Femina Logo

durabilité

«Écologie d'intérieur»: la méthode qui interroge notre rapport aux objets

Comment lecologie dinterieur peut reequilibrer notre rapport aux objets

Marie Quéru encourage à l'essentialisme qui selon elle, n'est pas synonyme de privation mais de libération.

© DR

Avec sa double compétence scientifique et marketing, Marie Quéru aurait pu se destiner à une vie d’ingénieure en agriculture. Mais la Française se rend compte très tôt qu'elle arrive à vivre mieux avec moins que son entourage. «Depuis toute petite, j’ai toujours eu la capacité à faire des inventaires de mes affaires, à ranger les tiroirs, à être ordonnée», confie-t-elle. Mais elle met longtemps à saisir que son sens de l’organisation n’est pas une bizarrerie. «Quand j’ai compris que j’avais une compétence dans un monde de surabondance, et que je pouvais la mettre au service des autres, l'Arrangeuse (des conseils et des réflexions qui repensent les lieux de vie et de travail dans un projet durable, ndlr) est née.»

La nouvelle donne du confinement

Pendant la crise du Covid, privées d'interactions sociales et d'activités extra-scolaires, lassées de streamer sur les plateformes, beaucoup de personnes se retrouvent assises sur leur canapé à scanner leur appartement et se mettent… à ranger. C’est à cette période-là, début 2020, que Marie Quéru analyse que son concept d’écologie d’intérieur (elle a déposé depuis la marque) trouve une résonance.

Entre nouvelle considération esthétique de la sphère domestique et prise de conscience de nos trop-pleins «qui nous épuisent comme la planète», les sollicitations pour animer des conférences sur le sujet se multiplient. Au fil des lives, la mère de deux enfants prend des notes, beaucoup de notes. «L’idée du livre est arrivée comme ça», raconte avec beaucoup de passion celle qui se consacre à son activité à 100% depuis le 1er septembre 2022.

Essentialisme plutôt que minimalisme

En scrollant son compte Instagram @larrangeuse, on saisit rapidement sa patte: posts de son propre appartement parisien, maisons de l’Île de Ré décorées par ses soins, hôtels ou encore home tours qui incarnent la philosophie de son concept d’écologie d’intérieur, résument l’essence de son job empreint de nuances organiques. Toutefois, une observation nous saute aux yeux, l’épure de ces intérieurs est légion. On y voit aussi une forme de minimalisme, mais Marie Quéru nous arrête tout de suite, car elle préfère utiliser le terme d’essentialisme.

«Le minimalisme à une connotation négative et est un symbole de privation, alors que l’essentialisme laisse plus de place à la nuance», complète-t-elle. Quand on entame une réflexion de grand rangement ou de réorganisation de sa maison, «le but n’est pas de réduire au maximum ses objets, pense-t-elle, mais de garder ce qu'on a en bonne quantité. Cela demande une honnêteté dans ses choix: tous nos objets ne sont pas nécessaires.» Bien sûr, «le nombre d’objets essentiels sera différent d’une personne à l’autre, d’un foyer à l’autre, avec enfants, sans enfant, etc.», résume-t-elle. Ainsi, avec l’objectif de pouvoir se recentrer chez soi sur l’essentiel, l’étape du tri s’avère nécessaire.

Aux personnes qui se sentent perdues devant cette mission (im)possible, Marie Quéru conseille de conserver les objets sur lesquels on a zéro doute. Elle encourage les moins motivé-e-s par l’idée de trier à ne pas tomber dans la théorie de la fenêtre cassée, «théorie qui veut que les petites détériorations de l’espace public mènent souvent à un délabrement plus général». Autrement dit: il n’est jamais positif de se laisser aller à trop d’encombrement.

Influences familiales et théorie de l’évolution

Mais l’autrice du livre L’écologie d’intérieur, vivre mieux avec moins (Éd. Eyrolles) - des clefs pour rééquilibrer notre rapport aux objets - admet que la sobriété matérielle requiert du «courage pour lutter contre des années d’influences familiales». Ici, tout le monde se remémorera une mère procrastinatrice de paperasse, ou un père collectionneur de babioles envahissantes. Aux habitudes familiales héritées, il faut ajouter notre ADN culturel, déplore Marie Quéru: «La société de consommation est en permanence en train de nous faire confondre envie et besoin.»

Passionnée de la théorie de l’évolution et ingénieure de formation, Marie Quéru explique par ailleurs notre difficulté à trier d'un point de vue physiologique: «Depuis la nuit des temps, notre cerveau a toujours été là pour veiller à notre survie, il nous a permis d’accumuler des denrées ou des informations, analyse-t-elle. C’est pour ça que notre cerveau adore collecter des informations et à du mal à les désencombrer.» Ainsi, au prochain dimanche de tri, face à nos pulsions archaïques, offrons-nous une dose de bienveillance! Mais Marie Quéru rassure, «quand on change sa façon de posséder, on change sa façon de consommer.»

Art de vivre durable et empowerment

La crise énergétique et inflationniste de l’automne 2022 semble ainsi le bon moment pour s'interroger sur notre rapport à nos possessions. Mais aussi le bon timing pour s'inspirer de la méthode de l’écologie d’intérieur et de ses trois piliers que sont le beau, le pratique, et le durable. Marie Quéru en est certaine, «l’art de vivre peut amener la société à consommer moins mais mieux» et rappelle que la sobriété matérielle contribue à abaisser notre pollution visuelle, mentale, et environnementale. Mieux encore, elle permet de libérer argent, temps, espace et énergie.

Un dernier bénéfice pour la route? Il s'agit peut-être d'un point moins éclatant, mais quand on aborde la thématique de la sobriété matérielle, on comprend que celle-ci dope la confiance et l’empowerment: «Quand on s'entoure de ses essentiels, on prend confiance en nous, on apprend à faire des choix et à éloigner nos doutes ou nos peurs, met en lumière Marie Quéru. On devient aussi plus à même de faire des bons choix dans notre vie, comme dans nos relations.» On comprend mieux pourquoi Marie Quéru désigne par objet, le matériel et l’immatériel, à la sauce Freud: tout est lié.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Juliane vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E87: Comment apaiser l'éco-anxiété

Dans vos écouteurs

E86: Comment mieux communiquer ses désirs, en couple

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné