Femina Logo

Répartition des tâches

Charge mentale: les applis changent-elles la donne?

Charge mentale: les applis changent-elles la donne?

Partager les tâches domestiques entre tous les membres de la famille, un doux rêve?

© Getty Images

Juliane Monnin, cheffe web a testé Maydée

La promesse: Le but de l’appli Maydée? «Faire progresser l’égalité femmes-hommes au quotidien.» Courses, linge ou encore vaisselle, l’idée est d’y répertorier la moindre des activités ménagères du couple. Chacun crée son compte dans le but de comparer les statistiques.

Le test: Super-motivée à l’idée de tester cette application anti-charge mentale, j’ai vite déchanté. L’app en question n’est pas disponible au téléchargement, il faut donc laisser une page de navigateur ouverte sur votre ordinateur ou votre smartphone. Je n’ai pourtant pas perdu espoir. Et si ce site me permettait de splitter enfin équitablement, avec mon copain, la montagne de nos tâches ménagères? Au fil des jours, je note tout: temps passé à ranger l’appart (à glisser dans l’onglet ménage), à faire les lessives, à sortir les poubelles ou à faire, bien sûr, l’inévitable nettoyage en fin de semaine. Quel désenchantement: ma semaine se résume-t-elle au ménage?!

Autre petite déception? Ma moitié rechigne à créer son compte. Au bout de plusieurs relances à base de missiles WhatsApp et de regards froncés en fin de journée, il s’inscrit.

Et me lance: «Mais il faut noter TOUTES les minutes??!» Oui, le site demande de chronométrer précisément nos tâches (je dois avouer que, durant l’expérience, j’oublie une fois sur deux). Par exemple, on peut faire défiler le minuteur sur 40 minutes pour les courses, 30 pour faire à manger (oui, on cuisine plutôt des plats express) ou encore 20 pour la vaisselle (vous aussi vous avez impression de redevenir une femme au foyer à plein temps depuis la crise du Covid?).

Bref, deux semaines s’écoulent et je me rends compte qu’elles se ressemblent furieusement dans la gestion des tâches du couple. La vérité arithmétique s’avère sans appel. Même si je m’en doutais fortement, en jetant un œil régulièrement aux statistiques, je découvre que je fais effectivement le double des choses à la maison. La faute à mon actuel statut de télétravailleuse? Pas évident d’équilibrer les choses quand la routine rythme nos temps libres et qu’il s’avère que c’est bien moi qui en ai plus en ce moment…

Verdict: Outre la diversité des cases dans lesquelles on peut tout consigner et qui vont de l’administration à la gestion du foyer (est-ce que ça compte de rêver aux prochaines vacances d’été?) en passant par le jardinage, Maydée n’apporte pas de solution concrète pour stopper ce sentiment d’injustice dans le couple quand l’un en fait plus que l’autre. Elle offre plutôt une prise de conscience et relance le débat. Chiffres à l’appui cette fois.

Fabienne Rosset, journaliste a testé Pistache

La promesse: Faire partager les tâches domestiques à toute la famille. Enfin, surtout encourager les enfants à aider à les faire. Il y a tout un tas de missions, récurrentes ou ponctuelles, — de se laver les dents à nourrir le chat — que les parents délèguent à leur progéniture. Une fois ces tâches accomplies et validées, l’enfant reçoit des clés qui lui permettent d’accéder à des jeux sur ladite application.

Le test: Quand l’espèce de pistache qui sert de guide à l’installation de l’application me dit que mon prénom est «pistachement beau», je crains le pire. Mais je m’engage quand même dans l’aventure, si c’est, me promet-on, pour que mon fils de 7 ans participe aux tâches domestiques (ma fille en a douze, et pour elle ça fait longtemps que j’ai lâché l’affaire). Simple à utiliser, l’application propose un espace parent, dans lequel celui-ci choisit les tâches à déléguer, et un espace enfant, où ce dernier remplit les missions qui figurent dans sa to do list.

Comme je ne vois pas l’utilité de lui demander de se brosser les dents ou de préparer son cartable, car il le fait déjà, je choisis les missions suivantes: ranger sa chambre, faire son lit et mettre son linge sale dans le sac adéquat. Je peux choisir de lui personnaliser une récompense, mais je préfère le laisser gérer son planning avec la perspective de pouvoir jouer à un des jeux proposés sur l’application une fois qu’il aura gagné ses clés pour chaque mission réussie.

Il râle un peu quand il voit ses missions pour la semaine. Il range sa chambre, valide, et je reçois une notification dans mon espace parent. Du coup, il a le droit de jouer sur l’iPad dans l’application Pistache.

Quand je reçois des notifications me disant que mon fils a accompli plusieurs missions, je me méfie. Il a en effet fait ce que je lui avais demandé, mais le bougre a compris qu’il pouvait lui-même ajouter des tâches et il a choisi celles qu’il fait déjà, quitte à se laver les dents cinq fois par jour! Je flaire l’arnaque et rajoute une mission plus corsée: ranger les courses et étendre le linge. Là, il craque et me dit que de toute manière ces jeux sont nuls. En plus, sa sœur ne fait rien tout en étant sur son téléphone toute la journée. Touché.

Verdict: Les deux premiers jours, je n’ai pas dû répéter quinze fois à junior de faire ce que je lui demandais. Passé ce cap, tout s’est compliqué, car il n’était intéressé que par les récompenses, ce qui n’est pas le principe éducatif de la chose, selon moi. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est quand il m’a dit qu’il y avait des missions que même moi je ne faisais pas. A part promener le chien (on n’en a pas), je ne voyais pas. L’occasion de discuter en famille, pré-ado comprise, de la responsabilité de chacun dans la maison pour au moins ranger son propre espace.

© Getty Images

Ellen De Meester, journaliste web a testé Remember The Milk

La promesse: Cette application est dédiée aux personnes très occupées souhaitant déléguer une part de leur charge mentale à leurs appareils connectés… et partager leurs to do lists avec leurs proches. Pour ça, il suffit que chacun crée un compte et rende ses tâches visibles aux autres. Il est même possible d’envoyer une mission à quelqu’un!

Le test: Ma première impression s’est avérée très positive: non seulement l’application possède un nom original, mais encore elle porte le petit logo d’une vache! Celle-ci a d’ailleurs constitué un de mes arguments principaux, lorsqu’il s’est agi de convaincre mon copain de jouer le jeu («Mais regarde la vache, elle est trop chou!»). En créant mes to do lists, qu’il est possible d’ordonner de nombreuses manières différentes, je me sentais prête à vivre la semaine la plus organisée de ma vie. Enthousiastes, nous avons synchronisé l’appli sur nos appareils en permettant joyeusement aux engins de nous envoyer des notifications.

Le système est efficace, mais toutes ces vibrations sont rapidement devenues stressantes, même si Siri accepte volontiers d’aboyer des rappels, sur ce ton faussement cordial qu’on lui connaît!

J’étais bien moins enthousiaste d’un coup, me demandant déjà si l’application n’augmentait pas la charge mentale, plutôt que de l’alléger. J’avoue par contre que la possibilité de partager la même liste de courses est très utile! Impossible, désormais, d’oublier le dentifrice de l’un ou les céréales préférées de l’autre, lorsqu’on se rend au supermarché chacun de notre côté.

Si seulement je n’avais pas été une aussi piètre testeuse d’appli! Très habituée aux bons vieux pense-bêtes en papier que je colle absolument partout (même sur les poignées de porte, c’est un toc), j’oubliais constamment d’inscrire de nouveaux rappels dans l’app. Quant à l’option d’envoyer une tâche à l’autre, elle me mettait carrément mal à l’aise. je ne me voyais pas expédier un acerbe: «N’oublie pas les œufs!» N’est-ce pas un peu froid, limite infantilisant? Finalement, j’ai perdu tellement de temps à philosopher sur la question que j’aurais pu aller les chercher moi-même, ces fichus œufs!

Verdict: L’application est ingénieuse et plutôt agréable d’utilisation. En revanche, elle ne convient pas vraiment à mon mode de fonctionnement. Si quelqu’un oublie le lait (ou pire, les biscuits au chocolat!) je préfère que le débat ait lieu face à face, plutôt que via une app. Au fond, quand un problème d’organisation se présente, je ne pense pas qu’un algorithme, même le plus habile, saura le régler à notre place!

Muriel Chavaillaz, journaliste web a testé Tipstuff

La promesse: L’application a pour but de centraliser toutes les informations importantes pour faciliter la gestion quotidienne des tâches familiales. Agenda partagé, tableau des tâches, liste des menus et des courses, informations importantes sur tous les membres de la fratrie… Tout y est! Chacun peut avoir son propre compte et participer ainsi activement.

Le test: Après une heure passée à paramétrer l’application (et à craquer pour le package Premium, la version gratuite étant bien trop peu fournie à mon goût), mon mari et moi avons l’impression d’être super équipés pour affronter les tâches de la semaine à venir. Nous avions envisagé depuis longtemps de lister les menus simples et rapides que nous souhaitions expérimenter, afin de ne pas nous retrouver à cuisiner des pâtes trop souvent. Mais rechercher des idées puis les noter est plus fastidieux qu’il n’y paraît… De plus, la liste des courses fait doublon, car nous utilisons déjà l’appli Bring!.

Au fur à mesure des journées qui passent, je liste les choses qui me viennent à l’esprit: réfléchir aux cadeaux de Noël, anticiper certaines démarches administratives, ranger (enfin!) l’armoire de vêtements de notre petit garçon, etc. Le souci? Les listes sont présentes, bien fournies… mais rien ne bouge.

Et je me vois mal «déléguer» des tâches à mon mari, comme Tipstuff le suggère. J’aimerais qu’il prenne de lui-même l’initiative de rayer l’un ou l’autre de ses rappels (spoiler alerte: j’attends encore).

Chaque jour, je redoute d’ouvrir l’application: à chaque fois, entre 80 et 100 notifications s’affichent. Anxiogène au possible, non? Je finis finalement par attribuer lessive et rangement d’un tiroir à mon conjoint. Mais honnêtement, cette façon de faire me met mal à l’aise et est, à mon sens, plus problématique et conflictuelle qu’autre chose. D’autant plus que cela ne réduit pas la charge mentale: la tête pensante reste la même.

Verdict: Je n’ai retrouvé ni temps pour moi, ni sérénité, comme le promet Tipstuff dans sa publicité. L’application ne m’a guère facilité la vie. Mais je ne la blâme pas: j’ai l’impression que le problème est davantage ancré dans nos habitudes, notre mode de fonctionnement familial. Et qu’il est compliqué, mais absolument essentiel, de revoir notre façon de gérer le quotidien. Mais sans Tipstuff.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E56: Que faut-il manger, quand on est fatigué.e?

Dans vos écouteurs

E55: Comment reprendre le sport en douceur, après l'hiver

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné