Femina Logo

La romancière, essayiste et journaliste, avait 96 ans. Les hommages sont déjà très nombreux sur les réseaux sociaux, pour saluer cette pionnière des droits de la moitié de l'humanité.

De la dénonciation de l’excision à son combat pour la féminisation des noms de métiers (elle est présidente de la «Commission de terminologie pour la féminisation des noms de métiers» entre 1984 à 1986), en passant par le droit à l’avortement, cette icône féministe a traité de toutes les luttes égalitaristes ‒ des thèmes malheureusement toujours d’actualité.

On attendait un garçon

Le jour de sa naissance, le 31 janvier 1920 à Paris, ses parents, qui s’attendaient à accueillir un garçon, ont simplement ajouté un «e» au prénom qu’ils avaient choisi pour leur enfant.

Sa mère est styliste, et son père exerce le métier de décorateur. Sa sœur cadette, Flora, est coquette et proche de sa génitrice, alors que Benoîte prend exemple sur la figure paternelle, préférant les sports d’hiver et la Bretagne aux frivolités de la ville.

Elle se mariera trois fois. Son premier époux, étudiant en médecine, décède de la tuberculose quelques mois à peine après leur mariage. Le second, journaliste, lui donnera deux filles, mais se révélera trop macho pour Benoîte, qui finira par divorcer. Le dernier, en 1951, est l’écrivain Paul Guimard, son grand amour, décédé en 2004. Elle a eu une troisième fille avec lui.

Une journaliste et auteure engagée

Cette femme forte et obstinée fait carrière dans le journalisme, notamment pour la Radiodiffusion française depuis le milieu des années 40, avant d’écrire trois romans à quatre mains avec sa sœur Flora Groult entre 1958 et 1967.

Ce n’est qu’en 1972, à l’âge de 42 ans, qu’elle publie «La Part des choses» qui sera un de ses ouvrages les plus connus, puis «Ainsi soit-elle» trois ans plus tard, où elle revendique ouvertement son féminisme. Elle y critique la domination des hommes dans une société patriarcale dont les femmes n’arrivent pas à s’émanciper.

«Rien ne changera profondément aussi longtemps que ce sont les femmes elles-mêmes qui fourniront aux hommes leurs troupes d’appoint, aussi longtemps qu’elles seront leurs propres ennemies», écrit-elle notamment.

Entre autres #benoitegroult #féminisme

Une photo publiée par @pascalinebch le

Nous disons tristement au revoir à cette grande dame, mais surtout merci.


A lire aussi:
Stéphanie Pahud, la fille qui se rêvait en garçon
Les rues de Paris rebaptisées par une association
Sexiste, le cinéma?

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Dans vos écouteurs

E23: Comprendre notre microbiote intestinal pour mieux le soigner

S'il vous arrive de vous poser des questions sur votre digestion, cet épisode est fait pour vous. Le Professeur Gilbert Greub, Directeur de l'Institut de Microbiologie du CHUV, nous explique le fonctionnement du microbiote intestinal, corrige certaines de nos idées reçues et nous rassure sur de nombreux points. On en parle enfin, pour se sentir mieux (et éclairé) ensuite!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina