Femina Logo

santé

Comment traiter les varices?

Comment traiter les varices?
© Getty Images/age fotostock RM

Une personne sur deux est concernée par des maladies veineuses. Même si seul 1% des cas dégénère jusqu’à l’ulcère, tous méritent d’être pris en compte car ils ne s’améliorent jamais, bien au contraire. La plus répandue de toutes? La varice. Sa forme la plus courante est liée à une faiblesse de la paroi veineuse et son origine est familiale: lorsqu’au moins l’un des deux parents est porteur de varices, le risque d’en développer s’avère supérieur à 50%.

A côté de ces varices dites «primaires» qui apparaissent d’elles-mêmes, il y a les «secondaires», apparaissant après un événement précis: accident, chirurgie, thrombose… Suite à l’altération de la voie veineuse profonde, le sang en emprunte d’autres, plus superficielles et plus étroites, qui deviennent surchargées. Puisqu’il intervient au niveau du réseau veineux superficiel, inévitablement cet «encombrement» se voit à travers la peau.

Pourquoi tant de veines?

Leur rôle est de remonter le sang des pieds jusqu’au cœur. Une mission réalisée avec l’aide des petits clapets qu’elles contiennent, appelés valves ou valvules, qui s’ouvrent uniquement pour laisser passer un flux vers le haut. Mais lorsque ces valvules finissent par être abîmées, une partie du sang redescend. Progressivement, elles vont céder de proche en proche, d’où une hyperpression exercée sur les veines qui se dilatent: ce sont les varices. Zones les plus concernées? Les jambes, en particulier au niveau des chevilles.

Le risque, à terme, est une mauvaise oxygénation des tissus se manifestant par des taches sur la peau, et qui peut aller jusqu’à l’œdème et l’ulcère.

Les femmes enceintes d’abord

Si hommes et femmes sont tous deux concernés, les risques d’évolution de cette maladie veineuse sont plus importants chez les femmes. Pour des raisons hormonales notamment, la prévalence des varices augmente avec le nombre de grossesses. Ensuite, tous les métiers qui obligent à tenir une position debout prolongée sont plus exposés. «Cette posture n’est pas la cause des varices, précise le Dr Michèle Depairon, mais chez les personnes à risque, c’est-à-dire celles qui ont une prédisposition familiale, elle accroît les chances d’en développer.» Mais l’effet est le même avec une posture assise prolongée, lorsque la circulation sanguine est rendue plus difficile (pantalons très moulants, chaussettes ou chaussures très serrées).

De l’avis du Dr Michèle Depairon, le port de bas de compression élastique est ainsi la première précaution à prendre dès que l’on se sait exposé, cela avant même de voir apparaître les premières varices. Ils jouent un rôle de contre-pression externe, allégeant dès lors la pression à l’intérieur des veines. «Cela ne garantit pas qu’il n’y ait jamais de varices. Mais les bas aideront nettement à en réduire et à en ralentir l’apparition.»

Choisir son sport

L’activité physique est préconisée, en priorité la marche, le vélo et aussi la natation, car l’eau exerce une contre-pression qui facilite le drainage. Mais les températures très chaudes sont à bannir pour leur effet de dilatation. Sont également déconseillées les activités physiques qui exercent une forte pression interne, notamment en engageant la manœuvre dite de Valsalva (où l’on verrouille la respiration). Haltérophilie et abdos à outrance sont donc à oublier.

Surveiller ses chevilles

Enfin, le bon fonctionnement des réseaux veineux dépend de celui des articulations et des muscles, surtout au niveau du pied et de la cheville, où la pression sanguine est particulièrement forte. Ainsi, des troubles de la statique du pied engendrent un mauvais retour veineux qui peut devenir source d’œdèmes, voire de varices. D’où l’importance de maintenir une bonne mobilité articulaire.

Consulter un spécialiste

Outre un aspect inesthétique, jambes lourdes, fourmillements fréquents, difficulté à dormir sont quelques autres symptômes qui accompagnent parfois les varices et peuvent conduire à consulter un spécialiste angiologue, en vue d’un bilan vasculaire. «Il est conseillé de ne pas trop attendre pour intervenir, affirme le Dr Depairon, car lorsqu’un segment de veine est détruit, c’est irréversible et le risque de complications augmente.»

Plusieurs méthodes de traitement existent. Les techniques endoveineuses détruisent la veine malade en la chauffant par effet laser ou en utilisant la radiofréquence. D’autres, comme la phlébectomie, visent à retirer des tronçons de veine malade. On pratique aussi la sclérothérapie, qui consiste à injecter un produit sclérosant dans la veine afin de la fermer. «Le plus souvent, ces techniques sont complémentaires, conclut le Dr Depairon: on les cumule afin d’obtenir de meilleurs résultats sur le long terme.» Et de voir disparaître ces traces aussi disgracieuses que nuisibles.

3 façons de stimuler la circulation veineuse

1. Allégez les chevilles

Assise sur une chaise, les jambes écartées à largeur du bassin, les pieds solidement posés au sol, levez-les sur la pointe des orteils, puis inversement basculez sur les talons, sans bouger le reste du corps. Tendez ensuite les jambes vers l’avant et effectuez des rotations de la cheville, dans un sens et dans l’autre. Pour les personnes contraintes à rester longtemps assises, cet exercice répété plusieurs fois par jour est aussi simple qu’efficace.

2. Faites remonter le sang

Allongée à plat sur le dos, la tête maintenue au sol, placez les fessiers à environ un mètre d’un mur, puis montez vos jambes droites et laissez-les reposer sur ce mur. Veillez à ce que l’angle d’ouverture de vos hanches soit supérieur à 90 degrés. Vous pouvez maintenir cette posture dix minutes, en lisant si vous avez peur de vous ennuyer. Idéal, en fin de journée, pour lutter contre les jambes lourdes.

3. Passez au ginkgo biloba


Illustrations: Sylvie Pinsonneaux/Comillus

Issues d’un arbre exceptionnellement résistant (la première espèce qui repoussa sur le sol de la ville d’Hiroshima après l’explosion atomique), les feuilles de ginkgo biloba améliorent la circulation sanguine en dilatant les vaisseaux sanguins. On les prendra en compléments alimentaires, teintures mères ou tisane.

Sylvaine vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E9: Apprendre à se ressourcer pour éviter l'épuisement

Dans le rythme effréné que nous impose l'année 2019, il est de plus en plus facile de s'oublier... De la méditation à la culpabilité, en passant par le courage de dire «non», cet épisode aborde les obstacles mentaux au repos, ainsi que des manières de ralentir le rythme, le temps de reprendre pied et de respirer un bon coup.

Dans vos écouteurs

E8: Mieux s'organiser, pour tirer le meilleur de chaque journée

Bullet journal, méthode d'Eisenhower, anticipation, quête de perfection... la coach Caroline Moix nous parle d'organisation, pour nous aider à accorder davantage de notre temps à ce que nous aimons vraiment.

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.