Femina Logo

entre foodtruck et table d'hôte

Carole Befolo, Jay Ciccarelli et Boris Spicher: trois chef-fes qui cuisinent autrement

Ces cheffes et chefs qui cuisinent autrement

Boris Spicher, créateur de food truck, encourage les jeunes cuisiniers à suivre son exemple. «Si on aime ce que l’on fait, c’est l’essentiel. Et il n’y a pas besoin d’avoir beaucoup d’argent pour se lancer. N’hésitez plus!»

© GETTY IMAGES/THOMAS BARWICK

Carole Befolo, cheffe à domicile et organisatrice de restaurants éphémères à Genève

Son métier: La vie professionnelle de Carole Befolo se scinde en deux facettes. Elle occupe un mi-temps au sein du restaurant Monsieur Bouillon, à Genève, et partage le reste de ses heures entre des mandats de cheffe à domicile et l’organisation de restaurants éphémères. «L’idée m’a été soufflée par mes clients habituels, se rappelle-t-elle. Ils avaient envie de pouvoir rencontrer et échanger avec d’autres personnes passionnées par ma cuisine.» Pour la troisième édition de son resto d’un soir, Carole Befolo donne rendez-vous aux épicuriens le 14 octobre 2022, dans une villa genevoise. Le menu surprise unique risque bien de faire voyager les fans de dépaysement gustatif.

L’impact du Covid dans sa démarche: L’activité de cheffe à domicile a décollé durant la crise sanitaire. À l’heure où la plupart des enseignes ne pouvaient ouvrir, la pandémie a poussé plusieurs chefs à tenter le pari. Après un passage dans les restaurants étoilés et gastronomiques, Carole Befolo s’est totalement épanouie en adoptant cette nouvelle façon de travailler.

«Le lien avec les clients est tout à fait différent, j’adore cette fonction de cheffe privée», sourit la jeune femme.

Sa cuisine en deux mots: Carole Befolo retravaille de façon gastronomique les plats africains, chers à son Cameroun natal. Un mafé sera ainsi sublimé en espuma, couronné d’une chantilly de manioc. Au programme? Légèreté, gastronomie et dépaysement total pour cette cuisine africanisante qui nous embarque sur un autre continent dès la première bouchée.

Inscriptions et informations sur le site de Carole Befolo

Boris Spicher, créateur du food truck Taqueria Don Vergas


Son défi culinaire: Après être passé par le restaurant Eligo, Boris Spicher est devenu chef cuisinier du Café des Artisans à Lausanne en 2017, à tout juste 21 ans. S’il a exercé son rôle avec passion, il ressentait le besoin de tenter de nouvelles expériences. C’est en 2020 qu’il quitte alors l’établissement pour se lancer dans la création d’un food truck en compagnie de sa femme, Laura. «Le timing était terrible, puisque la crise sanitaire a éclaté à ce moment-là, commente le jeune chef. Tout a pris beaucoup plus de temps que prévu.»

«Mais finalement, c’était un mal pour un bien, car cela m’a permis de peaufiner encore davantage mes recettes de tortillas. Honnêtement, on ne les trouve nulle part ailleurs!»

Un parcours qui étonne: «Les gens sont souvent surpris lorsque je leur parle de mon passé. Gérer un food truck, c’est bien moins prestigieux que d’être chef! D’autant plus que, désormais, c’est moi qui me tape toutes les tâches ingrates, plus possible de déléguer», sourit Boris Spicher. Le passionné, qui adore le contact direct avec ses clients, n’a pas un seul regret. Mieux: il encourage les jeunes cuisiniers à suivre son exemple. «Si on aime ce que l’on fait, c’est l’essentiel. Et il n’y a pas besoin d’avoir beaucoup d’argent pour se lancer. N’hésitez plus!»

Sa cuisine: Boris Spicher s’est donné comme mission de bousculer les codes du genre, se dissociant de la malbouffe qui entache encore l’image des camions-restaurants. Viandes suisses cuites à basse température, légumes croquant de saison, tacos savamment relevés… Le voyage au Mexique s’annonce exquis!

Retrouvez la carte et les emplacements sur le site de la Taqueria Don Vergas

Jay Ciccarelli, fondateur de la table d’hôte Jay’s Table à Allaman (VD)

Son parcours à travers le monde: Né aux États-Unis, Jay Ciccarelli a posé ses casseroles à Miami et à San Francisco avant de sillonner l’Égypte, l’Italie et la Grèce. Il a ensuite, pendant plusieurs années, mis son talent au service de la famille Bertarelli en tant que chef privé. Après une escale en Nouvelle-Zélande, Jay et son épouse, Annette, ont découvert la Suisse en 2008.

L’envie de s’établir en Suisse: «J’adore ce pays, et plus particulièrement le canton de Vaud, confie le chef. Je m’y sens vraiment bien, ma famille aussi.» À passé 50 ans, Jay Ciccarelli décide alors de réaliser l’un de ses rêves: ouvrir son propre restaurant. Mais la crise sanitaire complique ses plans…

«En discutant avec des amis américains, j’ai alors eu l’idée de créer un Supper Club. Le but? Réunir des amateurs d’expériences culinaires autour d’une même table, dans un esprit très convivial.»

Parallèlement, le chef propose également des soirées table d’hôte deux à trois fois par semaine. «J’adore ce contact avec les clients. Et cela me permet de très bien gérer les quantités: je limite ainsi drastiquement le gaspillage alimentaire, un fléau dans le monde de la restauration. La table d’hôte est un concept ultracool, qui permet de mieux gérer les coûts tout en gagnant en flexibilité.»

Son univers culinaire: Jay Ciccarelli se nourrit de ses multiples expériences pour proposer une cuisine fusion. Japonais, italien, oriental, américain… le menu change au gré de ses envies. «Ma cuisine est fun, joyeuse et surtout pas sérieuse», résume le chef.

Dates disponibles et réservations sur le site Jay's Table

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E83: Comment éviter que les écrans impactent notre humeur

Dans vos écouteurs

E82: Comment instaurer une bonne habitude?

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné