Femina Logo

Réseaux sociaux

Quitter WhatsApp, c’est utile?

Quitter whats App cest utile

«Il est tout à fait pertinent de chercher d’autres choix, plus respectueux de la vie privée. Même si, pour le moment, ça ne change rien en Suisse, il est très positif que les enjeux liés à la vie privée se retrouvent sur le devant de la scène!» explique Robin Eymann de la FRC.

© Getty Images

Depuis quelques semaines, WhatsApp est abandonnée par des millions de gens qui lui préfèrent ses concurrentes, Signal et Telegram en tête. En cause, la nouvelle politique de confidentialité que cette filiale de Facebook entend imposer et qui l’autorisera, dès le mois de mai 2021, à livrer des informations sur ses utilisateurs à sa maison mère. A des fins commerciales, bien sûr. Mais qu’en est-il des autres applis? L’éclairage de Robin Eymann, expert de la Fédération romande des consommateurs.

FEMINA La Suisse n’est pas concernée par ces modifications. Pourquoi quitter WhatsApp?
Robin Eymann
Il est tout à fait pertinent de chercher d’autres choix, plus respectueux de la vie privée. Même si, pour le moment, ça ne change rien ici, il est très positif que les enjeux liés à la vie privée se retrouvent sur le devant de la scène!

Surf sur le web, cartes fidélité, etc. font aussi circuler nos données. Cette peur d’être cerné n’est-elle pas incohérente?
En matière de protection des données, il est difficile de faire tout juste et d’être totalement en dehors de solutions peu respectueuses, car elles sont souvent indispensables à la vie en société.

Par contre, on peut chercher à limiter au maximum les atteintes à la sphère privée en vérifiant régulièrement ses paramètres de confidentialité ou en refusant les cookies, par exemple.

C’est toutefois fastidieux, raison pour laquelle les lois ont été récemment changées en Suisse et dans l’Union européenne pour que la solution la plus respectueuse de la vie privée soit présentée par défaut (privacy by design and by default).

Signal, Telegram ou Threema ne vont-elles pas emboîter le pas à WhatsApp?
La question de l’utilisation des données est intrinsèquement liée au modèle d’affaires. Pour la suisse Threema, il est très clair, puisque l’application coûte 3 fr. Pour Signal, ça fonctionne par des dons via une association à but non lucratif [elle est notamment soutenue par l’un des deux créateurs de WhatsApp, qui avait quitté cette entreprise après son rachat par Facebook]. Quant à Telegram, c’est un peu moins clair [elle a été créée par deux frères russes milliardaires, Pavel et Nikolaï Durov, qui ne donnent pas de détails précis].

WhatsApp, Signal ou Threema offrent un chiffrement de bout en bout par défaut, Telegram sur volonté de l’utilisateur. Qu’est-ce que ça signifie?
En très résumé, cela permet simplement d’assurer la confidentialité de ses conversations.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Saskia vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E51: Comment renforcer notre endurance mentale

Dans vos écouteurs

E50: Être en couple, en temps de pandémie

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné