Femina Logo

Question

On nous conseille d’agender les rapports sexuels, mais je suis réfractaire à ce qui me semble nuire à la spontanéité de notre couple. Il est vrai que nos rapports sont très espacés. Qu’en pensez-vous? Marc, 40 ans.

Réponse

Les sexologues en général constatent que dans nos vies bien remplies et dans les têtes très multitâches des femmes d’aujourd’hui, beaucoup de personnes – et couples – relèguent la sexualité au bas de la liste de choses à faire… Les galipettes en deviennent une corvée, et je ne parle même pas des rêveries érotiques qui, elles aussi, disparaissent dans un espace psychique trop survolté. Le désir autonome, c’est-à-dire propre à la personne, en pâtit.

Face à ce constat, nous suggérons en effet aux couples de bloquer des moments ou soirées régulières pour leur sensualité, afin de favoriser le désir réactif, celui qui émerge de l’interaction. Premièrement, l’idée est de retrouver une fréquence qui nourrit l’érotisme du couple. En effet, quoi de mieux pour alimenter nos fantasmes que le souvenir d’un moment chaud récent, et que l’on peut se réjouir de répéter prochainement? Plus on pratique, plus on se sent compétent, confiant, rassuré sur notre masculinité ou féminité. Cerise sur le gâteau: on se prépare une belle retraite car le corps de la femme, comme celui de l’homme, bénéficie d’une sexualité régulière. La régularité – indépendamment de la fréquence en tant que telle – est le facteur clé dans la satisfaction sexuelle des couples seniors.

Bien sûr, l’idée de programmer la sexualité dans un agenda rebute la plupart des gens. Je vous propose donc de voir ces plages horaires comme des rendez-vous dont on ne connaît pas l’issue mais que l’on va remplir de sensualité (un bain, un massage, un slow, etc.); toute la journée on va frémir, rêver, espérer, se faire des allusions ou messages coquins, préparer une tenue ou parfaire son épilation, manger léger… bref, se mettre dans les meilleures conditions pour que cette soirée nourrisse le couple. Et sur le moment, on va exercer le désir réactif en se laissant porter par les sensations, en mettant de côté les contrariétés qui pourraient nous éloigner à la longue. Pour peu que l’on se connaisse bien mutuellement, la température devrait monter, agenda ou pas!

Notre experte

Cette semaine, envoyez vos questions à Laurence Dispaux, psychologue-psychothérapeute FSP, conseillère conjugale FRTSCC, sexologue clinicienne ASPSC: laurence.dispaux@femina.ch


A lire aussi:
Cuddle Mattress: le matelas qui facilite les câlins.
Sexualité, il ne me désire plus.
Les Romandes et le sexe en 14 infographies

Podcasts

Dans vos écouteurs

E15: Comment soigner l'orthorexie, l'obsession de bien manger

En découvrant les centaines de recommandations, études et «régimes detox» dont nous bombarde la Toile, il n'est pas difficile de devenir légèrement parano, en pensant à son alimentation. Mais comment manger sainement, sans que cette envie ne vire à l'obsession ou nous dérobe toute notion de plaisir? Dans cet épisode, une diététicienne nous aide à identifier le trouble très moderne de l'orthorexie, à simplifier notre rapport à l'alimentation et surtout... à retrouver le bonheur de manger!

Dans vos écouteurs

E14: Comment chasser la déprime saisonnière

Quand le soleil décide de se coucher à l'heure du goûter, il est parfois difficile de ne pas se sentir épuisé, démoralisé, démotivé... Afin de nous aider à lutter contre les effets du manque de lumière, une psychologue et coach détaille une véritable stratégie anti-blues, en s'inspirant des pays scandinaves. Comme un petit shot de vitamine D.

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.