Femina Logo

printemps en janvier

L'édito de Sonia Arnal: Ça farte ou ça grille?

Arnal Sonia Edito 19 2

En rentrant chez moi, j’ai hésité entre sortir la ponceuse pour donner un petit coup aux meubles de jardin et démarrer officiellement la saison des grillades ou farter les skis.

© Ludovic Andral

Sous des casques un peu trop grands qui leur tombent sur les yeux, dans leurs salopettes bleues et sur des patinettes instables, les tout-petits attendent de voler dans les airs tel un Simon Ammann de 110 cm en s’élançant du haut du tremplin de saut à skis; lequel culmine à un mètre du sol grand max et offre un saut qui doit mesurer 25 cm à tout casser, mais quand même, c’est haut.

Il faut rester les mains sur les genoux durant toute la descente sur le tapis pour ne pas tomber sur les fesses avant même le saut, c’est pas si simple de ne pas partir à cul, comme disaient les profs de ski de notre jeunesse. Au moment de prendre leur élan, il y a ceux qui se marrent et foncent droit en bas, et ceux qui ont les chocottes, que la foule encourage et qui finissent quand même par y aller – portés par un volontaire bien dévoué, dont je n’ose imaginer les douleurs lombaires quand ces jeux de la jeunesse seront finis. On va dire que le sourire extatique des sportifs de 5 ans compensera.

Là-bas, c’est une classe qui s’entraîne, sur une autre rampe, au pousser du bobsleigh. Ça tient plus du folklore façon «Rasta Rocket» que de la puissance et de l’efficacité des bobs à quatre suisses qui ont marqué l’histoire – mais ça rigole sûrement plus aux entraînements.

Un air de printemps

J’étais là à me promener au milieu des activités proposées aux enfants dans le cadre des JOJ 2020, dans la douce lumière de l’après-midi, quand j’ai pensé que les concepteurs de ces ateliers sportifs avaient bien fait de miser sur des surfaces synthétiques comme pistes pour initier la marmaille aux joies de la glisse.

OK, ça vous casse un peu la magie et le romantisme du flocon, la moquette, mais ça a le mérite de ne pas fondre comme neige au soleil.

Parce qu’en rentrant chez moi, j’ai hésité entre sortir la ponceuse pour donner un petit coup aux meubles de jardin et démarrer officiellement la saison des grillades ou farter les skis.

Non parce que forcément, voir ces jeunes suisses triompher en ski-alpinisme ou en slalom, c’est inspirant, ça donne envie de faire pareil le week-end. Il y a donc un élément que je ne comprends pas dans les choix des organisateurs des olympiades des ados: pourquoi ils nous ont mis les jeux d’hiver en plein printemps, quand il fait super chaud et que les montagnes sont vertes?

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Sonia vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina