Femina Logo

culture

Uchronie: les nouvelles séries passionnantes qui modifient l'Histoire

Uchronie series histoire modifiee

Dans Hollywood, l'une des dernières créations Netflix, une actrice de couleur entre dans la course aux Oscars en pleine Amérique ségrégationniste, tandis que Rock Hudson assume son homosexualité au grand jour… cela bien des années avant la révolution #MeToo.

© Netflix

Et si les Alliés n’étaient pas sortis victorieux de la Seconde Guerre mondiale? Et si un antisémite avait remporté l’élection américaine contre Roosevelt en 1940? Et si les Russes avaient été les premiers à poser le pied sur la Lune? Et si une femme avait dirigé un studio de cinéma dans les années 40, à Hollywood? Et si, et si, et si… Réécrire l’Histoire (avec un grand H) en modifiant un événement du passé, cela s’appelle l’uchronie. Ces derniers mois, ce qui était un genre littéraire, au même titre que l’utopie et la dystopie (qui a inspiré un livre et une série comme La servante écarlate), est devenu le prétexte à des scénarios de séries américaines parmi les plus inventifs du moment.

Parallèle avec la réalité

Ainsi, The Man in the High Castle, adaptation du roman de Philip K. Dick, décrit une Amérique séparée en deux zones, gouvernées à l’est par l’Empire japonais, à l’ouest par le Reich nazi, après la défaite des Alliés en 1945.

Par ailleurs, The Plot against America, tiré du livre du même nom de Philip Roth, imagine la Maison-Blanche aux mains de l’aviateur Charles Lindbergh, antisémite notoire et ici vainqueur des élections contre Roosevelt.

Deux visions d’un pays miné par la xénophobie et le nationalisme qui invitent à la réflexion en pleine ère Trump.

Enfin, dans For All Mankind, créée par AppleTV +, c’est la victoire des Russes à la course aux étoiles qui pousse les ingénieurs de la NASA à accorder plus de place aux femmes dans leurs équipes.

Quant à Hollywood, une des dernières créations Netflix, elle met une femme à la tête d’un studio hollywoodien, une actrice de couleur dans la course aux Oscars en pleine Amérique ségrégationniste et dresse le portrait d’un Rock Hudson assumant son homosexualité au grand jour… cela bien des années avant la révolution #MeToo.

Pas tout à fait des fictions

Ces postulats, déroutants et perturbants pour le spectateur, se révèlent diablement intelligents. On propose d’ailleurs: «Et si Hillary Clinton était devenue la première femme présidente des Etats-Unis en 2016?» Qui se lance?

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Jennifer vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina