Femina Logo

good news

Gabon: Le Parlement choisit de dépénaliser l'homosexualité

Gabon depenalise homosexualite afrique

Si le Gabon devient ainsi l'un des premiers pays d'Afrique subsaharienne à prendre cette direction, le vote suscite de vifs débats parmi la population.

© Getty Images

À l'instar du Botswana, de l'Angola et de la République démocratique du Congo, le Gabon prend la direction d'une légalisation de l'homosexualité: le 29 juin 2020, le Parlement votait en faveur de l'abolition d'une loi, adoptée en 2019, selon laquelle les relations entre deux personnes du même sexe étaient punissables de six mois de prison, ainsi qu'une forte amende. En effet, selon le Code pénal, cela était considéré comme une «atteinte aux mœurs».

Ainsi que le rappelle le New York Times, le nombre de pays, tous continents confondus, dans lesquels l'homosexualité est aujourd'hui interdite, atteint un total de 73. Tandis que la moitié des pays d'Afrique subsaharienne pénalisent actuellement l'homosexualité, il s'agit d'un moment important pour le Gabon, dont la communauté LGBT retenait son souffle depuis plusieurs mois.

Après de longs débats mouvementés, le 24 juin 2020, les députés de l'Assemblée nationale ont fini par se prononcer en faveur de la dépénalisation, par une timide majorité de 48 voix. Le lundi 29 juin, le vote du Sénat aboutissait à un résultat semblable, par une majorité plus importante de 59 voix. C'est désormais le Président gabonais, Ali Bongo, qui devra se prononcer sur le texte.

La décision a toutefois suscité de vifs débats parmi l'opinion publique, dont une grande partie exprime son mécontentement, notamment sur les réseaux sociaux.

L'heure du changement

D'après la direction juridique de l'organisation Human Dignity Trust, citée par le New York Times, «le Gabon rejoint les Etats africains tels que les Seychelles, l'Angola, le Mozambique et le Botswana, qui ont choisi de débarrasser leurs lois de vestiges archaïques permettant la discrimination, la violence et le harcèlement des personnes LGBT».

La modification de la loi de 2019 avait été encouragée par le Premier ministre gabonais, Julien Nkoghe Bekale, qui exprimait sa satisfaction le 24 juin, suite au vote de l'Assemblée nationale:

Le débat reste vif, cependant, sachant que de la population est loin d'être unanime face à cette décision et que nombreux sont ceux qui réfutent encore la légalisation des relations gays ou lesbiennes. Il faudra encore du temps... mais c'est déjà un pas dans la bonne direction, pour la communauté LGBT du Gabon.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Ellen vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina