Femina Logo

culture

Critique: «San Andreas», une faille au cinéma

«San Andreas», une faille au cinéma

Dwayne Jonhson à l'affiche de «San Andreas», film d'action américain réalisé par Brad Peyton.

© hdwallpapersnews

Avant de rentrer dans le vif du sujet, un peu d’histoire: peut-être ne le savez-vous pas, mais San Andreas est une faille géologique située en Californie, qui s’étend sur environ 1300 kilomètres de long. Celle-ci provoque chaque année de nombreux séismes. En 1906, avec une magnitude de 8.3 sur l’échelle de Richter, la faille avait dévasté San Francisco. Selon les experts, la région s’attend au tremblement de terre du siècle, le «Big One», qui pourrait se produire avant 2032.

Merci Brad Peyton d’avoir réalisé ce film. Grâce à toi, j’en suis ressortie un peu plus intelligente, géophysiquement parlant.

Sur les écrans de cinéma, la tristement célèbre faille de San Andreas s’ouvre et provoque un séisme de magnitude 9. Un pilote d’hélicoptère de secours en montagne (Dwayne Johnson) et la femme (Carla Gugino) dont il s’est séparé quittent Los Angeles pour San Francisco dans l’espoir de sauver leur fille. Alors qu'ils s'engagent dans ce dangereux périple vers le nord de l'État, pensant que le pire est bientôt derrière eux, ils ne tardent pas à comprendre que la réalité est bien plus effroyable encore...

Le pitch, le voilà. Qu’en ressort-il?

Des clichés et des effets

Un homme musclé mais fragile à la fois, un couple séparé qui s’unit pour retrouver sa fille en danger, ladite fille accompagnée d’un British rencontré le jour même *attention faux spoilers*, lui-même amoureux en quelques secondes et qui va évidemment finir par l’embrasser, des personnages bien trop intelligents pour se sauver de toutes les situations... Vous l’aurez compris, on a ici à faire au pur film américain bourré de clichés - et je vous épargne encore l'image de fin.

Si l’on passe outre ces facilités, «San Andreas» reste un film d’action qui nous offre un bon moment, avec des scènes de destruction plutôt bien réussies. A voir en 3D pour les effets, entre gratte-ciels qui s’abattent au sol, eau qui se déchaîne et villes entières qui s’effondrent.

On aura, par la même occasion, appris qu’il faut toujours trouver le point le plus haut de la ville pour se réfugier lors d’un tremblement de terre... et accessoirement avoir un père/mari/ami pilote d’hélicoptère, sachant par ailleurs conduire un bateau. Oui, bon, on prend les conseils que l'on nous donne!

A voir sur les écrans dès mercredi 27 mai 2015.

vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Que faire pendant le temps libre? Inspirez-vous des coups de cœur loisirs, des repérages séries, des bonnes adresses, des idées voyages de Femina.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.