Femina Logo

famille

#FeminaOpinion: À quand une Fête des pères?

#FeminaOpinion: à quand une Fête des pères?

Une date pour fêter les papas existe depuis 2006 en Suisse.

© Getty

Autant pour moi: il existe bel et bien une Fête des pères en Suisse. Elle a lieu chaque année durant le premier dimanche de juin. Vous l’avez manquée? Moi aussi. Et pour cause: on n’en parle pas et, pour beaucoup, on ignore même qu’elle existe. Pourquoi une telle différence entre la Fête des mères et celle des pères?

En Suisse, la Fête des pères est née en 2006, sous l’impulsion de l’association Männer.ch. Le but? «Cette journée d’action se veut une reconnaissance vivante, colorée et toujours plus large pour l’engagement des pères», peut-on lire sur leur site internet. «Elle rappelle le chemin à parcourir afin que plus d’enfants profitent de la présence paternelle dont ils ont besoin.»

Une célébration qui a du mal à s'imposer

Le problème: malgré ses 11 ans d’existence, elle peine à se faire connaître. «Dans les écoles, cela commence petit à petit, suivant l’impulsion de certaines maîtresses, explique l’une des mamans de la rédaction. Mais ce n’est pas partout le cas.» Alors que l’on met un point d’honneur à ne surtout pas manquer la Fête des mères (repas, fleurs, petit cadeau…), on occulte totalement celle consacrée aux pères.

Pourtant, dans une société qui se bat pour davantage d’égalité, cela ne devrait pas être le cas. Et non, la Fête des pères n’est pas anecdotique: elle reflète la place qu’occupent ces derniers au sein de la famille. On souhaite qu’ils s’impliquent autant que nous dans l’éducation des enfants, on se bat pour le partage des tâches (et de la charge mentale) ainsi que pour la création d’un congé paternité, on les enjoint à s’investir davantage à la maison. Mais on zappe totalement leur fête.

Un dimanche par année, est-ce trop demander?

«Trop commerciale», la célébration des papas? Pas plus que celle consacrée aux mamans. Il ne s’agit pas de plaider pour une surenchère de cadeaux et de choisir «quel drone offrir pour la Fête des pères», comme le suggère «Le Monde». Mais il serait peut-être temps de consacrer un dimanche par an à les remercier. Ou mieux: comme dans la crèche de ma filleule, de bannir la Fête des mères et des pères au profit de «la fête des parents». Car l’avenir, l’éducation et la prise en charge des enfants concernent tant le père que la mère.


A lire aussi:
#FeminaOpinion: on n'en peut plus de la femme parfaite sur Instagram!
#FeminaOpinion: le perfecto est mort, vive le perfecto
#FeminaOpinion: et si on fichait la paix à Brigitte Macron?

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Dans vos écouteurs

E23: Comprendre notre microbiote intestinal pour mieux le soigner

S'il vous arrive de vous poser des questions sur votre digestion, cet épisode est fait pour vous. Le Professeur Gilbert Greub, Directeur de l'Institut de Microbiologie du CHUV, nous explique le fonctionnement du microbiote intestinal, corrige certaines de nos idées reçues et nous rassure sur de nombreux points. On en parle enfin, pour se sentir mieux (et éclairé) ensuite!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina