Femina Logo

Saviez-vous qu’avec un (e) ingénieur(e) agronome, vous maximisez vos chances de roucouler sur la durée? Qu’une union avec un (e) chorégraphe a le plus de risque de s’achever sur un divorce? C’est la conclusion à laquelle plusieurs études anglo-saxonnes sont parvenues ces dernières années.

Après les chorégraphes, danseurs et danseuses, le métier le plus à risque de rupture est celui de barman. Pas très étonnant me direz-vous. Mais, très vite après, arrivent des métiers de la santé comme physiothérapeutes, infirmiers et infirmières, psychiatres et soignants à domicile, puis toutes les activités du showbiz et du sport. A l’opposé, les opticiens, les dentistes, les pasteurs et les podologues bénéficient d’une stabilité conjugale remarquable avant les champions toute catégorie, les agronomes.

Trop d’attention portée aux autres? Danger!

Si ni votre profession, ni celle de votre chéri n’apparaissent dans cette liste, les enseignements tirés par les spécialistes de la durée du mariage sont applicables à tous les domaines d’activité. Le risque de divorce numéro 1 réside dans les professions où l’on rencontre non seulement beaucoup de gens, mais où l’on se préoccupe d’eux au point de leur accorder davantage d’attention qu’à son conjoint. D’où le nombre élevé de certaines professions – mais pas toutes – de la santé. Les opticiens ou les dentistes peuvent, certes, avoir une clientèle nombreuse, mais il y a peu de risque qu’ils nouent des liens émotionnels forts avec un patient qui essaie de distinguer entre E et H ou qui gargouille quand on lui traite une carie!

Enfin, contrairement à ce que l’on pourrait penser, travailler régulièrement le week-end ou enchaîner les heures supplémentaires ne susciteraient pas davantage de divorces que des horaires réguliers.

vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.