Femina Logo

news people

«Atomic Blonde»: son nom est Theron, Charlize Theron

Charlize theron 1 0

Dans «Atomic Blonde», Charlize Theron joue le rôle d'un agent envoyé à Berlin.

© Valérie Macon/ AFP

Sous la direction de l'Américain David Leitch, la sculpturale blonde, Charlize Theron, l'une des égéries de la maison Dior, se transforme cette fois-ci en agente des services secrets britanniques à Berlin à la veille de la chute du mur, alors que la ville est encore un nid d'espions.

Meilleur élément du MI6, Lorraine Broughton, espionne à la beauté glaciale, est envoyée à Berlin pour récupérer des informations capitales: la liste des vraies identités des agents infiltrés, détenue par un officier de la Stasi.

Repérée dès son arrivée, elle échappe à une exécution sommaire et se voit contrainte de faire équipe avec une tête brûlée, l'agent en place le plus imprévisible du département britannique.

Un mystérieux réseau vient d'assassiner un agent double. Sur la route de la super espionne, pièges, combats féroces et morts violentes, remarquablement montés et filmés, enchanteront les amateurs du genre.

Une héroïne stylée et sans pitié

Lorraine est une femme qui connaît le pire visage de l'humanité et qui pourtant réussit à trouver la force de s'en sortir et continuer. En tant qu'espionne, elle est déterminée et disciplinée, stylée et assez détachée pour pouvoir évoluer dans un monde sans pitié. Mais son humanité, sa souffrance et son altruisme sont à fleur de peau et apparaissent à travers ses blessures, souligne le réalisateur David Leitch.

Basé sur la bande dessinée «The Coldest City» publiée en 2012, écrite par Anthony Johnston et illustrée par Sam Hart, «Atomic Blonde», accompagnée d'une bande originale très efficace, replonge le spectateur dans les derniers soubresauts de la guerre froide.

«C'était une époque sauvage et violente. Il y avait d'un côté le KGB russe qui travaillait avec la Stasi des Allemands de l'Est et de l'autre la CIA américaine, le MI6 britannique et la DGSE française. Mais tout le monde se livrait au chantage, à la corruption. Les pots-de-vin et la violence étaient le pain quotidien des agents en poste dans cette ville», souligne dans le dossier de presse Charlize Theron qui est aussi coproductrice de ce long-métrage.

Ambassadrice de la paix pour les Nations Unies, l'actrice partage l'affiche d'«Atomic Blonde» avec James McAvoy et John Goodman.


A lire aussi:
Cinéma: «Valérian», le héros (et surtout l’héroïne) qu’il nous fallait!
«To the Bone»: le bouleversant film Netflix sur l’anorexie
Rentrée 2017: les 10 séries dont on ne va plus se passer

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.