Femina Logo

Trend: Les brocanteuses 2.0 percent sur Instagram

Chine 2.0: les brocanteuses tendances percent sur Instagram

Pour Adeline, de Pépites & Cerisiers, adore dénicher de bonnes affaires dans d'autres cantons. «Ici, dans le canton de Vaud, les gens raffolent des dames-jeannes, ces grandes bonbonnes de verre. Je me rends souvent en Valais pour en dénicher, il y en a à foison!»

© Instagram Pépites & Cerisiers

Rebecca a toujours été passionnée de meubles anciens. «J’adore bricoler, peindre, tout est très vintage chez moi, explique la chaux-de-fonnière de 28 ans. Très souvent, on me demandait où j’avais trouvé tel ou tel objet, je relookais aussi certains meubles pour des amis. Suite à ces retours positifs, je me suis lancée sur Instagram: j’ai ouvert mon compte il y a un an.» Depuis, le quotidien de Rebecca est loin d’être de tout repos: elle jongle entre cette activité prenante et son emploi à 100% dans l’horlogerie. «Oui, mes semaines sont intenses, sourit-elle. Mais j’adore ce que je fais. Et les retours sont vraiment positifs!»

La preuve: les objets mis en ligne par la jeune femme ne restent généralement en vente que quelques dizaines de minutes à peine. «J’adore dégoter de nouvelles choses en utilisant ce réseau social, confie Flore, l’une de ses followeuses. Mais il faut vraiment mettre des alertes pour ne pas laisser filer de pépites. J’ai été frustrée à de nombreuses reprises!»

«Pourtant, je ne désespère pas: le bureau dont je rêve finira par être le mien un jour.»

De bonnes baskets... et beaucoup de temps!

Pour faire le plein de nouveautés, la jeune brocanteuse écume la Suisse. Marchés aux puces, magasins de seconde main, vide-greniers, journées des cassons… De son propre aveu, Rebecca n’a plus le temps de pratiquer beaucoup d’autres activités à côté. «C’est certain, cela m’occupe énormément. Car une fois que l’on a déniché un meuble, il faut encore l’analyser, le nettoyer, le préparer, voire le relooker. Et les parties "mise en scène" et shooting photo pour Instagram sont également chronophages.»

Difficile, dès lors, de se lancer sans être véritablement passionnée par ce domaine. «Ce n’est pas un eldorado, met en garde Adeline, la brocanteuse de Pépites & Cerisiers. Il faut beaucoup de prérequis pour rendre cela possible. L’un des plus importants? Pouvoir jouir d’un espace de stockage conséquent, car c’est dans la qualité, mais surtout de par la variété des produits proposés quotidiennement qu’on peut se distinguer.»

Québécoise d’origine, la jeune femme de 32 ans a démarré son activité en début d’année. Outre son compte Instagram, elle expose également ses trouvailles dans ses deux showrooms à Gilly (VD), une grange attenante à la maison familiale et un local situé dans la même rue. «J’aime cette idée de pouvoir proposer aux gens de chiner depuis leur canapé. Et je mets un point d’honneur à être disponible, à répondre à toutes les questions, à envoyer de nouvelles photos et vidéos si besoin. C’est très important que l’expérience client soit aussi irréprochable que possible. Ce côté humain me plait énormément.»

Les deux expertes citent également l’aspect écologique, au cœur de leur démarche. «Cela s’inscrit complètement dans l’ère du temps et donne encore plus de sens à notre activité», note Adeline. «Acheter un meuble vintage, c’est une manière de préserver des arbres, poursuit Rebecca. D’autant plus que ce mobilier est extrêmement solide, il y a tout un savoir-faire derrière. Il se prête vraiment bien à une réutilisation, une remise en valeur. Et posséder ainsi des pièces uniques, qui racontent des histoires, c’est quelque chose d’important pour de plus en plus de personnes, surtout parmi la jeune génération.»

Selon la Neuchâteloise, la tendance vintage est clairement partie pour durer et s’inscrire dans le temps. La crise que nous traversons actuellement a accéléré le mouvement: «Le confinement a vraiment fait évoluer les mentalités, analyse Rebecca. Les gens se tournent de plus en plus vers les artisans locaux et ont à cœur d’éviter le gaspillage. Réutiliser les choses et leur redonner vie a plus de sens que jamais.»

Comment aménager son intérieur avec une touche vintage?

Pour Rebecca, les meubles d’époque s’allient avec tous les styles d’aménagement: «Avoir une touche vintage dans un environnement contemporain, c’est magique! Le seul faux-pas qu’il faudrait éviter, selon moi, c’est de miser sur le total look. J’aime l’idée de mettre en valeur une pièce maîtresse, de lui donner l’espace nécessaire pour qu’elle tape dans l’œil.» Même son de cloche du côté d’Adeline, qui conseille de partir d’un élément, un meuble ou accessoire coup de cœur, et de s’en servir ensuite comme fil rouge pour élaborer le reste de sa décoration.

«Et le grand avantage, avec des objets anciens, c’est que rien ne vous empêche de les revendre si vous trouvez quelque chose de mieux par la suite», note la spécialiste.

«S’il s’agit d’une véritable pépite bien entretenue, elle ne perdra pas de sa valeur, contrairement à ce que l’on peut acheter dans un magasin d’ameublement classique. J’adore l’idée d’avoir un intérieur toujours en mouvement: moi-même, pour ma maison, il m’arrive souvent de craquer pour une nouvelle pièce chinée et de devoir me séparer d’une autre, la place n’étant malheureusement pas extensible. Il ne faut pas être trop frileux lorsqu'on se lance, on ne prend pas de grands risques, car un objet ancien de belle facture aura toujours la cote.»

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E43: Comment recharger nos batteries d'ici Noël

Octobre rose

Episode spécial Octobre rose: Un message de soutien aux patientes et à leurs proches

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina