Femina Logo

Festival de Cannes

L'édito d'Alexandre Lanz: «Après l’orage, l’accalmie»

Edito alexandre lanz

«Quatre ans après #Metoo [...], elles semblaient s’être passé le mot, sans fard ni fanfare. A l’horizon, pas de ras-le-bol signifié par un doigt d’honneur ou une déclaration coup de poing. Au lieu de ça, la connivence de celles qui reviennent de loin mais ont su garder la tête haute. Devant, où derrière la caméra.»

© Anoush Abrar

A l’heure où vous lisez ces lignes, Cannes fait la grasse matinée après la nuit de clôture de son festival, le plus glamour d’entre tous les rendez-vous du cinéma international. A n’en pas douter, cette 74e édition scintillera longtemps sous l’éclat savoureux de la revanche. Après une année blanche, le Palais des Festivals revêtait enfin son iconique tapis rouge pour sublimer la montée des marches des stars. Il aura suffi d’une édition annulée pour constater à quel point ce faste nous avait manqué.

Mais venons-en à la vraie sensation de 2021: la présence triomphante des femmes, nombreuses à Cannes du 6 au 17 juillet 2021. A l’image de la chevelure spectaculaire d’Andie MacDowell au naturel sur la Croisette, les boucles s’entremêlent mais ne se bouclent jamais. Contextualisons. Quatre ans après les accusations de viol et de harcèlement sexuel à l’encontre de Harvey Weinstein et l’écho retentissant du mouvement #MeToo à partir de 2017, les femmes de l’industrie du cinéma se donnaient rendez-vous dans la ville balnéaire la plus cinématographique de la Côte d’Azur. Elles semblaient s’être passé le mot, sans fard ni fanfare.

A l’horizon, pas de ras-le-bol signifié par un doigt d’honneur ou une déclaration coup de poing. Au lieu de ça, la connivence de celles qui reviennent de loin mais ont su garder la tête haute. Devant, où derrière la caméra.

De Jodie à Jane

Nous n’oublierons pas la mine radieuse de Jodie Foster aux côtés de son épouse Alexandra Hedison, qui recevait une Palme d’or d’honneur pour l’ensemble de sa carrière sans concession, commencée dès sa plus tendre enfance à Hollywood. Nous n’oublierons pas non plus la complicité de Jane Birkin et de sa fille Charlotte Gainsbourg, venues présenter le documentaire Jane par Charlotte, réalisé par la deuxième sur la première, trop longtemps réduite à la simple condition de muse de grands hommes.

Nous oublierons encore moins le retour de Catherine Deneuve, ovationnée par une foule insatiable de son aura de star au sens littéral du terme. Enfin, nous n’oublierons pas les visages d’Isabelle Huppert, Isabelle Adjani, Sophie Marceau, Virginie Efira, Camille Cottin, Cécile de France, Helen Mirren, Tilda Swinton et toutes les autres, jeunes et moins jeunes, qui ont le mérite de nous faire rêver, rire et pleurer sur grands écrans.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Alexandre vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E63: Comment mieux vivre la ménopause

Dans vos écouteurs

E62: Comment apprendre la pleine conscience aux enfants

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné