Femina Logo

zéro déchet

L'édito de Sonia Arnal: Psychanalyse du sac-poubelle

Arnal Sonia Edito 19 2

La planète, on peut contribuer à ne pas la polluer sans brandir sa poubelle, sans poser en héros du quotidien.

Le truc du moment, c’est de photographier son sac-poubelle, de le poster sur les réseaux sociaux et de se vanter de ne brandir là que le 4e, le 8e ou le je ne sais combientième de l’année. Moins tu en produis, plus ta gloire est grande, ta sainteté établie urbi et orbi. La poubelle, ou plutôt l’absence de, est désormais un trophée.

Le déchet, ou son inexistence, un signe de distinction sociale, d’appartenance à cette communauté du Bien qui sauvera la planète pendant que toi, méprisable représentant de l’axe du mal, avec ta production industrielle de détritus, soit un sac taxé par semaine minimum, tu n’aimes pas vraiment les bébés dauphins et koalas.

Limite si tu ne souhaites pas leur mort – sinon tu arrêterais d’en produire, des poubelles, n’est-ce pas?

La poubelle étendard

Jeune journaliste, on m’a collé plein d’articles sur l’éducation, la psychologie infantile, toute cette sorte de choses. Ça m’est tombé dessus un peu par hasard, un peu par intérêt personnel. De fil en aiguille, j’en suis venue à lire deux ou trois choses sur Freud ou à interroger des spécialistes qui m’en parlaient. Tout ne m’a pas convaincu. Cette idée que les filles ne se remettent jamais de ne pas avoir de pénis? Bof, pas sûre.

Et puis il y a les stades du développement de l’enfant. Je vous passe les détails et j’en viens à mon point: en partant de sa théorie du stade anal, des disciples en sont arrivés à la conclusion qu’il fallait féliciter le tout petit pour le cadeau qu’il nous livre dans son pot, érigé au rang d’œuvre d’art (pas le contenant, donc, le contenu). Pas sûre non plus.

Quel rapport, me direz-vous?

On peut réussir des choses très valables, tout seul dans son coin, sans se mettre en scène ni faire de cette réalisation, somme toute banale, un exploit que le monde entier doit applaudir des deux mains et considérer comme un accomplissement ultime.

La planète, on peut contribuer à ne pas la polluer sans brandir sa poubelle, sans poser en héros du quotidien. Le rapport, donc: transformer la gestion des déjections personnelles en instrument qui permet d’afficher sa supériorité sur le reste de l’humanité et mérite des félicitations publiques, franchement, je ne suis pas sûre.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Sonia vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E25: Vieillir en aimant son corps

Comment accepter les signes du temps qui ancrent sur notre peau chacun de nos rires, chacune de nos peines et les grands bouleversements de notre vie? Dans cet épisode, une psychologue nous aide à faire preuve de bienveillance envers nous-mêmes et à comprendre les changements qui accompagnent le passage des années. Pour s'accepter et s'aimer tels que nous sommes!

Avec le soutien du Groupe Mutuel

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina