Femina Logo

culture

Pourquoi «La La Land» est (déjà) le meilleur film de l’année

Lalalala
© Instagram lalaland

A peine sorties de la salle de cinéma, nous étions déjà persuadées que «La La Land» n’aurait pas le moindre mal à rafler tous les Golden Globes. Il fallait nous voir, complètement émerveillées, fredonnant encore «City of Stars» et étrangement tentées de réaliser un petit pas de danse en pleine rue. Vous l’aurez compris; ce film nous a conquises. (Et non, notre enthousiasme ne vient pas uniquement de la présence d’un charmant Ryan Gosling pianiste et chanteur…)

La critique est quasiment unanime (pour une fois) et le terme «chef-d’œuvre» réapparaît de média en média, telle une évidence qu’il serait insensé de contredire: Stéphanie Zacharek du journal «Time» estime que le film est «en mesure de faire de nous tous des amoureux.» D’autres ont décrit «La La Land» comme le «Singing in the Rain du XXIe siècle.» Même le site «Rotten Tomatoes», toujours très exigeant, semble totalement séduit et accorde au film d’excellentes notes. A présent, on attend l’Oscar.

Romance idyllique et décor Hollywoodien

L’histoire, simple et belle, est d’une puissance à vous briser le cœur tout en le faisant battre de joie. Mia (Emma Stone), une jeune actrice en devenir, travaille dans un café en attendant de décrocher le rôle de sa vie. Sébastian (Ryan Gosling), un talentueux pianiste, multiplie avec frustration les boulots insatisfaisants qui ne lui permettent pas d’exprimer son univers musical comme il le souhaiterait. Leur rencontre sera la fusion parfaite entre le comique et le romantique, l’aube d’une idylle passionnée, derrière laquelle se dessine l’ombre inoubliable de leurs rêves professionnels inassouvis. Tout cela en musique, en pas de danse, en couleurs et en romance, une intrigue qui oscille entre réalité et projections imaginaires. Voilà pourquoi le terme de «chef-d’œuvre» est parfaitement approprié pour définir cette perle cinématographique:

Une vidéo publiée par La La Land (@lalaland) le

1. Parce que la musique est magique

Que celles d’entre vous auxquelles les comédies musicales infligent une légère nausée se rassurent: «La La Land» n’a rien d’un «Mamma Mia» ou d’un «Les Misérables.» Damien Chazelle, le réalisateur de «Whiplash», est resté très subtil et ne semble pas s’être donné pour mission de réaliser une comédie musicale classique, telles que nous les connaissons. Délaissé ces dernières années, le genre se réinvente dans «La La Land», hybride car pas totalement conforme aux codes dont l’avait paré l’âge d’or hollywoodien.

Les parties chantées nous coupent le souffle, s’intègrent parfaitement à l’intrigue, et expriment les sentiments des personnages avec un tel naturel qu’on trouverait presque normal de pousser la chansonnette en pleine rue. Aucune trace de «guimauve» dans ce film. Si les performances musicales des deux protagonistes suggèrent la difficulté qu’a représentée pour eux cet exercice, ils nous émeuvent. Emma Stone est terriblement touchante (surtout lorsqu’elle chante «The Fools who Dream») et l’osmose du couple star est encore renforcée par la présence de la musique, impossible à extirper de sa tête une fois qu’on l’a entendue. Le compositeur Justin Hurwitz peut être avidement applaudi: ce génie vient de nous fournir de quoi chanter sous la douche jusqu’à la nuit des temps.

Ah, et n’oublions pas de souligner que Ryan Gosling au piano est tout simplement grandiose. Et que la présence de John Legend dans un rôle secondaire rend le tout encore meilleur.

2. Parce que ce duo d’acteurs est inimitable

Nous avions déjà été séduites par le couple Emma Stone et Ryan Gosling dans la comédie «Crazy Stupid Love», en 2011. Le duo n’a pas perdu une once de son charme entre-temps: la symbiose parfaite des acteurs crève l’écran et on se surprend à rêver de vivre exactement la même histoire qu’eux, à danser nous aussi en pleine ville, à chanter lorsque nous avons envie de nous épancher.

Il faudrait les obliger à signer un contrat qui les contraindrait à jouer tous les deux dans tous leurs films, dorénavant. On ne peut vous en dire plus sans risquer de vous spoiler (et spoiler un film tel que «La La Land» serait impardonnable), mais il faut être sacrément dur pour ne pas être ému et remué par la romance de Mia et Sebastian.

3. Parce qu’on voudrait être comme Mia (alias Emma Stone)

Déjà, on voudrait lui piquer sa garde-robe entière. On veut tout! De sa robe jaune à son élégante robe noire, en passant par son chemisier bleu noué au niveau du nombril. Ensuite, on voudrait s'inspirer du panache et de l'humour légèrement «loufoque» d'Emma Stone qui transparaît dans son personnage, sans faire d’elle une actrice qui «joue toujours le même rôle.» Mia est une artiste à la fois frustrée et optimiste, remplie d’espoir pour le futur, qui essuie régulièrement de cuisantes défaites. On admire sa manière lucide d’envisager le fonctionnement du showbiz, la facilité avec laquelle elle exprime ses opinions et assume son rêve. On voudrait être comme elle; authentique, réaliste mais positive quand même, experte de l’autodérision et suffisamment courageuse pour viser la lune. Bon, et si on peut sortir avec un Ryan Gosling en plus, on ne dit pas non!

Une photo publiée par La La Land (@lalaland) le

4. Parce que Ryan Gosling est divin

On dirait bien que le rôle d’artiste obstiné le rend encore plus séduisant que d’habitude. Penché sur son piano, une mèche rebelle devant les yeux, il sait jouer à la fois de furieuses notes de Jazz endiablées et de douces balades romantiques: encore un talent qu'on ne lui connaissait pas! D’abord légèrement odieux, la façon dont le personnage de Sebastian révèle peu à peu son grand cœur et tout son charme a quelque chose de troublant (car il faut dire qu’au tout début du film, il n’est pas très gentil avec Mia…) Le visage de l’artiste torturé par les soubresauts d’une époque de mutations artistiques lui va à merveille. Nous, on a craqué (d’avance).

5. Parce qu’on ne voulait pas qu’il se termine

Vous le connaissez, ce sentiment qui nous assaille au beau milieu d’un film dont on savoure chaque minute? On se dit «ah, mais je voudrais qu’il ne se termine jamais!» Voilà exactement ce que nous avons pensé, réalisant déjà que nous étions en train de regarder le meilleur film de l’année.

«La La Land» sera en salles dès le 25 janvier 2017. Nous n’avons qu’un seul et très simple conseil à vous donner: arrêtez tout et courez-y!


A lire aussi:
«La La Land» et «Elle» triomphent aux Golden Globes
Rencontre avec Ryan Gosling: «Je suis fier de ma part de féminité»
L'actrice Emma Stone en 10 looks marquants

Podcasts

Dans vos écouteurs

E9: Apprendre à se ressourcer pour éviter l'épuisement

Dans le rythme effréné que nous impose l'année 2019, il est de plus en plus facile de s'oublier... De la méditation à la culpabilité, en passant par le courage de dire «non», cet épisode aborde les obstacles mentaux au repos, ainsi que des manières de ralentir le rythme, le temps de reprendre pied et de respirer un bon coup.

Dans vos écouteurs

E8: Mieux s'organiser, pour tirer le meilleur de chaque journée

Bullet journal, méthode d'Eisenhower, anticipation, quête de perfection... la coach Caroline Moix nous parle d'organisation, pour nous aider à accorder davantage de notre temps à ce que nous aimons vraiment.

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.