Femina Logo

famille

«Je ne veux pas d’enfant. Et non, je ne suis pas égoïste.»

«Je ne veux pas d’enfant. Et non, je ne suis pas égoïste.»

Si Emy ne souhaite pas d'enfants, c'est avant tout une question de «ressenti personnel».

© Capture d'écran YouTube

«Le sujet paraît très personnel, mais il ne l’est finalement pas tant que ça»: ainsi commence la vidéo d’Antastesia intitulée «Pourquoi je ne veux pas d’enfants». Emy de son vrai nom a la vingtaine, est étudiante en littérature et habite Paris. Si elle a choisi d’évoquer cet aspect de sa vie, c’est parce qu’elle reçoit de nombreuses questions et commentaires sur le sujet. Lorsqu’elle l’aborde, ce dernier donne systématiquement lieu à un débat.

Un désir normal pour les hommes... problématique pour les femmes

Selon la jeune féministe, on devrait plutôt questionner les personnes qui veulent des enfants sur la raison de leur choix. Car l’état «normal» de chaque être humain est de ne pas avoir de fils ou de filles. Childfree convaincue, la position d’Emy est très claire:

Je n’ai jamais voulu avoir d’enfants, jamais de toute ma vie. Je ne me suis jamais vue en mère. Je n’ai jamais imaginé ma vie avec des enfants.

Elle décrit comme un «cauchemar» l’état dans lequel elle se trouve quand elle se projette avec une vie de famille. Lorsque l’on est un homme, ce non-désir est plutôt normal, bien accepté par la société. Par contre, quand une femme évoque ce ressenti personnel, quelque chose cloche forcément. On lui répond qu’elle devrait attendre un peu avant de se positionner si catégoriquement, que son horloge biologique va tantôt se mettre en marche, qu’elle n’a probablement pas encore rencontré la bonne personne, etc. Pour la YouTubeuse, ce sont là «les manifestations d’une pensée sexiste, patriarcale et ancestrale qui ne conçoit la femme que dans sa fonction de donner la vie».

Je trouve ça énervant, malpoli et méprisant de dire à quelqu’un qui a 25 ans: ‘t’inquiète pas, ça va changer’.

Aversion pour la maternité: et alors?

Le lien mère-enfant ne l’attire absolument pas, elle ne veut pas le connaître. Emy cite aussi les raisons idéologiques qui la confortent dans ce choix, même si elles sont loin d’être les causes principales de son aversion pour la maternité. «Je considère qu’il y a trop d’êtres humains sur Terre. La solution pour l’environnement serait donc de diminuer drastiquement le nombre d'habitants [...] De plus, je ne trouve pas que notre époque soit propice à la vie.» Elle évoque également les contraintes, les impératifs financiers, le fait de devoir faire l’impasse sur trop de désirs. Et cette envie de «faire autre chose de sa vie».

Les gens ont des enfants comme s’ils achetaient une nouvelle voiture. Et parfois j’ai même l’impression qu’ils réfléchissent plus à la nouvelle voiture, car il y a un crédit, etc.

Au 21ème siècle pourtant, la position d’Emy reste bien souvent incomprise, jugée, montrée du doigt. Ce n’est pas par égoïsme que cette vegan convaincue ne veut pas enfanter. Ni en raison de problèmes psychologiques ou d’instabilité. Certaines femmes ne veulent pas d’enfants et c’est tout: pourquoi devraient-elles encore se justifier?


A lire aussi:
Coup de gueule d'une femme sans enfants
Témoignages: heureuses sans enfants
20 phrases que les femmes sans enfants en ont marre d'entendre

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview de Noël avec Juliane et Ellen

Vous entendez nos voix au début de chaque épisode, lorsque nous vous racontons ces petites anecdotes (véridiques) de notre quotidien. Ainsi, au moment de boucler la première saison de Tout va bien, on s'est dit qu'il était temps qu'on se présente pour de vrai, qu'on vous parle de nos goûts, de nos personnalités et de nos expériences. Pour vous remercier d'être de plus en plus nombreux à nous écouter chaque semaine!

Dans vos écouteurs

E20: Gérer les tensions familiales pour une vie plus apaisée

Rendre visite à ses beaux-parents, présenter son nouveau conjoint à ses enfants, survivre à un interminable dîner familial, relancer une communication essoufflée... que de petits challenges que nous présente la vie, lorsque les tribus se réunissent. Afin de prendre un pas de recul sur ces situations et les gérer au mieux, un psychologue nous donne des clés de compréhension et des solutions. Parce qu'au fond, on l'adore, notre famille!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina