Femina Logo

Injonction à la maternité

Sondage: en France, 30% de femmes ne veulent pas d'enfant

Sondage: en France, 30% de femmes ne veulent pas d'enfant

«Le fait que l’infécondité volontaire ait un tel nombre d’adeptes chez les plus féministes et les plus écologistes tend à montrer que ce choix serait plutôt le fruit d’une vision construite et élaborée de la société, de la planète et des rapports de genre.» - François Kraus, directeur du pôle Politique/Actualité d'Ifop

© UNSPLASH/PRISCILLA DU PREEZ

Le tabou semble s'étioler pour de bon. Refuser d'être parent est un choix individuel - parfois encore jugé par la société - mais c'est désormais aussi une position politique. Le magazine Elle a voulu connaître l'évolution du désir d'enfant chez les Françaises. D'après l'enquête commandée à l'Ifop, et menée sur un échantillon de plus de 2000 femmes âgées de 15 ans ou plus, la maternité n'est plus forcément l'idéal de toutes. Si 98% des Françaises affirmaient vouloir être mères en 2006, 30% des femmes entre 18 et 49 ans formulent leur refus de la parentalité en 2022.

Influence des mouvements féministes et écologistes

Leurs motivations? Les nullipares souhaitant rester sans enfant se disent à 54% «très écologistes» et à 50% «très féministes». «Il est difficile de ne pas voir dans ce nombre record de childfree le signe d’un changement culturel majeur dans le rapport des Françaises à la maternité. Et le fait que l’infécondité volontaire ait un tel nombre d’adeptes chez les plus féministes et les plus écologistes tend à montrer que ce choix serait plutôt le fruit d’une vision construite et élaborée de la société, de la planète et des rapports de genre», souligne François Kraus, directeur du pôle Politique/Actualité d'Ifop.

La chute du désir d'enfant semble accompagner la dissociation croissante entre la maternité et la féminité: le rôle de mère n'est plus forcément considéré comme nécessaire au bonheur. Une opinion partagée par seulement 12% des femmes en 2000, contre 33% en 2022, comme le montre également l'enquête.

Le frein à l'épanouissement personnel est la raison principale pour laquelle les nullipares rejettent la maternité. En deuxième place du classement des motifs qui jouent un rôle déterminant dans cette décision se trouve l'envie de rester libre et sans responsabilité parentale. Et en troisième position? L'insécurité face aux risques liés au changement climatique.

«Si le non-désir d’enfant est un phénomène multi-causal, cette enquête montre que les motifs d’ordre politique (éco anxiété, féminisme, insécurité…) arrivent loin derrière des logiques beaucoup plus individualistes», commente François Kraus, dans le rapport d'enquête.

Le phénomène des ginks (pour Green Inclination No Kids, ou engagement vert, pas d'enfant) - ces femmes qui renoncent à la maternité par souci environnemental - semble de plus en plus prégnant dans nos sociétés, marquées par les grèves pour le climat, les rapports angoissants du GIEC et l'éco-anxiété.

Et en Suisse?

Aucune étude similaire récente n'existe en Suisse, à notre connaissance. D'après des chiffres de l'Office fédéral de la statistique sur les familles et les générations, menée en 2018, seules 9,7% des femmes entre 20 et 29 ans formulent le vœu de ne pas devenir mère. Ne pas avoir d'enfant n'est toutefois pas un phénomène rare dans notre pays, puisqu'il concerne 30% des femmes en possession d'un diplôme d'études supérieures (ce chiffre atteint 20% pour les femmes dont le niveau d'étude est plus bas). À noter que ces chiffres ne distinguent pas les personnes infertiles de celles qui ont fait le choix d'être childfree.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Laurène vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E87: Comment apaiser l'éco-anxiété

Dans vos écouteurs

E86: Comment mieux communiquer ses désirs, en couple

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné