Femina Logo

sexo

Célibataire: sextoy ou sexfriend, que choisir?

Célibataire: sextoy ou sexfriend, que choisir?
© Getty Images/Blend Images

La question

Célibataire depuis quelque temps, le sexe me manque… Vibromasseur ou sexfriend? [Karin, 36 ans]

La réponse

Votre question sous-entend une préférence pour une sexualité sans engagement émotionnel. Peut-être avez-vous besoin de vous rétablir après une blessure affective, ou souhaitez-vous simplement vous sentir vivante sexuellement pendant le temps qu’il faudra pour rencontrer «le bon»? Bravo, en tout cas, de ne pas reléguer aux oubliettes cette sphère si importante!

De quoi avez-vous besoin? S’il s’agit de soulager la tension sexuelle, le sextoy sera votre meilleur ami (et il vous suivra partout si vous le «désirez»). Profitez-en pour explorer d’autres sensations, par exemple vaginales. Par contre, gardez en tête l’élément de réalité: un(e) partenaire pourra difficilement répliquer les perceptions engendrées par la vibration, vous laissant peut-être frustrée si vous vous y habituez.

Mais le sextoy peut-il remplacer le regard et le toucher d’une personne, le sentiment d’être désirée? Le «sexfriend» vous permettra sans doute un partage sensuel «sans rien se devoir» (hormis la protection de votre santé et le respect de votre univers), mais il comporte ses «dangers». Le risque de tomber amoureuse n’étant pas le moindre. En effet, il semble compliqué pour beaucoup de femmes de dissocier sexe et émotions (tant mieux!), sans doute car s’il est bien fait il crée l’impression de proximité, de complicité, d’être unique pour l’autre… et à terme l’attachement. Soyez donc au clair sur les raisons qui vous poussent vers un «sexfriend» plutôt qu’une rencontre amoureuse, sur les «garde-fous» que vous vous imposerez et sur votre capacité de couper court quand ce sera nécessaire.

Si ce dernier remplit certains besoins, il prend aussi une place dans votre monde concret et psychique, laissant peu de possibilités à l’ouverture pour de nouvelles rencontres plus épanouissantes affectivement. Le paradoxe est que si l’on aspire à une vie sexuelle régulière ces rendez-vous auront par définition une certaine fréquence… ce qui réduit la chance de rencontrer une personne avec qui construire davantage. Vous me direz: «Mais je ne veux justement pas construire une relation.» Malheureusement ou heureusement, la plupart d’entre nous sommes faits pour aimer et être aimés!

Notre experte

Cette semaine, envoyez vos questions à Laurence Dispaux, psychologue-psychothérapeute FSP, conseillère conjugale FRTSCC, sexologue clinicienne ASPSC: laurence.dispaux@femina.ch

Sylvaine vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.