Femina Logo

Développement personnel

L'avis des psychologues sur la loi de l'attraction

Ca marche vraiment la loi de lattraction lavis des psys 2 manifestation

«La première chose qui me vient en tête, c’est une citation de Carl Gustav Jung: “Jusqu’à ce que vous rendiez l’inconscient conscient, il dirigera votre vie et vous appellerez ça le destin.” Pour moi, cette idée est liée à la loi de l’attraction.» - Sarah Bezençon, psychologue FSP

© Getty Images

«C'est fou, j'étais sûre que cela se produirait, j'ai dû le manifester!»: en 2021, ce genre de phrase est devenue commune. La loi de l'attraction, petite star du développement personnel, nous enchante toujours plus, si bien que le fameux Secret de Rhonda Byrnes, publié en 2006, n'est plus si secret que ça. L'idée est simple: manifester quelque chose, c'est attirer des événements positifs au moyen de pensées positives. Il s'agit par exemple de se rendre à un examen en étant sûr-e de le réussir, afin de mettre toutes les chances de son côté, ou d'arriver au mariage de notre cousine en étant persuadé-e d'y rencontrer l'âme sœur. Sans caricaturer, la loi de l'attraction consiste simplement à attirer le positif au moyen d'énergies positives, à l'instar d'un effet boomerang, afin que l'Univers nous renvoie ce qu'on dégage.

En vérité, il s'agit d'un concept extrêmement vaste et ancien, qui trouve ses racines dans plusieurs courants philosophiques et religions, dont l'hindouisme. Au rayon développement personnel, des multitudes de livres continuent à s'emparer de la question: on peut notamment citer la nouvelle édition de 50 exercices pour pratiquer la loi de l'attraction (Ed. Eyrolles), ou encore Attirez l'abondance dans votre vie grâce à la loi de l'attraction (Ed. First) de Slavica Bogdanov. Sur Instagram, un essaim de comptes inspirants (@raise.the.vibe.tribe, @lalahdelia ou @tobemagnetic) proposent de nous aider à rehausser notre énergie, afin de manifester ce que nous souhaitons. Le célèbre auteur anglais, ancien moine hindou, Jay Shetty s'y réfère aussi souvent, notamment dans son ouvrage best-seller Penser comme un moine (Ed. Tredaniel La Maisne).

En effet, de grands penseurs actuels, comme Eckhart Tolle sur sa chaîne YouTube, abordent longuement la question, soulignant à quel point la thématique est complexe. Pour la saisir dans sa profondeur, il convient de lire, encore et encore. Mais son usage quotidien, facilement compréhensible, est désormais connu de toutes et tous. Une question demeure: la loi de l'attraction fonctionne-t-elle vraiment? Puisqu'elle semble tant aider ses adeptes, nous avons questionné plusieurs expert-e-s à ce propos.

Pas une formule magique

Aux yeux du psychologue et psychothérapeute FSP Paul Jenny, le concept s'apparente avant tout à une image: «A ma connaissance, l’idée d’une loi de l’attraction repose sur le postulat que la réalité est multiple et que notre état d’esprit va influer sur ce qui nous arrive, résume-t-il. Il s’agit d’une théorie New age qui s’inspirerait d’une loi physique, ce qui amène une sorte de légitimité associée au spectre de la science.»

En effet, le concept ne repose actuellement sur aucune preuve scientifique concrète. Or, il existe un mécanisme pouvant expliquer notre tendance à attirer les éléments sur lesquels nous nous focalisons: le psychologue FSP Julien Borloz évoque le système d’activation réticulaire: «Il s’agit d’un système cérébral qui nous permet de trouver ce qu’on cherche, dans un objectif de survie. Par exemple, lorsqu’on souhaite cueillir des chanterelles, notre œil sera attiré par tout ce qui est petit, jaune et en forme de champignon. Cela vient du fait que nous avons donné une mission précise à notre cerveau, si bien que nous serons plus vite attirés par ce que nous cherchons ou ce à quoi nous pensons.»

Voilà qui nous rappelle ces moments où un événement heureux survenu le matin nous persuadera que nous vivons «un jour de chance», portant à notre attention toutes les petites réussites qui surviendront dans la journée. Notre expert résume cette hypothèse: «Certaines personnes se diront que c'est l'univers qui leur apporte ce qu'elles souhaitent: pour ma part je l'expliquerais par ce mécanisme attentionnel qui nous fait nous focaliser davantage sur ce qu'on souhaite voir.»

© Remy Loz / Unsplash

Bien qu'il ne s'agisse pas d'une formule magique (dommage!), l'idée n'est donc pas si absurde que cela. Par ailleurs, pour Sarah Bezençon, ces fameuses pensées positives peuvent avoir de véritables répercussions sur notre quotidien: «La première chose qui me vient en tête, c’est une citation de Carl Gustav Jung, partage-t-elle: “Jusqu’à ce que vous rendiez l’inconscient conscient, il dirigera votre vie et vous appellerez ça le destin.” Pour moi, cette idée est liée à la loi de l’attraction. Par exemple, beaucoup de personnes me demandent pourquoi elles tombent toujours amoureuses du même type de partenaire, finissant par vivre les mêmes histoires. En termes de dynamique inconsciente, nous attirons des gens qui résonnent avec ce que nous portons en nous:

Ainsi, si vous avez une attitude positive par rapport aux gens, aux circonstances, cet état d’esprit attirera des conditions positives.»

On peut en tirer de bonnes habitudes

Même sans lui attribuer une puissance illimitée, la manifestation peut donc nous aider, au quotidien, dans notre manière d'aborder ou d’appréhender les choses. «En termes pragmatiques, la loi de l’attraction revient à diriger son attention vers la réussite de l’objectif que l’on se fixe, poursuit Sarah Bezençon. Cela est très reconnu dans le sport de haut niveau: de grands athlètes bénéficient notamment d’une prise en charge mentale, qui les aide à visualiser la réussite de leur coup droit, de leur sprint ou de leur dribble, en se représentant une fois l’objectif atteint.»

Paul Jenny confirme, précisant que l'idée de l'auto-suggestion positive peut avoir un effet motivant: «Je pense que le succès remporté [par les adeptes de la loi de l'attraction] repose sur l’espoir suscité par la croyance que nous pouvons avoir un impact sur les événements de notre vie. Dans une certaine mesure, la conscience d’être agent de sa propre existence est un élément qui peut renforcer la confiance et l'estime de soi.

Je pense aussi que ce succès peut être compris par le besoin fondamentalement humain de rêver et d’échapper à un certain quotidien qui peut être saturé de problèmes, ou à un certain déterminisme scientifique moderne.»

Sans oublier que le concept de la manifestation peut transformer la manière par laquelle nous envisageons les événements de notre quotidien, nous amenant à espérer le meilleur. Pour notre expert, elle est en mesure de nous apporter un état d’esprit positif, d’ouverture, de disponibilité aux événements improbables et une attitude flexible par rapport à ce qui est vécu au quotidien, autant d’éléments qui permettent une meilleure adaptabilité.

«Si pour vous rendre sur votre lieu de travail vous passez toujours par le même chemin, il se peut que votre trajet soit synonyme d’habitude, explique Paul Jenny. Prendre un autre itinéraire vous permettra de voir les choses différemment. Vous verrez des détails que vous n’aviez jamais remarqués, il se peut même que certains problèmes soient perçus autrement ou que vos réflexions changent. On peut ainsi comprendre que ces ingrédients facilitent le vécu quotidien et nous amènent à vivre plus aisément ce que nous souhaitons, non pas par un certain effet magique qui serait matériel mais par la magie de percevoir les choses autrement.»

Où la manifestation trouve-t-elle ses limites?

Malheureusement, la loi de l'attraction ne peut faire tout le travail pour nous. Certes, elle favorisera cet état d'esprit positif, confiant, énergique, reconnaissant, mais il ne peut revenir qu'à nous de se donner la possibilité d'atteindre nos objectifs. «Si vous vous rendez à un examen en pensant que vous allez réussir, vous avez certainement plus de chances de réussir, affirme Sarah Bezençon. Or, cette pensée ne fera pas tout: il vous faut également étudier, agir, donner les moyens à cette pensée positive de se réaliser.»

De son côté, Paul Jenny souligne les risques posés par des attentes irréalistes: «Cela peut conduire à de la frustration et pourrait même mener au désespoir si ce mécanisme est répété, déplore-t-il. Je vois parfois des patient-e-s qui pensent que parce qu’elles ou ils pensent autrement, postitivement, vont alors récolter les bénéfices jugés mérités. Cela ne fonctionne pas ainsi. Il ne suffit pas de penser positivement pour récolter le fruit de ses pensées, il convient aussi et surtout d’agir en adéquation avec son objectif.» Ainsi, le spécialiste conseille de se fixer des objectifs SMART, à savoir spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et définis dans le temps. «Une autre tactique est de procéder par petits pas, plutôt que de chercher à atteindre directement le but visé», précise-t-il.

© Jeffery Erhunse / Unsplash

Rappelons aussi qu'une telle perspective positive n'est pas facile à cultiver pour tout le monde! Si Sarah Bezençon applaudit cet esprit de gratitude et d'optimisme, tendant à nous rendre plus épanouis au quotidien, elle précise qu'il est souvent entravé par nos croyances limitantes. À ceux et celles qui ne parviennent pas à cultiver ce mood, l'experte donne le conseil suivant: «On peut commencer par se demander ce qui nous freine, ce qui nous pousse à croire qu’on ne va pas y arriver ou qu’on ne trouvera jamais le bon partenaire, par exemple. Il ne s’agit pas d’être heureux tous les jours, mais d’entraîner la résilience, la détermination, la confiance en notre capacité à rebondir, la force de tirer des apprentissages des événements moins heureux...

C’est un véritable processus d’apprentissage, qui passe aussi par un assainissement de ces croyances limitantes.»

La loi de l'attraction inversée

Dernier point important de cette (si vaste!) thématique: le principe de la manifestation peut-il également fonctionner dans l'autre sens, en nourrissant nos peurs ou un besoin de contrôle? Cela peut arriver lorsqu'un tempérament anxieux ou stressé nous pousse à faire tout l'inverse: dans ce genre de cas, l'on se persuade que parce qu'on aura imaginé le pire et considéré tous les scénarios négatifs possibles, on s'y sera mieux préparés, éloignant ainsi la catastrophe que nous craignons tant. Par exemple, après avoir réalisé un examen, on pensera automatiquement que celui-ci est raté, afin d'éviter les faux espoirs. «C’est une stratégie qui peut marcher, mais nous rend-elle plus épanoui-e-s? interroge Sarah Bezençon. Il convient aussi de réfléchir à notre qualité de vie: quand on vit dans la peur, on vit dans une cage, une zone de confort limitée qui nous emprisonne.»

En réponse, Sarah Bezençon décrit une manière sereine et réaliste d'adopter la loi de l'attraction dans nos vies: «Je dirais qu’il ne convient pas de manifester uniquement l’objectif, mais aussi le chemin qui peut nous y mener. Il faut réussir à composer avec le principe de réalité, se mettre en action. Mais dans ces actes qu’on pose, il faut également savoir lâcher prise, faire confiance et abandonner notre volonté de contrôle: car celle-ci est alimentée par la peur et ne suscite pas de bonnes énergies.» Alors, pour mettre toutes les chances de notre côté, on espère le meilleur, on s'en donne les moyens, tout en se disant que la manifestation ne pourra nous apporter un contrôle total. Et ça, c'est parfaitement ok.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Ellen vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E68: Comment ajouter plus de fibres à notre alimentation

Dans vos écouteurs

E67: Pourquoi sommes-nous si souvent fatigué-e-s?

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné