Femina Logo

Restreindre cet ouvrage à ce qu'il est convenu d'appeler un «beau livre» serait réducteur. Se plonger dans Piaget, paru aux éditions de la Martinière, c'est s'aventurer dans ce qui fait aussi la réputation de la Suisse. Une part de cette odyssée horlogère que ne cessent, de faire évoluer, 140 ans après la création de la manufacture, ces artisans - horlogers et joailliers -, qui ont fait leur la devise du fondateur, Georges-Edouard Piaget: «faire toujours mieux qu'il n'est nécessaire.»

Originaire de La Côte-aux-Fées (peut-on rêver nom plus prometteur?), la famille Piaget, est, en effet, active dans l'horlogerie dès le milieu du XIXe. Mais c'est à ce Georges-Edouard, horloger spécialisé dans les échappements, que l'on doit, en 1874, la création d'une véritable entreprise qui va, rapidement, élargir ses compétences. Dès 1916, la maison propose des mouvements de diverses formes et épaisseurs et en 1957, le calibre extra-plat à remontage manuel est présenté à Bâle, trois ans avant le mouvement le plus plat du monde, avec seulement 2,3 mm d'épaisseur.

La suite ne sera plus qu'une succession de réussites, tant en horlogerie qu'en joaillerie, relayée par une communication toujours en avance sur son époque. Bien avant le concept des égéries, Yves Piaget entretenait avec le 7e art et ses stars des relations très privilégiées.

«Piaget, horlogers et joailliers depuis 1874», textes Florence Müller, photographies Philippe Garcia, Steve Hiett. 327 pages. Editions de La Martinière.

DR
1 / 2© DR
DR
2 / 2© DR

Julien vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.