Femina Logo

Fiona Zanetti, jeune lausannoise d’origine italienne est connue pour être «la meilleure amie de Kristina Bazan» alias la blogueuse suisse internationale connue sous le nom de 'Kayture' (fraîchement sacrée 3e blogueuse mondiale par le site «Fashionista»), mais pas que… Complices dans la vie et au travail, les deux jeunes femmes et leur partenaire James cartonnent de Los Angeles à Paris en passant évidemment par la Suisse. Fiona nous dévoile un peu de son quotidien au sein du site de mode, ses projets, ses rêves et plus encore!

FEMINA Étant enfant, que répondiez-vous à la fameuse question «que veux-tu faire quand tu seras grande»?
Fiona Zanetti J'ai toujours été un peu décalée étant enfant et quand les filles de ma classe répondaient «princesse» ou «chanteuse», j'étais en pleine obsession avec les dinosaures. Mon rêve était d'être paléontologue, j'étais absolument convaincue que j'allais suivre des études de paléontologie. Ça a pris un tournant un petit peu différent…

Quelle formation avez-vous suivi?
J'ai fréquenté l'école publique en voie baccalauréat, je n'ai jamais été très studieuse mais j'avais de la facilité et puis je suis allée au gymnase par suite logique. J'ai fait 2 ans de gymnase ou je m'ennuyais énormément puis je me suis décidée à finalement commencer une maturité professionnelle de commerce en communication et médias. Après l'apprentissage, j'ai commencé à travailler à plein temps et j’ai suivi la formation «MarKom» au SAWI en parallèle dont j’ai obtenu le diplôme il y a un an.

Où avez-vous travaillé avant d’être embarquée dans l’aventure «Kayture»?
Chez «7sky Publishing», un éditeur de trois magazines pour lesquels j'ai fait du stylisme et de la direction artistique, organisé des shootings, écrit des articles et fait de la stratégie digitale.

Depuis quand travaillez-vous pour «Kayture»?
Ça fait quelques années que je fais des projets avec eux mais cela fait un an et demi que j’y travaille à plein temps.

Quelles sont vos tâches principales en tant que «éditrice & project manager»?
J'ai toujours aimé écrire et je suis donc éditrice sur «Kayture», je rédige les #Kaytips. Sinon je suis très impliquée dans la partie management avec James et m'occupe des relations avec les marques et de la coordination de projets.

A quoi ressemble votre vie professionnelle au quotidien?
Chaque jour est très différent étant donné que nous sommes en déplacement la plupart du temps. Kristina est ma meilleure amie, nous vivons ensemble, voyageons ensemble et travaillons ensemble ce qui est une dynamique assez particulière mais qui fonctionne très bien entre nous. Elle est comme ma sœur et développer sa carrière et son image à travers Kayture est très intéressant et enrichissant pour moi.

Mes journées sont caractérisées par la gestion d’énormément d’e-mails et l'organisation d'événements, de shootings ou de Fashion Weeks. Nous réalisons également de plus en plus de projets artistiques complets comme récemment celui avec Thierry Mugler pour qui nous avons créé une campagne digitale. C’est-à-dire que nous avons écrit l'histoire, choisi le directeur et l'équipe de production et produit une chanson spécialement pour la campagne avec Ed Banger Records. C'est ce genre de projets qui me font le plus vibrer car en plus de créer quelque chose de A à Z, on a la chance d'avoir un input artistique.


A lire aussi:
Lisa Gachet: «j’ai la fibre de l’entrepreneuse»
Carole Dechantre: «J’ai la montagne en héritage»
Line’S’line cakes c’est «que du bonheur»


La vie en Californie, c’est comment?
Très différent de la Suisse! Si on m'avait dit que mon premier appartement serait à Los Angeles quand j'étais adolescente je n'y aurais pas cru une seconde. Il fait toujours beau, les gens sont très créatifs et ouverts d'esprit. C'est parfois difficile d'expliquer notre business, le digital ça paraît encore flou pour beaucoup. A Los Angeles, les gens comprennent ce que l’on fait, le travail qu'il y a derrière toute cette imagerie et c'est intéressant pour notre développement de pouvoir collaborer et être entourés de personnes qui comprennent et qui respectent notre activité.

Vous parcourez le monde entier plusieurs fois par an. Quel est votre lien avec la Suisse?
J'ai été élevée et ai grandi en Suisse ce qui est une chance inouïe selon moi, nous avons accès à tellement de possibilités. Ma famille vit toujours à Lausanne, je suis officiellement suissesse depuis 3 ans (j'ai la nationalité italienne) et j'adore y revenir de temps en temps.

N’est-ce pas trop difficile d’entretenir vos relations familiales et amicales à distance?
Je ne vais pas vous cacher que ça l'est! J'ai une famille très unie et proche, ils me manquent tous les jours. Quand je reviens en Suisse j'essaie de passer autant de temps que possible avec eux. On se FaceTime chaque semaine mais ça n'est pas toujours facile, j'aimerais ne rien rater d'important.

Avec mes amis c'est pareil, heureusement c'est une période pendant laquelle ils voyagent tous pas mal pour leurs études donc on se voit souvent dans des villes différentes. Mes amis proches sont des amis de très longue date donc quand on se revoit c'est comme si on ne s'était jamais quittés!

Quels avantages y a-t-il à travailler avec sa meilleure amie ? Y a-t-il également quelques inconvénients?
La confiance et la transparence qu'on a l'une envers l'autre est notre plus grand atout, on peut se parler en étant extrêmement honnêtes et sans avoir peur de se brusquer. Notre synergie fait qu'on se pousse vraiment vers le haut l'une et l'autre et c'est un véritable cadeau. Ensuite, nous sommes tellement proches qu'évidemment il nous arrive de nous engueuler mais on ne peut jamais rester fâchées très longtemps et nos disputes finissent toujours pas être constructives. Que du positif.

Quels conseils donneriez-vous à une jeune femme qui rêve de suivre la même carrière que vous?
Aussi cliché que cela puisse paraître, je lui conseillerais d'écouter son cœur et ses ambitions. Ne jamais prendre un refus pour une réponse définitive et croire que ses rêves et aspirations sont réalisables. Entourez-vous de personnes positives qui croient en vous et battez-vous pour les choses auxquelles vous croyez. Les choses ne tombent pas du ciel, personne ne va se battre pour ce que vous voulez accomplir à part vous-même.

Qualifieriez-vous votre métier de «job de rêve»? Pour quelles raisons?
Absolument. Évidemment que c'est intense et c'est un style de vie très particulier mais jamais je ne me permettrais de me plaindre. Je sais que je suis extrêmement chanceuse et bien que j'aie travaillé dur pour mener la vie que je mène aujourd'hui, je sais que le karma y est pour quelque chose, j'ai vraiment une bonne étoile.

Dans mon idéal, quand je pensais à ma vie future étant adolescente, je me disais que je voulais voyager, rencontrer des gens, travailler dans la mode/la musique, apprendre quelque chose chaque jour et sortir de ma zone de confort. C'est ce que je suis en train de vivre aujourd'hui. Et il y a tellement de choses que je souhaite encore accomplir, je n'ai que 21 ans, je me réjouis tellement de voir ce qui va venir ensuite.

Quels sont vos principaux projets pour l’année 2016?
Je travaille actuellement sur deux projets personnels. Premièrement, je mixe depuis maintenant plus d'un an, je l'ai vraiment fait dans mon coin à force de passer du temps en studio et pour faire quelque chose de nouveau. Je suis actuellement en discussion pour une résidence au «Soho House» de Los Angeles et vais commencer à mixer durant plusieurs événements de mode. J'ai toujours eu une passion pour la musique et c’est un monde qui m'attire énormément. Je suis également entrain de «designer» une ligne d'accessoires qui devrait sortir avant la fin de l'année en partenariat avec une marque californienne.
Concernant les projets avec l'équipe, Kristina travaille actuellement sur son premier album, c'est un projet auquel je crois énormément et dans lequel je me suis impliquée personnellement aussi.
James Chardon, le co-fondateur de «Kayture» va également devenir mon manager, nous sommes tous en train de nous développer dans différents domaines mais on reste toujours «en famille» je pense que c’est ce qui nous rend plus forts!

Où vous voyez-vous dans 10 ans?
J'aurai 31 ans... J'espère que je resterai plus de 10 jours dans la même ville. Je me vois vivre à Paris qui est une ville qui me ressemble plus. Je pense que j'aurai toujours un pied dans le monde de la mode et de la musique, peut-être à la tête d’une agence créative/ de communication? J'imagine que ce sera la période où je penserai à fonder une famille aussi. Honnêtement, ma vie a tellement changé au cours de ces cinq dernières années que je me demande vraiment quel tournant elle va prendre! «Stay updated...».

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Dans vos écouteurs

E18: Comment apprivoiser le silence

Vous aussi, vous avez du mal à supporter le silence? Dans notre société rapide et bruyante, on ne réalise pas toujours à quel point nous sommes entourés de bruit, d'un tumulte incessant qui, au fond, nous rassure. Dans cet épisode étonnant, une psychologue nous parle des nombreuses vertus du silence et nous offre quelques pistes pour le réintroduire dans nos vies. Car même s'il peut faire peur, il ne nous veut que du bien!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina