Femina Logo

Tendance

La mode et la déco s'arrachent le PET

Mode deco pet tendance

Le PET recyclé, quand il ne peut plus être réutilisé pour fabriquer des bouteilles, retrouve une deuxième vie dans des articles de mode et de déco comme ici dans la gamme Ferm Living.

© Ferm Living

Le plastique n’a plus la cote en ces temps de microparticules, d’océans de déchets et de pailles enfoncées dans les narines de tortue. Mais le PET, lui, réussit l’exploit, en Suisse surtout, d’être plutôt un bon élève niveau recyclage. Très bon même, puisque ce taux y atteint 82% selon les données de PET recycling Suisse (PRS), soit au-delà des 75% exigés par la loi.

Mais voilà, un de ses petits problèmes, au PET, c’est qu’il ne se recycle pas à l’infini. Parce qu’il vieillit, en quelque sorte.

«Aujourd’hui, la proportion de PET recyclé dans les bouteilles suisses est de près de 50% et la tendance est à la hausse», rassure Pascal Simonetto, responsable du bureau romand de PRS.

Dernière en date, Evian vient par exemple d’annoncer que toutes ses bouteilles vendues en Suisse sont désormais produites en PET 100% recyclé. Un bon point, donc. Toujours selon Pascal Simonetto, «l’optimum écologique est de recycler le PET le plus longtemps possible dans un cycle fermé de bouteilles».

Et le rPET était né

Mais voilà, aussi précautionneusement que l’on trie nos bouteilles, vient un moment où la qualité alimentaire du PET n’est plus garantie. Et là, sa seconde vie commence. Autrefois bon à rembourrer des sièges auto, ce rPET – oui, c’est son petit nom – s’affiche désormais sans vergogne comme matière première de pas mal d’articles convoités. Il y avait les vestes polaires (notamment chez Patagonia) ou les baskets éco-responsables (chez Adidas), voici les objets déco, comme les coussins, les tapis et les chaises de la maison Ferm Living, un label de design danois. «Ils sont si jolis! Et le fait qu’ils soient en PET attise la curiosité des clients, qui ne me croient d’abord pas quand je leur dis qu’ils sont fabriqués dans cette matière», s’amuse Annabelle Dentan, patronne de la boutique Chic Cham, à Lausanne.

En avoir plein le dos

Autres objets du désir: des sacs à dos, qui cartonnent, sur les réseaux sociaux notamment, en mettant en avant leur matériau, comme Wayks ou Bellroy. Et tout ça sans parler de la maison Freitag qui, après avoir rendu ses lettres de noblesse à la bâche de camion, a commencé à faire de même avec ce fameux rPET. «Il y a une chose que les sacs en bâche de camion n’avaient jamais pu faire jusqu’ici: être souples, légers et flexibles. Désormais, la combinaison de cette bâche avec un textile en PET permet de nouvelles coupes et de nouveaux designs», explique Lena Fisler, du groupe zurichois. Seul petit hic, ce PET recyclé provient… de Thaïlande. «Mais, et nous en sommes très heureux, ça changera dès l’année prochaine. Nous avons en effet enfin trouvé un fournisseur européen qui peut produire un textile en PET recyclé selon un procédé de teinture respectueux de l’eau et dans la qualité que nous exigeons», précise Lena Fisler.

Chez SPR, on voit (évidemment) plutôt d’un bon œil cet embourgeoisement du PET, qui permet au passage de parler recyclage et de sensibiliser la population. Leïla Rolli, journaliste et créatrice du blog Envertetcontretout, se montre plus circonspecte: «Acheter des habits recyclés, même fabriqués avec du PET, n’est pas la solution idéale, car ils vont polluer à leur tour. Il vaut mieux réduire drastiquement notre consommation ou notre utilisation de PET et privilégier des alternatives, comme le verre dans ce cas précis. Imaginez si Coca-Cola repassait au verre, avec un vrai système de consigne…» Fervente militante, elle fait toutefois la différence entre les entreprises pour qui une certaine durabilité fait partie de l’ADN (comme Patagonia ou Freitag) et d’autres qui en profitent pour s’offrir une opération de greenwashing, «en proposant une collection capsule en PET pour se donner bonne conscience».

Acheter, ou pas, des objets en PET recyclé relève du goût personnel donc, mais aussi des convictions en matière de consommation et de durabilité. On continue donc à trier soigneusement ses bouteilles en PET et à les jeter dans les écopoints ad hoc. Les tortues marines (et Swiss PET Recycling) vous disent merci.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Julien vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E47: Comment renouer avec nos passions

Dans vos écouteurs

E46: Comment renforcer notre système immunitare

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina