Femina Logo

Interview

Angèle: «Je suis l’une des figures du féminisme, malgré moi»

Angèle: «Je suis l’une des figures du féminisme, malgré moi»

Lors des NRJ Music Awards, le 9 novembre 2019, Angèle a décroché le prix d'artiste féminine francophone et celui de chanson française de l'année pour «Tout oublier».

© Getty

La parution de «Brol, la suite» le 8 novembre 2019, réédition enrichie d'inédits du premier album d’Angèle, «Brol», paru en octobre 2018, est l'occasion d'un bilan. Ce disque de diamant (équivalent de 500’000 ventes) a fait d'elle une star à 23 ans. Mais pas seulement: la chanteuse belge est également devenue l’une des figures du féminisme. «Quelques mois après la sortie de l'album, je me suis dit que le morceau «Balance ton quoi» devenait malgré moi politique alors que j'avais écrit un état des lieux, un truc que je vivais en tant que jeune fille, dans la rue, au travail, n'importe où», analyse-t-elle.

Elle prend alors conscience du phénomène et agit en conséquence: «Je me suis plus instruite depuis sur le féminisme, car j'ai réalisé la légèreté des paroles, poursuit-elle. Je ne regrette pas, ça reste juste, mais ça reste les paroles d'une jeune fille de 21 ans (âge à l'écriture du morceau) qui est dans un milieu vachement privilégié.» Grâce à ce titre, elle se félicite d'avoir sensibilisé des jeunes générations sur le fléau du sexisme:

«Des filles et des garçons me disent «on l'écoute tous à l'école». Mais le combat n'est pas fini», insiste-t-elle.

Très sensible au réchauffement climatique, Angèle a plusieurs fois pris position sur le sujet via ses réseaux sociaux. L’écologie la préoccupe et elle fustige les «critiques sur le physique» de Greta Thunberg, illustration selon elle d'un «déni général».

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Angèle 🌹 (@angele_vl) le

«C'est assez fou»

Le 23 octobre 2019, Angèle a fêté les deux ans de la sortie de son premier morceau, «La loi de Murphy». Quel mot poserait-elle sur son parcours depuis? «Tsunami, cascade… je vote tourbillon, ce n'est pas que négatif, ça sous-entend que ça peut être très chouette», sourit-elle.


La Belge est devenue une des chanteuses les plus suivies sur les réseaux sociaux (2,2 millions d'abonnés sur Instagram) où elle est très active. Et, en dehors, sa vie privée a du mal à le rester, là encore malgré elle. Sans parler des sollicitations (selfies, autographes, etc.) en public. «Au début j'avais du mal, maintenant je comprends que c'est comme ça. Je pourrais juste arrêter la musique si je veux qu'on me foute la paix, mais je ne veux pas arrêter, j'ai appris à m'adapter.» Ses deux dernières années ont été remplies «à 100%»:

«Et depuis le mois d'avril et la tournée des Zenith j'ai réalisé que j'avais pris un «step»: il y a deux ans, je n'avais même pas une date à Paris, je jouais dans un bar, c'est assez fou.»

«Du bonheur dans mon regard»

Elle n'a pas encore «eu le temps d'avoir le blues, ce manque» quand une pause arrive. Elle «appréhende» d'ailleurs la fin de la tournée: «je rajoute des dates, je ne me vois pas arrêter». «Je me pose beaucoup la question sur la suite et la fin de l'exploitation de l'album: le jour où je dois me retirer pour faire le deuxième album, il sera important de ne plus être présente sur les réseaux sociaux. Les réseaux, c'est lié au projet. Je me suis fait connaître comme ça, il faudra que je me fasse un peu oublier.»

En attendant ce futur «break», on l'interroge sur son meilleur souvenir de scène. Elle cite «le Forest National, notre Bercy symboliquement en Belgique, même si c'est la jauge d'un Zenith.» «C'était incroyable, j'avais invité des gens super-importants sur scène, Damso, mon père (Marka, chanteur), mon frère (Roméo Elvis), il y avait 8’000 personnes, des moments presque en transe.»

«Après, on a fait la fête toute la nuit, j'avais l'impression de fêter mon mariage (rires) avec ma famille, mes amis, des gens avec qui je travaille, tout le monde voyait le bonheur dans mon regard.»

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E20: Gérer les tensions familiales pour une vie plus apaisée

Rendre visite à ses beaux-parents, présenter son nouveau conjoint à ses enfants, survivre à un interminable dîner familial, relancer une communication essoufflée... que de petits challenges que nous présente la vie, lorsque les tribus se réunissent. Afin de prendre un pas de recul sur ces situations et les gérer au mieux, un psychologue nous donne des clés de compréhension et des solutions. Parce qu'au fond, on l'adore, notre famille!

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina