Femina Logo

famille

#FeminaOpinion: À quand une Fête des pères?

#FeminaOpinion: à quand une Fête des pères?

Une date pour fêter les papas existe depuis 2006 en Suisse.

© Getty

Autant pour moi: il existe bel et bien une Fête des pères en Suisse. Elle a lieu chaque année durant le premier dimanche de juin. Vous l’avez manquée? Moi aussi. Et pour cause: on n’en parle pas et, pour beaucoup, on ignore même qu’elle existe. Pourquoi une telle différence entre la Fête des mères et celle des pères?

En Suisse, la Fête des pères est née en 2006, sous l’impulsion de l’association Männer.ch. Le but? «Cette journée d’action se veut une reconnaissance vivante, colorée et toujours plus large pour l’engagement des pères», peut-on lire sur leur site internet. «Elle rappelle le chemin à parcourir afin que plus d’enfants profitent de la présence paternelle dont ils ont besoin.»

Une célébration qui a du mal à s'imposer

Le problème: malgré ses 11 ans d’existence, elle peine à se faire connaître. «Dans les écoles, cela commence petit à petit, suivant l’impulsion de certaines maîtresses, explique l’une des mamans de la rédaction. Mais ce n’est pas partout le cas.» Alors que l’on met un point d’honneur à ne surtout pas manquer la Fête des mères (repas, fleurs, petit cadeau…), on occulte totalement celle consacrée aux pères.

Pourtant, dans une société qui se bat pour davantage d’égalité, cela ne devrait pas être le cas. Et non, la Fête des pères n’est pas anecdotique: elle reflète la place qu’occupent ces derniers au sein de la famille. On souhaite qu’ils s’impliquent autant que nous dans l’éducation des enfants, on se bat pour le partage des tâches (et de la charge mentale) ainsi que pour la création d’un congé paternité, on les enjoint à s’investir davantage à la maison. Mais on zappe totalement leur fête.

Un dimanche par année, est-ce trop demander?

«Trop commerciale», la célébration des papas? Pas plus que celle consacrée aux mamans. Il ne s’agit pas de plaider pour une surenchère de cadeaux et de choisir «quel drone offrir pour la Fête des pères», comme le suggère «Le Monde». Mais il serait peut-être temps de consacrer un dimanche par an à les remercier. Ou mieux: comme dans la crèche de ma filleule, de bannir la Fête des mères et des pères au profit de «la fête des parents». Car l’avenir, l’éducation et la prise en charge des enfants concernent tant le père que la mère.


A lire aussi:
#FeminaOpinion: on n'en peut plus de la femme parfaite sur Instagram!
#FeminaOpinion: le perfecto est mort, vive le perfecto
#FeminaOpinion: et si on fichait la paix à Brigitte Macron?

Podcasts

Dans vos écouteurs

E16: Apprendre à se déconnecter pour se retrouver

Si vous n'osez même pas vous demander combien de temps vous consacrez au «scrolling» chaque jour, cet épisode est fait pour vous. Doux rappel pour les «smartphone-addicts», il nous encourage à prendre un pas de recul, en questionnant les raisons qui nous poussent à dégainer notre téléphone... pour reprendre l'habitude de lever les yeux!

Avec le soutien de Homegate

Dans vos écouteurs

E15: Comment soigner l'orthorexie, l'obsession de bien manger

En découvrant les centaines de recommandations, études et «régimes detox» dont nous bombarde la Toile, il n'est pas difficile de devenir légèrement parano, en pensant à son alimentation. Mais comment manger sainement, sans que cette envie ne vire à l'obsession ou nous dérobe toute notion de plaisir? Dans cet épisode, une diététicienne nous aide à identifier le trouble très moderne de l'orthorexie, à simplifier notre rapport à l'alimentation et surtout... à retrouver le bonheur de manger!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.