Femina Logo

psycho

Pleurer devant une série est bon pour notre santé mentale

201089b7503712088117effe39064ac3
© DR

Les mouchoirs utilisés lors de notre dernière soirée «Netflix» ne sont pas encore secs, mais il s’agirait apparemment d’une très bonne nouvelle. En effet, pleurer la mort de Matthew dans «Downton Abbey», larmoyer face au dernier acte de courage de «Hodor», ou sangloter lorsque prend fin une série que nous avons adorée (Goodbye, «Breaking Bad»), serait en réalité une habitude très saine.

Comme l’a longuement expliqué le journal «Time», dans un article publié le 23 février 2017, l’attachement émotionnel que nous ressentons souvent pour des personnages de fiction est un réflexe à la fois normal et positif pour notre mental. Ce genre de «relation» (oui Mesdames, vous avez bien une «relation» avec Derek Shepherd) sont appelées «parasociales» ou encore «unidirectionnelles», puisque l’être fictif ne sait rien de nous tandis que nous savons tout de lui.

Amitiés et ruptures fictives

D’après Jennifer Barnes, professeure assistante à l’Université d’Oklahoma, notre cerveau ne distingue pas tout à fait ces «fausses» relations des vraies. Ainsi, elle explique: «Ces amitiés véhiculent beaucoup de sentiments positifs qui se projettent dans le monde réel, tels qu’un boost de la confiance en soi, la réduction de la solitude et une augmentation du sentiment d’appartenance.»

Toutefois, lorsque ces relations s’achèvent (entendez, quand l’amour de notre vie fictive meurt, divorce ou déménage), notre réaction peut être tout aussi émotive:

«Quand vous passez une heure par semaine avec quelqu’un, le temps d’une saison télévisée entière, vous en faites une sorte d’ami. Il est donc tout à fait normal de sentir triste lorsque celui-ci souffre.»

Une catharsis moderne

Tout cela ramène chercheurs et psychologues à un concept déjà bien ancien, que vos professeurs de français ont dû vous répéter une demi-centaine de fois: il s’agit du paradoxe de la tragédie. (Tiens, ça me dit quelque chose…) En d’autres termes, même si la tristesse est un sentiment négatif que nous n’aimons pas éprouver, nous prenons un certain plaisir à contempler la tragédie fictive.

Voilà qui nous rappelle un autre concept: la «catharsis», ce fameux effet de «purification» dont parlait déjà Aristote, par lequel les spectateurs d’une pièce de théâtre se «purgent» de leurs émotions négatives en vivant celles des personnages interprétés par les acteurs.

Vous l’aurez compris: la prochaine fois qu’un petit malin voudra se moquer de nous parce que nous pleurons devant la télé, on lui répondra tout simplement que nous éprouvons une «catharsis moderne». A moins d’avoir affaire à Sheldon Cooper, cela devrait lui clouer le bec.

Le soulagement des larmes

Selon de nombreuses études, la plupart des gens se sentent soulagés et allégés après avoir pleuré. Or, en plus de concentrer nos émotions négatives réelles sur une œuvre de fiction, le professeur Barnes suggère que le fait de regarder souvent des séries télévisées nous apprend à comprendre et à prévoir les émotions des autres. (On appelle cela l’«intelligence émotionnelle», au cas où le petit malin de tout à l’heure n’aurait toujours pas rendu les armes…)

Et attendez, ce n’est pas tout: Jennifer Barnes explique également que regarder des programmes télévisés qui représentent l’émotion humaine nous rendrait à la fois plus gentils et plus altruistes. (Ecoutez Messieurs-Dames les scientifiques, nous étions déjà suffisamment addicts comme cela; à cause de tous vos excellents arguments, nous allons binge-watcher encore plus souvent!)

Quelques précautions

Avant de se ruer sur notre ordinateur portable, rappelons-nous qu’il est crucial de ressentir ces émotions dans la vie réelle, et non pas uniquement lorsqu’un personnage de série nous émeut. En effet, il arrive que certains d’entre nous en viennent à se sentir beaucoup trop bouleversés par une histoire télévisée et que leur distinction de la réalité et de la fiction soit floutée… L’essentiel est donc de préserver notre capacité à faire la part des choses.

10 séries pour se déshydrater à coup sûr

  • This is us (Notre nouveau coup de coeur)
  • Game of Thrones (Parce qu'ils meurent tous... Tous!)
  • Downton Abbey (Quelques épisodes en particulier... et vous savez certainement lesquels!)
  • Grey's Anatomy (Il y a des scènes qu'on ne leur pardonnera jamais, mais alors vraiment jamais.)
  • Vikings (Un peu pour la même raison que «Game of Thrones»)
  • Les derniers épisodes de «Friends» (Rien que d'y penser, on en a la larme à l'oeil...)
  • Les frères Scott (Dramatique à souhait.)
  • Dr Who (Certaines scènes nous ont brisé le coeur.)
  • Newport Beach (Un peu de nostalgie...)
  • Desperate Housewives (On pense bien sûr à l'épisode de l'enterrement de Mike...)

A lire aussi:
Les 11 séries TV qui vont nous rendre addicts en 2017
Séries TV: 3 nouveautés à binge-watcher
Pourquoi «This is us» nous a touchées en plein cœur

Podcasts

DANS VOS ÉCOUTEURS

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

DANS VOS ÉCOUTEURS

E5: Adopter le rythme sportif qui nous convient pour booster notre forme

Ne pas faire de sport pendant 3 semaines ou préférer trois mini-séances de 10 minutes plutôt qu'un cours complet, ce n'est PAS GRAVE: et c'est une coach qui nous le dit! (Adios, culpabilité!)

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.