Femina Logo

technologie

L'édito de Sonia Arnal: Captif du labeur digital

Arnal Sonia Edito 09.02


«Quelque chose quelque part a mal tourné et maintenant, c’est nous qui sommes au service d’internet plutôt que le contraire.»

© Ludovic Andral

Vous vous souvenez de cette scène des Temps modernes, dans laquelle Charlie Chaplin est au service de la machine et finit par se faire dévorer par l’engin qui était supposé rendre la vie plus facile à l’humanité? Eh bien, on en est là.

Ça a commencé par la délégation du travail. Avant, on achetait un billet d’avion et une accorte employée de la compagnie remplissait pour nous toutes les informations nécessaires, du numéro de passeport aux particularités alimentaires à respecter pour le plateau-repas. Depuis qu’on peut acheter son billet sur internet, on remplit tout soi-même. On appelle ça le progrès. Pareil pour la déclaration de vol à son assurance, la commande de papiers officiels, acte de naissance ou extrait des poursuites. C’est nous qui faisons le boulot; les administrations et les entreprises économisent des salaires, mais on paie toujours les mêmes émoluments.

L'antithèse de la technologie

Un ami a passé récemment le palier suivant. Il vit en Valais, doit prendre un avion tôt un samedi matin et décide donc de dormir, la veille, dans un hôtel proche de l’aéroport. Il réserve sa chambre via internet, arrive, passe la nuit sur place, trouve l’endroit pas mal et décide de revenir huit jours plus tard, à son retour de vacances, puisqu’il atterrira trop tard pour prendre le dernier train. Il demande donc à la réception qu’on lui retienne une chambre pour son second passage. Ben ça va pas être possible, lui explique la réceptionniste. Pas que l’hôtel soit plein, c’est juste qu’elle n’a pas le droit. Il doit le faire lui-même. Sur internet. Elle est là, derrière le desk, mais c’est lui qui doit se connecter, retourner sur le site et faire le job. Le truc simple. Alors qu’à l’origine, les réservations en ligne étaient supposées nous simplifier la vie et nous faire gagner du temps.

Quelque chose quelque part a mal tourné et maintenant, c’est nous qui sommes au service d’internet plutôt que le contraire.

Mais tout espoir n’est pas perdu. En vacances, nous louons des skis de fond dans un centre nordique de niveau olympique. Tout est conçu pour débiter à toute allure, genre 30 paires de skis de fond à l’heure. La taylorisation de la location. Mais ça bloque au niveau de l’ordinateur et un bouchon se crée: le monsieur en bout de chaîne n’arrive pas à entrer le nom des clients ni le numéro de la paire de lattes qui leur est confiée. On finit donc par écrire chacun son nom sur un bout de papier, au stylo, l’un après l’autre. Et devinez quoi? Ça marche du tonnerre.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Sonia vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Dans vos écouteurs

E23: Comprendre notre microbiote intestinal pour mieux le soigner

S'il vous arrive de vous poser des questions sur votre digestion, cet épisode est fait pour vous. Le Professeur Gilbert Greub, Directeur de l'Institut de Microbiologie du CHUV, nous explique le fonctionnement du microbiote intestinal, corrige certaines de nos idées reçues et nous rassure sur de nombreux points. On en parle enfin, pour se sentir mieux (et éclairé) ensuite!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina