Femina Logo

Pas question pour la marque, qui figure en tête de gondole des ventes cosmétiques dans de nombreux pays, de sacrifier à sa philosophie originelle. C’est-à-dire? Suivre à la lettre les besoins spécifiques des utilisatrices.

Savez-vous quels sont les compliments qui ont le plus touché le directeur général de Clarins? Un coup de téléphone affolé de Sœur Emmanuelle qui avait épuisé jusqu’à la dernière goutte son eau dynamisante et celui d’un haut gradé de l’armée française, devenu quasi addict à sa lotion «Jambes lourdes». La marque, qui a célébré, l’an dernier ses 60 ans, a bel et bien ses adeptes. Il faut dire qu’elle n’a jamais changé d’état d’esprit. Rien ne sort du laboratoire qui ne corresponde à un besoin réel des consommatrices. C’est ainsi que le fondateur voyait les choses, c’est ainsi que ses fils Christian puis Olivier, ont voulu orienter la stratégie de l’entreprise.

Alors, les décideurs de la marque y compris le Dr Courtin-Clarins travaillent en collaboration étroite avec toutes les professionnelles de la beauté. «Avec les esthéticiennes de nos instituts, avec celles qui promeuvent nos produits dans les différents points de vente européens, américains ou asiatiques, avec les spécialités beauté des magazines féminins» explique-t-il. Et ensuite viennent les intuitions, les impulsions, les coups d’audace qui vont prendre forme dans le laboratoire fondé en 1970 près de Paris et qui regroupe aujourd’hui 70 scientifiques, des chimistes, des biologistes pour la plupart.

Et la marque n’a pas encore dit son dernier mot. Après avoir explosé ses ventes en Angleterre, la voilà qui nourrit de nouvelles ambitions. Elle compte bien se hisser aux premières places sur des marchés USA et asiatiques. «Nous sommes déjà bien présents mais seulement sur quelques segments de la beauté», reprend le directeur général. Si Clarins occupe les premières loges, c’est notamment via la méthode du bouche à oreille en quelque sorte. «Nous diffusons nos échantillons sans restriction. Parce que confiants dans nos produits, nous savons que celles qui les essayeront les adopteront». Et ça marche partout là où l’expert en cosmétologie s’est implanté.

En attendant, Oliver Courtin-Clarins aime bien parler de ses produits fétiches, le double sérum véritable électrochoc coup d’éclat et les huiles dont les formules n’ont pas changé depuis leur lancement en 1966. Il faut dire que leur mise au point avait nécessité douze années de recherche.

Et puis l’ancien chirurgien orthopédique envisage déjà un second tome à «Docteur, je veux être la plus belle», sorti à l’occasion de l’anniversaire de sa société. Cette compil des trucs et astuces pour préserver l’éclat, la tonicité des femmes et amplifier leur bien-être pourrait bien devenir un best-seller.

Sylvaine vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.