Femina Logo

Si j’étais sa femme, je crois que je serais très suspicieuse, à chaque instant.» Voilà la petite bombe d’apparence anodine que balance David Fincher dans le bonus du DVD de «Gone Girl», à propos de Ben Affleck. Le cinéaste a été bluffé par la capacité de son acteur à mentir effrontément au téléphone, faisant croire qu’il papote avec un collègue quand c’est sa maîtresse, une étudiante sexy jouée par Emily Ratajkowski, qui susurre à l’oreille à l’autre bout du fil. Miracle de l’Actors Studio? Tu parles…

Depuis cet été, on sait que Ben le play-boy interprétait le même genre de scène à la maison. Pour de vrai. Lui, le père de famille modèle de Hollywood, marié depuis dix ans à la magnifique Jennifer Garner, batifolait en douce avec la baby-sitter. Attendez, quoi quoi quoi, avec qui? La baby-sitter, oui. Mister Affleck aurait entretenu une brève liaison de style horizontal avec cette jeune femme de 28 ans. Surréaliste, certes. Mais au-delà de ce pâle tableau vaudevillesque, il faut admettre une réalité: Ben est un peu l’amant qui cache la forêt.

Car l’interprète de «Daredevil» n’est que le dernier exemple d’une lignée de mâles célèbres ayant, eux aussi, froissé les draps avec la nounou. Jude Law, Ethan Hawke, Arnold Schwarzenegger et même le regretté Robin Williams ont tous une ligne en commun dans leur CV: avoir trompé madame avec la miss qui leur servait de nannie. Un dérapage qui s’avère d’ailleurs «plus fréquent qu’on l’imagine, et pas seulement chez les VIP», éclaire la sexologue genevoise Marie-Hélène Stauffacher. Au point de faire naître «assez souvent une angoisse secrète chez les épouses qui accueillent une fille pour faire du baby-sitting».

Maman, en plus jeune

Il faut dire que, dès le départ, tous les ingrédients d’une chimie hautement inflammable sont réunis. Et amenés innocemment à l’intérieur du foyer. Selon une étude réalisée par FamiHero en 2013, 96% des pères préfèrent engager une femme pour chouchouter leur progéniture. Mieux? 84% de ces mêmes papas recrutant une nounou jugent d’abord les candidates sur leur allure. Et 59% vont porter leur choix sur une fille démontrant au minimum un niveau bac +2. On récapitule, donc: une personne, très probablement de sexe féminin, vraisemblablement jeune et jolie, et potentiellement brillante, va passer du temps sous le même toit que Loulou, alors empêtré jusqu’au cou dans sa crise des 40 printemps. Que celles qui n’ont pas froid dans le dos à l’évocation de cette seule combinaison lèvent le doigt.

Le scénario, en effet, est toujours plus ou moins le même. Elle a la vingtaine, et baby-sitte souvent pour financer ses études. Lui est un papa plus vieux mais encore fringant qui voit se pointer à l’horizon la quarantaine rugissante, voire la cinquantaine hurlante, et sa cohorte de doutes existentiels. OK, mais cela signifierait que tous ces messieurs seraient incapables de bien se tenir en face d’une séduisante nannie ou fille au pair? Majeure, évidemment, la fille au pair, sinon les Casanova protagonistes de ce dossier se retrouveraient plutôt dans les pages chroniques judiciaires. Quant à expliquer la faille masculine, il faudrait s’en plaindre à dame Nature, disent les scientifiques, dont le psychologue Colin Gill, récemment interviewé par le «Daily Mail». «Un grand nombre de raisons liées à notre héritage animal expliquent pourquoi les hommes d’âge moyen peuvent finir par nouer une relation avec la nounou. Ils sont naturellement attirés par les partenaires plus jeunes et plus fertiles.»

Professeur de psychologie clinique à l’Université de Genève, Nicolas Favez enfonce un peu plus le clou là où ça fait mal: «Il existe des périodes de vie, biologiques, au cours desquelles les individus sont tentés de vérifier qu’ils sont toujours sexuellement actifs. L’une d’elles, typiquement, se situe vers 40-50 ans. Mais tout moment de fluctuation peut se révéler propice à l’infidélité.» Pas de chance. La plupart des pères qui cohabitent avec des baby-sitters sont justement dans ce genre de creux de vague…

Fantasme réciproque

Sans compter que ces nounous sont souvent dépendantes financièrement, réservées, aux ordres… Vous voulez dire des proies faciles? «En effet, parfois, la position dominante du père peut l’encourager à franchir le pas, souligne Nicolas Favez. Reste que, contrairement à ce qu’on imagine, les hommes ne sont pas si souvent attirés par des femmes soumises. Ils trouvent plutôt dans ces personnes un soutien positif, un investissement émotionnel qui s’est peut-être raréfié dans le duo parental.»

Pour Marie-Hélène Stauffacher non plus, l’histoire ne se situe pas vraiment autour d’une dynamique de hiérarchie. «L’envie est partagée. Il s’agit surtout d’une rencontre entre un homme qui désire et une jeune femme qui admire. Pour que le jeu marche, il faut que monsieur soit assez présent à la maison. Ce qui n’est généralement faisable qu’avec les horaires d’une profession libérale ou artistique, dont l’aura peut générer une certaine attraction.» La proximité familière des deux amants facilitant le rapprochement.

Il ne faudrait cependant pas imaginer que tous les papas ont dans l’idée d’aller folâtrer avec la première nounou venue. A en croire un sondage du site Victoria Milan mené cette année, environ un homme infidèle sur dix aurait ce fantasme. En tout cas sûrement pas autant qu’au cours des décennies les plus machos du XXe siècle, quand une sorte de «droit de cuissage inconscient banalisait les liaisons entre l’homme de la maison et l’éventuelle fille au pair, rappelle Marie-Hélène Stauffacher. De nos jours, le point de vue masculin s’est responsabilisé, et si l’on parle beaucoup des coucheries des stars, ce genre de situation est finalement moins courant que par le passé.»

Le goût de la transgression

Moins courant, mais du coup plus transgressif. «Le passage à l’acte est davantage connoté par l’interdit, analyse la sexologue genevoise, ce qui alimente et amplifie paradoxalement le fantasme de mettre dans son lit la jolie baby-sitter.» Question légitime: si la majeure partie des hommes ne pense pas sérieusement à franchir la ligne rouge, pourquoi une minorité va-t-elle quand même oser percer la bulle de l’imaginaire et concrétiser ce désir? Peut-être parce qu’ils occupent, ou pensent occuper, une certaine position dans la société, note Agnès Camincher, sexologue à Neuchâtel: «Toute forme de pouvoir peut entraîner une sorte de permissivité inflationniste, avec un risque plus élevé de transgression, notamment sexuelle.»

Quoi qu’il en soit, qu’ils soient célèbres ou illustres inconnus, les pères qui finissent sous la couette avec la nannie précipitent souvent la chute de leur couple officiel. Même lorsqu’une série d’infidélités était déjà connue ou soupçonnée, à l’instar de Ben Affleck ou d’Arnold Schwarzenegger, cette tromperie-là est souvent celle qui pousse madame à la rupture. «Le sentiment de trahison et d’insécurité est sans doute plus terrible car les coupables sont des intimes, commente Robert Neuburger, psychiatre, psychanalyste, thérapeute et auteur du livre Le couple. «Le désirable et le périlleux» (Payot, 2012). C’est comme être victime d’un cambrioleur qui se serait introduit au cœur de votre maison.»

Prévoyante, l’actrice Jessica Biel, maman depuis ce printemps, a de son côté recruté deux garçons gays en guise de nounous, histoire de ne pas tenter inutilement son Justin Timberlake de mari. C’est peut-être sous-estimer qu’en matière de fantasme, parfois, il n’y a rien d’impossible.

Monsieur n’est pas très fidèle? C’est la faute à sa nounou

En matière d’alibi, les hommes coureurs de jupon sont rarement très créatifs. On saluera donc les efforts déployés par Dennis Friedman dans son ouvrage «An Unsolicited Gift» (Arcadia Books, 2010), pour tenter d’expliquer la volatilité toute masculine des sentiments. Selon ce psychiatre américain, les garçons qui ont été maternés par une nannie dans leur jeunesse deviennent plus tard des womanizers en puissance. Son raisonnement, d’ailleurs, est implacable: c’est le fait d’avoir eu jadis deux femmes à ses petits soins qui cliverait dans son cerveau ses élans affectifs. D’un côté, la mère biologique, synonyme de douceur et de sécurité (rôle symboliquement repris par l’épouse, à l’âge adulte). De l’autre, la nounou, avec qui l’on joue, cette quasi-inconnue avec qui l’on a néanmoins des contacts physiques intimes, et qui concurrence implicitement la maman réelle à la maison (figure de la maîtresse). Bon, OK, tout ça demeure une simple interprétation…

People story

Schwarzie «C’est la chose la plus stupide que j’aie faite de ma vie.» Quoi? Avoir couché avec la baby-sitter en 1996. Un fils caché naît de cette furtive liaison avec Mildred Baena. En 2011, l’épouse apprend tout… et demande fissa le divorce.

Ben Affleck Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants (trois). Mais au début de cet été, Jennifer Garner, 43 ans, apprend que sa nounou, Christine Ouzounian, 28 ans, a «baby-sitté» de trop près son mari. Séparation annoncée après dix ans de mariage.

Robin Williams Tout fantasme n’est pas obligatoirement sans lendemain, comme l’a prouvé feu l’acteur américain. Amoureux de la nounou philippine dès 1986, il divorça pour convoler avec elle. Son union avec Marsha Garces (un nom que son épouse de l’époque dut trouver de circonstance) dura quand même vingt-deux ans et lui donna deux enfants. Jusqu’à une séparation prononcée pour «différences inconciliables».

Jude Law A peine sacré «Homme vivant le plus sexy de la planète» et fiancé à Sienna Miller, le Britannique révèle en 2005 avoir péché avec Daisy Wright, leur nounou. Séparation, retrouvailles et mariage avec Sienna. Puis divorce…

Ethan Hawke Cinq années après avoir passé la bague au doigt d’Uma Thurman, tourné un film et eu deux bambins avec elle, le comédien tombe dans les bras de Ryan Shawhughes, la baby-sitter. Une idylle surprenante, mais qui est toujours d’actualité: mariés en 2008, tous deux se montrent presque toujours ensemble sur les tapis rouges.

Sylvaine vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E9: Apprendre à se ressourcer pour éviter l'épuisement

Dans le rythme effréné que nous impose l'année 2019, il est de plus en plus facile de s'oublier... De la méditation à la culpabilité, en passant par le courage de dire «non», cet épisode aborde les obstacles mentaux au repos, ainsi que des manières de ralentir le rythme, le temps de reprendre pied et de respirer un bon coup.

Dans vos écouteurs

E8: Mieux s'organiser, pour tirer le meilleur de chaque journée

Bullet journal, méthode d'Eisenhower, anticipation, quête de perfection... la coach Caroline Moix nous parle d'organisation, pour nous aider à accorder davantage de notre temps à ce que nous aimons vraiment.

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.