Femina Logo

On le retrouve avec…

Un journal tenu dans les années parmi les plus heureuses de son existence, entre septembre 1988 et décembre 1989. Sa femme et lui, enseignants, choisissent de passer à temps partiel, pour créer et pour… vivre. Savourer chaque instant ensemble et le temps qui s’étire, au sein du paysage de leur chère Normandie. Dans la veine de sa «Première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules» qui lui vaudra le succès près de dix ans plus tard, ce journal a le don de rendre son lecteur heureux.

«Journal d’un homme heureux» de Philippe Delerm (parution le 3 octobre 2016, Seuil).

Son smartphone

Sa photo la plus précieuse J’ai un vieux portable qui n’est pas du tout «smart»! Mais j’y ai tout de même droit à une photo: j’en ai choisi une de ma compagne, Martine, prise à Venise dont nous sommes fous.


©Getty Images

Le SMS qu’il conserve J’aime les sms: ils ne sont pas agressifs, on peut les consulter quand on veut... Mais je n’ai pas la possibilité de m’attacher à l’un d’eux: mon vieux téléphone les efface spontanément au bout d’une centaine!

Son dernier coup de fil A mon fils (Vincent Delerm).

Sa valise

Un objet incontournable Un carnet pour écrire et un livre très nourrissant.

Un livre Marcel Proust ou le journal de Paul Léautaud.

Un incident de voyage Un jour d’hiver, ma femme et moi sommes restés plus de deux heures coincés dans le train à cause de la neige. Rien de grave, sauf que chez notre fils, nous attendaient tous nos amis qu’il avait réunis à l’occasion de notre 60e anniversaire! Je frémis encore à l’idée que nous aurions pu rater la plus belle fête surprise de ma vie!

Deux fois plus pleine de quoi, au retour? De papiers, livres, magazines, posters trouvés dans les brocantes.


A lire aussi:
Virginie Efira, stupéfiante au cinéma dans le film «Victoria»
L’inspirant discours d’Emma Watson aux Nations Unies

Philippa de Roten: la nouvelle Madame Société et Culture de la RTS


Sa vie intérieure

Ce qui le ressource Etre dans mon terrier: mon bureau, dans ma maison en Normandie. C’est un capharnaüm de livres et d’images dans lequel je me sens bien comme nulle part.

Un récent petit bonheur En faisant le service de presse de mon nouveau bouquin, dans une ambiance joyeuse et amicale. Le chemin a été long avant que je publie; plus j’avance en âge et plus j’apprécie ma chance en savourant ces instants «d’écrivain reconnu».

Ce qu’il fait par amour Tout! Je fais ma vie pour celle qui est ma compagne depuis 46 ans.


©Roger Viollet/Getty Images

Sa ville

Son quartier préféré A Paris: le XVIIIe, quartier d’enfance de ma compagne. Mais mes villes préférées sont Bruges en hiver, et Venise aux beaux jours. Je ne voyage guère que là.


©Getty Images/Hemis.fr RM/Ikon Images

Le parc où il court, marche, rêve… Je fais du vélo en Normandie, mais je reste sensible à l’atmosphère du Jardin du Luxembourg, où la poussière blanche danse dans la lumière pluriséculaire du contre-jour. Longtemps j’y ai déambulé en rêvant d’être publié.

Son bistrot A Paris, j’adore sortir tôt au café d’en bas de chez moi, le Centenaire, à côté du Cirque d’Hiver, pour lire la presse. On y sert encore des cafés à 1 euro!

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.