news société

    «Ma façon de m’habiller mérite-t-elle de me faire agresser?»

    Le petit film d'un groupe d'étudiantes de l'École supérieure de commerce de Dijon, en France, qui démontre les préjugés de la population vis-à-vis de la tenue que porte une femme, est devenu viral ces derniers jours sur les réseaux sociaux.

    Publié le 
    22 Avril 2016
     par 
    Lucie Ryser

    Tout est parti d’une étude Ipsos publiée en mars dernier. Selon cette enquête, intitulée «Les Français(es) et les représentations sur le viol et les violences sexuelle», 40% des sondés pensent que la responsabilité d’un violeur est atténuée si sa victime a eu une attitude provocante en public, et 27% estiment que la culpabilité du violeur est moindre si la victime porte une tenue sexy. Choquées, les neuf étudiantes ont souhaité réagir à ce terrible constat et sont descendues dans le centre-ville de Dijon pour y filmer les réactions et commentaires des passants. Vêtues de tenues plus ou moins «osées», d’une mini-jupe, d’un crop top, de ce qui s’apparente à un haut de maillot de bain, ou encore d’un jean et d’un pull à manches longues, les jeunes femmes tenaient chacune une pancarte interrogeant les passants: «ma façon de m’habiller mérite-t-elle que de me faire agresser?», «laquelle de ces femmes trouvez-vous la plus provocante?», mais aussi des chiffres effrayants: «91% des victimes de viol sont des femmes». Les piétons étaient invités à coller des post-it sur la fille qu’ils trouvaient la plus provocante.

    «Si elle s'habille comme ça, elle cherche»

    Cette expérience a suscité de nombreuses réactions du public dont on entend les commentaires dans la vidéo. Certains déduisent qu’elles «ont faim» en s’habillant de la sorte. Une fille a commenté en disant qu’elles cherchaient les ennuis en se vêtant de cette manière. Les femmes dénudées, en mini-jupe et décolleté ou simplement décomplexées pousseraient donc potentiellement au crime. Pour ne pas se faire agresser, harceler dans la rue ou violer, il faudrait couvrir son corps et réfléchir à sa façon de s’habiller en fonction des «pulsions incontrôlables» de certains individus. Une réelle entrave à la liberté!


    A lire aussi:
    Lesbeton: dénoncer le harcèlement envers les lesbiennes
    Harcèlement de rue: 10 heures dans les pas d'une New-Yorkaise (en vidéo)
    Viol: «Elle l'a bien cherché» et autres stéréotypes impensables mais répandus


    Mais en regardant cette vidéo on se questionne: la plupart des intervenants semblent être des femmes. Était-ce un choix délibéré des étudiantes? Apparemment pas. Les jeunes femmes ont constaté que la plupart des hommes restaient en retrait et regardaient discrètement la scène.  Certains d’entre eux se sont tout de même exprimés: «en bord de mer ça ne choquerait pas, mais là en ville ça choque.», déclare le premier. Le second a sobrement rappelé qu’«on doit le respect à tout le monde». Un autre encore ajoute que «c’est inhumain de faire ça. Quelle que soit la tenue qu’elle porte, c’est pas normal, c’est un connard».

    L’objectif de ce groupe d’étudiantes semble être atteint: «quand on a fait 100 vues en une heure sur Facebook, on était très très contentes; puis dans le week-end la vidéo s’est envolée à 200’000 vues...». L’expérience a touché un grand nombre de personnes et semble réveiller les consciences. Les avis recueillis lors de cet événement sont visiblement très partagés, mais la réalité rappelée par une des pancartes brandies ce jour-là demeure: en France, un viol est déclaré toutes les 40 minutes.

     

     

    A lire également
    La jeune chanteuse belge fait littéralement le procès du sexisme ordinaire.
    O
    notre dame paris incendie flammes
    Détruite par les flammes, la cathédrale sera reconstruite, a promis Emmanuel Macron.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O