Femina Logo

voyage

Escapade: nos bonnes adresses à Stuttgart

Shopping nostalgique

Contrastant avec les vastes centres commerciaux et enseignes mondialisées de la Königstrasse, cette galerie couverte a gardé le charme du lèche-vitrines d’autrefois. Saura-t-elle résister aux coups de boutoir des promoteurs immobiliers dans une mégapole en constante reconstruction depuis la Seconde Guerre mondiale? En attendant, profitons-en.

Calwer Passage, Calwerstrasse.

Le style, une longue histoire

Bien sûr, les griffes allemandes aussi prestigieuses que Marc Cain ou Bogner ont de quoi ruiner les fashionistas. Mais les devantures dédiées au «Dirndl» (tenue inspirée des costumes ruraux) ne sont pas en reste, et les mâles tendance ne rechignent pas à s’y procurer l’indémodable «Lederhose» (pantalon traditionnel en cuir).

Magasin Krüger-Dirndl, Calwerstrasse 41.

Tout sur une place

Epicentre de Stuttgart, la place du Château rassemble le top de la politique locale, de la culture et de la convivialité. S’y côtoient le Parlement, le plus grand théâtre d’Europe et quelques prestigieux musées dédiés aux beaux-arts. Le sommet du Kunstmuseum offre une perspective saisissante sur toute la zone, qui se voit investie par les amateurs de bronzette au moindre rayon de soleil.

Schlossplatz, et Musée d’art de Stuttgart.

Dernier domicile

Le vénérable Seilbahn n’a pas changé depuis son inauguration, en 1929. Ce funiculaire à crémaillère aux compartiments boisés achemine les promeneurs vers l’un des poumons verts de la ville. On en oublierait presque qu’il véhicule aussi les cercueils jusqu’au cimetière, aménagé dans la forêt, au terminus.

Seilbahn, Südheimerplatz.

La fin des haricots

Cette légumineuse roborative envahissait, au XVIe siècle, les jardins d’un quartier de crève-la-faim, aujourd’hui dévolu aux antiquaires, artisans et échoppes. Elle lui a laissé son nom – Bohnenviertel – et le charme bucolique de nombreux espaces verts, où l’on déguste la cuisine et les vins du Wurtemberg, sans oublier les bières des brasseries voisines.

Quartier de Bohnenviertel.

Des sanctuaires emblématiques

Les temples de Porsche et Mercedes-Benz attirent à eux seuls la majorité des touristes du Bade-Wurtemberg: deux rutilants musées dont l’architecture se révèle aussi bluffante que les modèles de légende exposés. En prime: une Papamobile et la 190 E de Ringo Starr.

Mercedes-Benz Museum, Mercedesstrasse 100 et Porsche Museum, Porscheplatz, 1.


A lire aussi:
Escapade: nos bonnes adresses à La Valette
Les 7 merveilles du monde en 13 jours!
Escapade: nos bonnes adresses à Chypre


Des saveurs souabes

A moins de casser la croûte au plaisant marché couvert Jugendstil (Markthalle, près de Charlottenplatz), deux adresses sont réputées servir les meilleurs «Maultaschen» (grandes ravioles accompagnées de salade de pommes de terre). Rendez-vous au Schellenturm donc, ou au Murrhardter Hof.

Schellenturm, Weberstrasse 72 et Murrhardter Hof, Wilhelmplatz 6,

Pratique

Y aller Au départ de la Suisse romande, préférer le train à l’avion, qui suppose une escale à Zurich. Le voyage dure environ cinq heures.

Y séjourner Simple et pratique, l’Hôtel Ibis Centrum(**) offre un bon rapport qualité-prix.

Visiter Une Stuttcard (de 24, 48 ou 72 heures) permet de substantielles économies.

Se renseigner Tourisme Stuttgart et Germany Travel.

Guide «Allemagne» (Guide Vert Michelin).

1 / 5

Enseignes mondialisées de la Königstrasse, cette galerie couverte a gardé le charme du lèche-vitrines d’autrefois.

© DR
2 / 5

Epicentre de Stuttgart, la place du Château.

© DR
3 / 5

Le vénérable Seilbahn n’a pas changé depuis son inauguration, en 1929.

© DR
4 / 5

Les temples de Porsche et Mercedes-Benz attirent toujours autant les touristes.

© DR
5 / 5

Rendez-vous au Schellenturm ou au Murrhardter Hof.

© DR

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.