Femina Logo

La question

Depuis deux ans, j’ai une relation cachée avec un collègue de travail. Il est en couple, a deux enfants et ne parle pas de quitter sa conjointe. Je pense sans cesse à lui. Et quand il ne me donne pas de nouvelles, je souffre en silence. Les rapports sexuels sont géniaux, excitants et je suis accro… Dans votre expérience, les hommes quittent-ils souvent leur femme pour leur maîtresse? Qu’en pensez-vous? [Linda, 34 ans]

La réponse

Laissons de côté un instant les considérations éthiques et de bon sens (comment lui faire confiance si vous devenez sa compagne officielle?) et interrogeons-nous sur le sens de cette relation pour vous, sur les plans sexologique et psychologique. Vous évoquez une sexualité trépidante de type transgressif (en tant que maîtresse et sur le lieu de travail). Vous avez choisi, consciemment ou pas, une sexualité qui a un goût d’interdit et qui est sans doute vécue sur un mode rapide et intense. Vous renforcez ainsi en vous ce mode d’excitation (peut-être au détriment d’un mode plus sensuel et lent). Il s’agit aussi d’une sexualité empreinte d’une certaine dose de culpabilité, du fait de sa dimension cachée, et vous avez peut-être apprécié, au début, de vivre le plaisir sans implication sentimentale, sans projets, sans obligations réciproques. Tout cela révèle et consolide une certaine part de votre fonctionnement. Aviez-vous besoin de découvrir ces aspects et de les explorer?

A présent, un attachement de votre part s’est formé, vous souffrez dans la confrontation à la réalité de son couple et de sa famille. Un besoin émotionnel et relationnel est en train d’émerger. Pourquoi souffrez-vous en silence? Préférez-vous rester dans cette situation plutôt que de risquer de l’effrayer en lui parlant de vos besoins? Cette hésitation à provoquer une remise en question est-elle à l’image d’une hésitation plus globale à avancer dans votre vie?

Vous êtes à un âge charnière si la maternité fait partie de vos désirs, et au cours des deux dernières années, vous avez visiblement investi votre temps, votre énergie et vos pensées dans une relation au sein de laquelle vous n’êtes pas prioritaire. Cela correspond-il à votre manière de vous percevoir? Je vous invite à vous écouter et à clarifier vos objectifs, en étant bienveillante avec vous-même.

Notre expert

Cette semaine, envoyez vos questions à Nicolas Leuba, psychologue-psychothérapeute FSP, thérapeute de couple, spécialiste en sexologie SSS: nicolas.leuba@femina.ch


A lire aussi:
Le sexting, entre risque et tension érotique
Faire l’amour quand il fait chaud: les positions à tester
«Je n’ai plus fait l’amour depuis un an»

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.