Femina Logo

news mode

Haute couture: les 50 nuances de gris de Christian Dior

Haute Couture Dior 00

Défilé Christian Dior automne-hiver 2017-2018.

© instagram dior

Devant le dôme étincelant des Invalides, le décor du défilé est inspiré d'un atlas, avec différents types de végétation et des sculptures d'animaux en bois. Une voûte céleste en forme d'étoile, réalisée par l'artiste Pietro Ruffo, surplombe le podium.

En guise de voyage, la directrice artistique propose une exploration de l'héritage Dior, en s'inspirant de modèles d'archives: le tailleur-jupe qui ouvre le défilé rappelle un modèle de 1953, à la silhouette caractéristique du New-look d'après-guerre, taille marquée et hanches arrondies.

Laine pied-de-poule, chevron de laine, cachemire prince-de-galles… les matières empruntent au vestiaire masculin, dans différentes teintes de gris, anthracite, perle, cendre, fer.

«J'ai voulu utiliser des matières vraiment anglaises, celles que Monsieur Dior utilisait», explique la créatrice italienne, qui les a toutefois retravaillées de manière à leur conférer plus de légèreté.

Cette deuxième collection haute couture (automne-hiver 2017) de Maria Grazia Chiuri, première femme à la tête de la création de la maison, a une tonalité plus «jour» que la première, présentée en janvier et inspirée par le thème du bal.

«On se souvient souvent des robes à fleur de Monsieur Dior, des robes du soir, mais c'était un couturier qui faisait beaucoup de vêtements pour la journée, des vestes, des chemisiers», souligne la directrice artistique. «A cette époque-là, la haute couture était destinée au quotidien, pas uniquement aux occasions spéciales.»

A la palette austère du vestiaire jour répondent des robes du soir aux couleurs plus claires, mais dans lesquelles le gris est toujours présent. La directrice artistique apporte sa touche raffinée avec des manteaux finement brodés comme des tapisseries médiévales. Une robe bustier au jupon de tulle est brodée de plumes recouvertes de feuilles d'or. Les femmes sont parfois coiffées de feutres masculins.

Inspirée par l'allure d'exploratrices comme la Britannique Freya Stark, Maria Grazia Chiuri a aussi prévu dans sa collection des combinaisons et pantalons. Ces femmes, «très courageuses, s'habillaient comme des hommes et parfois avec les habits traditionnels locaux», explique la créatrice.

Schiaparelli fait salon

C'est dans les salons de couture historiques de la maison, récemment agrandis, que le directeur artistique Bertrand Guyon a fait défiler une collection d'une fantaisie délicate.

Homard, soleil, cœur, morceaux de puzzle… Les symboles emblématiques de la maison viennent apporter une touche surréaliste aux délicates robes de tulle ou de mousseline, à volants ou plissées.

L'humour et le jeu sont présents dans les détails, comme des ceintures et bracelets en trompe-l’œil, ainsi que de faux ongles au bout de gants de tulle coloré.

Le directeur artistique s'est inspiré de l'entourage de la fondatrice de la maison, Elsa Schiaparelli, autour de qui «évoluait un gynécée constitué de muses et de compagnes d'artistes», une société «affranchie de tout conservatisme ou bienséance».

Iris Van Herpen entre air et mer

Adepte des matières innovantes et d'un travail entre mode, art et science, la Néerlandaise Iris Van Herpen a présenté une collection autour des thèmes de l'air et de l'eau. La trentenaire, qui fête les dix ans de sa marque, a collaboré pour l'occasion avec les artistes de «Between music», qui jouaient de la musique sous l'eau, dans des aquariums installés sur le podium.

#irisvanherpen #aeriform Behind the scenes Photography by @morgan_odonovan Underwater performance by Between Music #parisfashionweek #pfw

Une publication partagée par Iris van Herpen Official (@irisvanherpen) le

Autour d'eux évoluaient pendant ce temps des silhouettes légères et poétiques, évoquant des créatures marines, des bulles d'air ou des nuages.


A lire aussi:
Le luxe se laisse séduire par les marques sportswear
Les petits secrets de… Sophie Méchaly
Pharrell Williams incarne le sac «Gabrielle» de Chanel

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.