Femina Logo

Lindsey Swift, une jeune anglaise, est récemment allée courir avec son compagnon. Elle s’est alors fait apostropher par un malotru qui passait en voiture. Bien décidé à embêter Lindsey, il a baissé la fenêtre de son van avant de se moquer d’elle et de son poids en reprenant «Big girl (you are beautiful)», le titre du chanteur Mika.

«Au début, ça m’a juste agacé, a expliqué Lindsey à «Buzzfeed». Mais plus j’y pensais, plus je me demandais ce qui pouvait bien faire penser à quiconque que c’est en ordre de faire des réflexions sur mon corps sans rien savoir de moi.» Elle décide alors de répondre à l’individu en lui écrivant une lettre qu’elle poste ensuite sur sa page Facebook. Partagée près de 18 000 fois, cette dernière est devenue virale. Voici sa traduction, réalisée par le site «Madmoizelle».

La lettre de Lindsey

«Une lettre ouverte à l’iditot d’hier qui a cru qu’il pouvait me faire de la peine avec des blagues sur mon poids alors que je courais.

Tes commentaires indiquaient clairement ton sens de la répartie si développé ainsi que tes capacités à faire du comique de situation. Je suis, en effet, une femme grosse, et je suis belle. Merci de l’avoir remarqué. Je ne sais pas trop qui tu informais du fait que je suis grosse: tu as des yeux, de toute évidence, et les deux seules personnes présentes, à part toi, étaient moi et mon copain. Je t’assure que, malgré ton inquiétude, je possède un miroir, et que mon copain a vu mon gros corps, car lui aussi a des yeux. Ne le répète à personne, mais je pense même qu’il l’aime.

D’ordinaire, je ne réponds pas à ce genre de trucs: les idiots resteront des idiots. Cependant, je peux imaginer que ce genre de commentaires pourrait faire renoncer à la course une personne ayant moins confiance en elle que moi, et c’est une honte. Il faut bien commencer quelque part.

Soyons clairs: je n’ai pas honte de mon corps. Il ne m’a jamais empêchée de suivre mes envies. Mon gros corps a fait des choses dont toi, toi qui passe la tête par la fenêtre de ton van blanc estampillé «piège à meufs», tu n’oserais même pas rêver. Mon gros corps a nagé dans ces eaux limpides de Thaïlande que tu n’as dû voir qu’à la télé. Il a vécu dans des pays que tu ne peux même pas imaginer visiter, il a fait partie de cultures que tu es trop étroit d’esprit pour comprendre. Mes grosses jambes m’ont portée, plus d’une fois, au sommet de montagnes. Mon gros cerveau comprend et parle des langues que tu ne juges probablement même pas dignes d’intérêt, ce qui explique pourquoi tu passes ton temps à la fenêtre de ton van: parce que tu n’as rien de mieux à faire.

J’ai récemment pris la décision de me remettre en forme, car j’ai pensé que ce serait un bon passe-temps, et bon pour ma santé. Enfin, pas que j’aie à justifier mon apparence… mais mon but est de courir dix kilomètres, et je vais l’atteindre. J’ai déjà perdu six kilos, ce qui me permet de faire plein de trucs dont j’étais incapable avant. Ça me tue d’imaginer que quiconque soit capable de décourager les gens faisant ce genre d’effort. Tu m’excuseras si je me trompe à ton sujet: je ne fais que me baser sur tes actes. Si mon gros cul occupé à courir (pas très vite, d’ailleurs, j’étais foutrement crevée) t’offense et gâche ton trajet, essaie de conduire avec les yeux fermés, droit vers un lampadaire.

Plus sérieusement… maintenant que j’ai écrit ça, j’ai pitié de toi. Ton comportement n’est pas normal, et tu es loin d’être bien élevé. L’essentiel, c’est que je te pardonne. J’espère que toute personne essayant d’atteindre un but, qu’elle soit grosse ou mince, ne se laissera pas abattre par ce genre de choses. Moi, ce n’est pas mon cas.

Utilise ton cerveau avant d’ouvrir la bouche.»

Inspirante, Lindsey a récolté des témoignages du monde entier. «J’ai reçu des messages de personnes qui me disent qu’elles ont vécu la même chose et pensent désormais qu’elles y réfléchiront à deux fois avant de s’énerver», a-t-elle expliqué.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.