Femina Logo

couple

On fait chambre à part, et alors?

Chambre a part couple et alors

«Niveau câlins, c’est pas mal de mettre un peu de distance, il faut être un peu plus inventifs!»

© Getty

Avant, on utilisait l’expression «faire lits séparés». Et ce sont forcément des images de personnes d’un certain âge que l’on a alors en tête, ou des couples au bord de la séparation. Désormais, on parle de sleep divorce, le divorce du sommeil. Une connotation plutôt négative, mais qui se réfère à la décision commune, dans un couple bien sous tous rapports, de passer ses nuits de manière séparée. Les raisons? Un sommeil grandement amélioré, tout bêtement. Voire une sexualité revivifiée, dans certains cas.

Le tabou est encore grand dans la société, mais des signes commencent à faire leur apparition. Le livre «Sleeping apart not falling apart», (alias «Dormir séparé, mais ne pas se séparer») aux USA, a mis le sujet sous le feu des projecteurs. La blogueuse Jennifer Adams y explique comment faire chambre à part a permis de sauver son couple.

Gare au serpent

Pauline et son mari, à Lausanne, ont fait le pas. Environ une fois par semaine, l’un des deux dort sur le canapé – à défaut d’avoir une chambre d’ami. «Après deux ans de ronflements et beaucoup de sommeil perturbé d’un côté comme de l’autre, on s’est dit «tant pis si ça donne l’image d’un vieux couple», c’était vraiment une question de santé, car nous dormions les deux très mal», résume Pauline.

Règle d’or: après une soirée un peu arrosée, faire couche séparée est une obligation. «On dort tellement mieux! Au final, c’est mon mari qui souffrait encore plus que moi, car je le réveillais à chaque fois qu’il ronflait, de rage!» Au final? Moins de disputes au quotidien.

«Et niveau câlins, c’est pas mal de mettre un peu de distance, il faut être un peu plus inventifs!»

Côté sommeil d’abord, le bénéfice à dormir chacun de son côté a fait ses preuves. «Je dirais en préambule que beaucoup de gens dorment ensemble et cela leur convient très bien, estime Raphaël Heinzer, médecin-chef du Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil, au CHUV. Mais effectivement, dans certains cas de pathologies du sommeil, l’un des deux membres du couple dérange l’autre, et faire chambre à part peut améliorer la situation.»

Parmi les principaux facteurs de perturbation, on trouve les ronflements et l’apnée du sommeil. Ou le fait que l’un des conjoints ne se couche ou ne se lève pas aux mêmes heures que l’autre, le réveillant ainsi. Et il y a encore les épisodes de parasomnie, explique Raphaël Heinzer: «Certaines personnes agissent leurs rêves, peuvent crier, taper, les conjoints peuvent alors prendre des coups, si un camion ou un serpent déboule dans le rêve de l’autre.»

Plus rares, les parasomnies d’ordre sexuel existent mais restent assez taboues. Les uns apprécient, les autres un peu moins.

Un peu de piment

«Il est vrai que certains hésitent à faire chambre séparée, car ils ont peur que ce soit un signe de mésentente au sein de leur couple, et je vois en consultation qu’ils se sentent obligés de se justifier, du genre «On dort à part mais on s’aime encore», a noté Raphaël Heinzer.

Le fait de ne plus partager automatiquement ses nuits remet souvent un peu de piment dans la vie conjugale. Pour la sexologue Laurence Dispaux, c’est une évidence: le couple se retrouve alors dans un exercice de séduction plus décidée. «On peut s’inviter mutuellement, on doit se positionner pour donner envie à l’autre. Ce sera l’occasion de jouer, de se taquiner, de prendre rendez-vous. Mais pour d’autres, ce sera peut-être la complication de trop qui enraye la dynamique.»

Ce sera l’occasion de jouer, de se taquiner, de prendre rendez-vous

La règle de base: la décision de faire chambre à part doit être prise de concert, et ne pas être subie par l’une des parties. «J’ai connu des couples qui alternaient les nuits ensemble pour la tendresse et la chaleur avec des nuits séparés pour mieux dormir», ajoute Laurence Dispaux.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Julien vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview de Noël avec Juliane et Ellen

Vous entendez nos voix au début de chaque épisode, lorsque nous vous racontons ces petites anecdotes (véridiques) de notre quotidien. Ainsi, au moment de boucler la première saison de Tout va bien, on s'est dit qu'il était temps qu'on se présente pour de vrai, qu'on vous parle de nos goûts, de nos personnalités et de nos expériences. Pour vous remercier d'être de plus en plus nombreux à nous écouter chaque semaine!

Dans vos écouteurs

E20: Gérer les tensions familiales pour une vie plus apaisée

Rendre visite à ses beaux-parents, présenter son nouveau conjoint à ses enfants, survivre à un interminable dîner familial, relancer une communication essoufflée... que de petits challenges que nous présente la vie, lorsque les tribus se réunissent. Afin de prendre un pas de recul sur ces situations et les gérer au mieux, un psychologue nous donne des clés de compréhension et des solutions. Parce qu'au fond, on l'adore, notre famille!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina