musée d’art et d’histoire de Genève, le restaurant offre aux visiteurs une belle halte gourmande. «Je suis au Barocco depuis une quinzaine d’années, explique le directeur, Samuel Dos Santos, qui a travaillé pour des grandes tables, telle La Colombière, à Lully (GE). Ici, nous proposons une cuisine du monde aux inspirations diverses, du tartare de loup à la japonaise aux salades de chèvre chaud. Nous mettons en avant les produits genevois, le vin du terroir et les poissons du lac. Notre pain, ainsi que nos pâtisseries, servies tout au long de la journée, sont faits maison.» C’est délicieux, frais et sans chichi. À déguster pendant les beaux jours sur une terrasse de rêve, dans le patio du musée, autour de la fontaine de l’enfant au crocodile.

Le Barocco, rue Charles-Galland 2, Genève.

2. L’Esquisse, l’art et la gastronomie

Il faut tenter l’expérience, car elle est unique. Les soirées art et gastronomie vous convient à une visite guidée de l’exposition à la Fondation de l’Hermitage – l’expo actuelle, consacrée aux impressionnistes canadiens, est de toute beauté – avant de poursuivre l’aventure avec un menu à l’Esquisse, qui s’inspire des œuvres présentées.

Départ, donc, pour une cuisine du nord avec un gravlax de saumon, un porc laqué à la sauce barbecue et une crème brûlée au caramel à l’érable. Les dimanches, c’est le contraire: brunch royal canadien en prémices, suivi d’une visite commentée de l’expo.

Le reste de la semaine, l’endroit propose de bons petits plats du marché. «Tout est cuisiné en suivant le label Fait maison, précise le patron, Serge Pro d’Hom. À mon sens, l’Esquisse, ancienne orangerie du domaine, est le premier restaurant associé à un musée. Nous allons fêter nos 20 ans et en profiter pour donner un coup de jeune à l’endroit.» Un lieu de rêve avec une très jolie terrasse pour l’été. On se croirait dans un tableau, à l’époque de Renoir.

L’Esquisse, route du Signal 2, Lausanne.

3. Le Nabi, l’art de la fusion

C’est le dernier-né des restaurants de musée. À Plateforme 10, au rez-de-chaussée du Musée cantonal des beaux-arts, le Nabi a trouvé sa place dans un cadre résolument moderne. «Le nom fait référence à ce mouvement artistique d’avant-garde dont le musée possède de très belles pièces», évoquent, en connaisseurs, le Péruvien Johans Valdivia et la Vaudoise Delphine Veillon. À ce duo issu de La Cuisine et de La Folie-Voltaire s’ajoute le chef portugais Bruno Andrade. «Nous proposons une cuisine fusion avec des produits locaux et une touche d’ailleurs, des mets péruviens revisités avec des ingrédients de chez nous», précisent-ils. La petite carte offre de jolies surprises, comme le siwichi, un omble de fontaine frais mariné au jus de citron vert. L’après-midi, douceurs et boissons maison, comme le chocolat chaud viennois, feront le bonheur de ceux qui ont visité l’exposition Vienne 1900.

Le Nabi, rue de la Gare 16, Lausanne.

Encore plus de bonnes adresses:

L’auberge de Beaulieu

C’est dans un décor haut en couleur que l’auberge de Beaulieu, à Lausanne, a fait peau neuve, il y a une année. Voisine de la Collection de l’art brut, qui présente jusqu’au 26 avril sa quatrième biennale de l’art brut, l’auberge offre une cuisine aux saveurs d’ici et d’ailleurs avec, pour les beaux jours, une jolie terrasse sous les platanes.

L'Auberge de Beaulieu, avenue Bergières 15, Lausanne.

Café de la Fondation

À Montricher (VD), la Fondation Jan Michalski nous amène à la découverte d’un des plus beaux livres d’artistes, À toute épreuve, de Paul Eluard, illustré par Joan Miró et édité par Gérald Cramer. Après la visite, un petit tour au café s’impose. Rénové il y a peu, le lieu offre un cadre lumineux et plein de bonnes choses à déguster tout au long de la journée.

Fondation Jan Michalski, route de Chardève 2, Montricher.

Café Byron

Le château de Chillon aura aussi son escale gourmande. Après trois ans de travaux, il se dotera, dès le mois de mai, d’un pavillon cafétéria flambant neuf. Les visiteurs, dont le nombre s’élève à 400'000 par année, pourront enfin s’attarder dans ce haut lieu historique.

Château de Chillon, avenue de Chillon 21, Veytaux.

L’Opale

Avec une décoration aussi chaleureuse et colorée que l’exposition en cours sur l’art aborigène, le restaurant de la Fondation Opale, à Lens (VS), propose une jolie cuisine de saison qui met en valeur les produits du terroir valaisan, comme le soufflé au fromage d’alpage de Mondralèche.

Fondation Opale, route de Crans 1, Lens.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina