Femina Logo

Cinéma

Héroïnes: trois films à (re)voir en attendant les Oscars

Actu Oscars David Lee Netflix

Pour son jeu dans Le blues de Ma Rainey (disponible sur Netflix), qui revient sur la vie de la chanteuse de blues du même nom, la truculente Viola Davis pourrait bien décrocher une statuette.

© David Lee / Netflix

C'est une cérémonie des Oscars unique qui se tiendra le 25 avril 2021 à Los Angeles (donc dans la nuit du 25 au 26 avril, heure Suisse). Et à plus d'un titre. D'abord, parce que l'académie qui organise l'événement a décidé de jouer la carte de la cérémonie physique, malgré la pandémie. La soirée sera donc repartie sur plusieurs sites, mais en présentiel, et le tapis rouge sera de rigueur, avec toutes les contraintes sanitaires que cela signifie. Fini donc les stars qui disent merci depuis leur salon ou leur chambre d'hôtel, parfois en tenue très... loungewear. Oui, c'est le retour de la tenue de soirée obligatoire. Histoire de redonner du glamour dans une année qui en a un peu manqué.

Autre première: c'est le réalisateur Steven Soderbergh (Magic Mike, The Laundromat... ou le très visionnaire Contagion) qui sera à la production de la soirée.

«Notre plan est que cette année, les Oscars ressemblent à un film, pas à un spectacle télévisé», ont ainsi annoncé les producteurs dans un communiqué de presse.

C'est aussi au niveau des nominations que les choses changent - enfin - en 2021. D'abord, car une bonne partie des films en lice sont issus des plateformes de streaming. Impossible en effet de faire autrement en cette période de confinement et de fermetures des salles de cinéma. Mais c'est aussi la diversité des nominations qui marque cette édition. Il y a ainsi beaucoup de jeunes profils, des femmes, des personnes aux origines variées qui ont une chance véritable de décrocher l'une de ces fameuses statuettes.

De manière totalement subjective, nous avons sélectionné trois femmes, trois héroïnes qui sont aujourd'hui en lice, trois films à binge-watcher sans attendre... en attendant cette 93e cérémonie des Oscars.

Viola Davis, dans le film Le blues de Ma Rainey (sur Netflix)

Elle incarnait Aibeleen dans le long-métrage émouvant La couleur des sentiments, qui racontait la manière dont les domestiques afro-américains étaient traités dans le sud des Etats-Unis dans les années 1960. Mais c'est sa performance dans le film Fences, avec Denzel Washington, qui lui vaudra son premier Oscar. Car oui, Viola Davis est la seule comédienne afro-américaine à avoir décroché le combo Oscar-Emmy-Tony, soit une récompense pour le cinéma, pour la télévision et pour le théâtre. Fan de séries policières, sa tête vous dit quelque chose? Normal, elle est aussi Annalise Keating, l'avocate de How to get away with murder. Mais c'est son jeu dans Le blues de Ma Rainey, qui revient sur la vie de la chanteuse de blues du même nom, qui pourrait bien lui faire décrocher une nouvelle statuette.

Chloé Zhao, réalisatrice du film Nomadland

Elle est ressortissante chinoise, mais n'est pas forcément en odeur de sainteté auprès des autorités de son pays, Chloé Zhao. Née à Pékin, passée par Londres puis New York, elle a déjà décroché le Golden Globe de la meilleure réalisatrice pour son Nomadland (la deuxième femme à le faire après... Barbara Streisand!), désormais en lice aux Oscars. Un temps objet de fierté dans son pays natal, certaines de ses déclarations - «quand j'étais adolescente, le mensonge était partout», en parlant de la Chine - l'ont désormais cataloguée comme «anti-chinoise» par certains de ses compatriotes prompts à l'appel au boycott. Pas sûr, du coup, que Nomadland sorte en Chine. Et c'est bien dommage, tant ce road-trip mélancolique, qui a déjà décroché le Lion d'or à Venise, est sublime, tout autant que l'interprétation de Frances MacDormand.

Etonnant, Chloé Zhao a enchaîné sur un tout autre genre de film: Les éternels, un énième épisode de l'univers Marvel, avec notamment Salma Hayek et Angelina Jolie.

Mulan (sur Disney+)

La version en prises réelles de Mulan, plus de dix ans après la sortie du film d'animation mais qui s'en démarque sur de nombreux points, ne concourt pas dans la catégorie du meilleur long-métrage, mais est toutefois nominé pour ses effets spéciaux et pour ses costumes, et à raison. L'histoire de la jeune Mulan, qui se déguise en homme pour remplacer son père vieillissant qui aurait dû partir à la guerre, a lui connu plus ou moins le sort inverse de Nomadland. L'actrice principale, Liu Yifei, a en effet, lors des manifestations de Hong Kong en 2009, soutenu les forces de l'ordre plutôt que les manifestants pro-démocratie, entraînant l'apparition du mouvement et du hashtag #boycottMulan. Pour les fans du dessin animé de 1998, une grosse déception toutefois: le dragon Mushu - en français, l'acteur José Garcia lui prêtait sa voix - n'est pas au casting.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Julien vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E56: Que faut-il manger, quand on est fatigué.e?

Dans vos écouteurs

E55: Comment reprendre le sport en douceur, après l'hiver

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné