Femina Logo

Pasta party

L’édito de Sonia Arnal: Trop la honte

Arnal Sonia Edito 19 2

Parce que si le même repas comprend des denrées moins précieuses, de la viande et des asperges, mettons, et que tu te pointes avec tes farfalle, n’est-ce pas un camouflet que tu infliges à ton hôte?

© Ludovic Andral

J’ai connu ma première honte sociale post-coronavirus. Je suis allée faire des courses, il restait des spaghetti, j’en ai pris deux paquets de 500 grammes. Pas un, deux. Le truc qui ne se fait plus du tout, tu passes pour un affreux égoïste prêt à marcher sur le ventre de familles affamées dans le seul but de constituer des réserves qui dépasseront la date de péremption toutes seules dans leur placard.

«C’est qu’il y a mon fils à la maison et il mange beaucoup», ai-je cru nécessaire de préciser à la vendeuse, histoire d’alléger un peu ma culpabilité.

Je me suis ensuite projetée dans ce qui nous reste de vie sociale. A priori, on a encore le droit de se voir à quatre, si on respecte les distances et qu’on ne se dit pas bonjour à grand renfort d’effusions physiques. Bien. Imagine, tu te fais inviter à une Pasta party, tu amènes quoi? Certainement plus du vin, ça coule à flots partout. Totalement inadéquat. Non, si tu veux montrer que tu es quelqu’un de bon goût qui respecte l’étiquette, à mon avis, tu amènes un paquet de pâtes, histoire de prouver que tu as compris la vraie valeur de l’invitation. C’est tout le système du potlatch qu’il va falloir réinventer.

Parce que si le même repas comprend des denrées moins précieuses, de la viande et des asperges, mettons, et que tu te pointes avec tes farfalle, n’est-ce pas un camouflet que tu infliges à ton hôte? Une gifle en pleine face, genre tu ne m’offres pas un repas de qualité et je t’humilie avec ma supériorité gastronomique?

La question du rouleau

Autre exemple: tu es chez tes amis pour la fameuse Pasta party, tu es pris d’une petite envie pressante. Plus question d’entrer en sifflotant dans le cabinet et d’utiliser plusieurs carrés du PQ déposé là. C’est évident, les bonnes mœurs réprouvent un tel comportement de profiteur. Il faut donc désormais se rendre aux quelques invitations qui nous restent avec son propre rouleau. Mais comme on sait, faire juste en matière de politesse est toujours beaucoup plus délicat qu’on ne le croit.

Là, par exemple, faut-il laisser en cadeau le rouleau initialement apporté pour son propre usage et pour ne pas puiser dans les réserves de notre hôte?

Ou faut-il repartir avec pour ne pas offenser l’invitant, car le laisser en don soulignerait à quel point il est démuni? Bref, je me sens perdue devant ces nouvelles bonnes manières. J’implore donc un confrère de la presse dite sérieuse de courir interviewer la baronne de Rothschild, qu’enfin on sache. Merci.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Sonia vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Avant la petite pause estivale du podcast, nous voulions vous remercier pour votre écoute et votre présence, toujours plus nombreuse! Dans cet épisode spécial, chacune d'entre nous interviewe l'autre quant à ses meilleurs souvenirs et anecdotes d'été... pour vous mettre dans l'ambiance des vacances.

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

S'il vous arrive d'angoisser à l'idée d'avoir contracté une maladie, avant de réaliser que vous vous êtes inquiétés pour rien, cet épisode est pour vous! Une psychologue nous parle de l'hypochondrie, de ses possibles causes, et nous propose des exercices destinés à l'enrayer, à raisonner notre cerveau inquiet et à interrompre les cycles de pensée anxieux. 

Avec le soutien du Groupe Mutuel

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina