Femina Logo

puissantes crinières

L'édito de Géraldine Savary: «Quand les cheveux manifestent»

Geraldine savary edito poésie ode aux alexandrins

«Nos cheveux racontent nos vies et nos envies, et aussi plein d’autres choses. Le moral en berne, et les cheveux sont ternes; l’amour électrise la peau et les cheveux crépitent au même rythme, les hormones dansent et vous voilà avec des mèches qui chutent ou au contraire qui ressuscitent..»

© ANOUSH ABRAR

On disait des rousses qu’elles jouaient avec le diable, des femmes noires qu’elles étaient mal coiffées avec leurs cheveux crépus ou tressés. On a condamné à la mort sociale les femmes aux cheveux gris, traité de camionneuses celles qui choisissaient les coupes courtes. On a tondu les femmes après les guerres, on nous a dit qu’après quarante ans, les cheveux longs, ça faisait vulgaire. Yseult cache Tristan sous l’or de ses cheveux, Marie-Antoinette en fait l’étendard de sa frivolité, l’écrivaine Colette coupe sa chevelure et annonce ainsi que le monde est en train de changer, Britney Spears rase ses mèches pour dire son désespoir… jusqu’à aujourd’hui où l’alopécie de la comédienne Jada Pinkett Smith suscite gifle et quolibets.

On peut suivre l’histoire des femmes en suivant le fil de leurs cheveux, leur place dans la société, leur envie d’émancipation.

Les injonctions restent nombreuses, qui vont des personnes afro-descendantes contraintes de lisser leurs boucles aux linceuls qui couvrent la tête des femmes afghanes.

Un rempart, un manifeste

Nos cheveux racontent nos vies et nos envies, et aussi plein d’autres choses. Le moral en berne, et les cheveux sont ternes; l’amour électrise la peau et les cheveux crépitent au même rythme, les hormones dansent et vous voilà avec des mèches qui chutent ou au contraire qui ressuscitent. Enfin, vos cheveux connaissent votre santé, ils alertent quand il y a manque de fer ou de vitamine C, quand votre alimentation est bourrée de pesticides; ils devinent même vos délits ou ceux dont vous êtes victimes, ils vous trahissent quand vous avez abusé de substances illicites.

J’ai souvent rêvé que, pendant la nuit, mes cheveux tombaient. C’est un rêve connu des cabinets des psys, qui révèle une période où l’on manque d’assurance. Comme Samson qui, envoûté par Dalila perd sa toison, je me réveillais désarmée, apeurée, sans force ni énergie. Celles et ceux qui ont à vivre cette épreuve pour de vrai le savent, Lady Gaga le chante aussi: les cheveux sont un rempart, une identité, un manifeste. À Femina, dans le numéro du 10 avril 2022, on a donc décidé de consacrer quelques pages à nos cheveux, histoire de nous brosser un peu dans le sens du poil. Parfois, ça ne fait pas de mal.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E83: Comment éviter que les écrans impactent notre humeur

Dans vos écouteurs

E82: Comment instaurer une bonne habitude?

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné