Femina Logo

Job

L’édito de Sonia Arnal: J’ai juste deux secondes

Arnal Sonia Edito 19 2

Pareil avec cette idée de nettoyer le frigo: tu penses qu’en deux secondes, tu vas éponger la coulure de lait, mais deux heures plus tard tu es toujours en train de laver le bac à légumes dans lequel la carotte moisie a laissé une auréole verte.

© Ludovic Andral

«J’en ai juste pour deux secondes.» C’est le nouveau mantra autour de moi. Chaque fois que je vais quelque part, on me demande «deux secondes» de mon temps pour répondre à une question, rendre une décision ou trancher (ça c’est au travail), relire un texte, chercher un pull égaré ou comprendre une facture (ça c’est à la maison), ou encore signer une pétition, verser une obole, participer à une action (nettoyer une plage, un versant de montagne) – ça c’est dans la rue.

Et je ne suis pas la seule victime du petit truc vite fait. Tout le monde demande service ou audience en commençant par cette précaution oratoire.

Enfin, précaution oratoire… menterie, disons-le tout net. Comme vous le savez d’expérience si vous avez plus de 12 ans, dans la vraie vie, même les choses élémentaires prennent bien plus de temps que… Par exemple, si c’était si vite fait de ratisser sérieusement un parc et de le délivrer des déchets qui l’encombrent, il n’y aurait pas besoin de draguer les volontaires dans la rue. C’est typiquement une activité qui va te prendre la journée. Pareil avec cette idée de nettoyer le frigo: tu penses qu’en deux secondes, tu vas éponger la coulure de lait, mais deux heures plus tard tu es toujours en train de laver le bac à légumes dans lequel la carotte moisie a laissé une auréole verte.

Changement d'ère

En outre, il y a dévalorisation, voire mésestime. Cette formulation «juste deux secondes» implique en gros que la prestation qu’on demande est d’une évidence crasse, qu’elle ne vaut rien, en somme.

Mais moi je rétorque: si la réponse à la question est si simple, pourquoi celui qui estime qu’il ne faut que deux secondes pour la lui trouver ne se la dégote pas tout seul, mmmh?

Non parce que, à force de ne faire que des choses qui prennent deux secondes, à la fin de la journée, entre le boulot, la marmaille, les tâches administratives et le ménage, on a quand même trimé 12 heures au bas mot.

J’ai donc décidé d’agir. J’annonce ici solennellement que, désormais, j’accorde aux gens le temps qu’ils me réclament. Le prochain qui se pointe la bouche en cœur pour me demander «deux secondes» pour lui résoudre un problème, je lui dis oui. Et il n’aura pas une seconde de plus.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Sonia vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina