Femina Logo

témoignages

«Je me suis battue plus de 10 ans contre mon harceleur»

Femina Vecu Beatrice Riand mobbing

«Dix ans de procédure n’ont abouti à rien, ni sur le plan pénal, ni sur le plan civil. Le seul point positif a été la rencontre avec mon avocat, qui est devenu mon second mari et le père de mes deux filles. C’est un cliché, mais il a été mon roc, mon sauveur.»

© Corinne Sporrer

Les faits remontent à presque 20 ans, mais ils ont modifié ma vie à tout jamais. J’étais une jeune enseignante pleine de vie, de projets, d’ambition et je n’ai pas tout de suite compris ce qui m’arrivait. Ça a commencé par des critiques répétées sur mon travail, des brimades, des comportements déplacés. L’auteur était le directeur de l’établissement qui m’employait. Il avait le double de mon âge et pleins pouvoirs sur les heures qu’on m’attribuait. Il disait aux femmes qu’il fallait être gentilles pour avoir des heures, pour avoir droit à un salaire.

A l’époque, la profession était bouchée, beaucoup de profs cherchaient du travail. Il aurait fallu changer de canton, mais j’étais mariée et ce n’était pas envisageable. J’étais coincée.

Durant cinq ans, j’ai subi ses attaques en règle sans réussir à me défendre. Cela s’est peu à peu aggravé, avec des remarques sexistes, des attaques sur mes tenues vestimentaires, des abus de pouvoir, des menaces, des contraintes.

Il se permettait des remarques en public sur ma vie sexuelle ou mes supposés nombreux amants. Il a été jusqu’à m’ordonner de me mettre en maillot de bain devant des élèves adolescents lors d’une journée en kayak! J’étais terrorisée, je craignais de me retrouver seule avec lui, comme d’autres enseignantes d’ailleurs.

Le défi de la drague post #Metoo

Tout le monde était au courant de la situation et malgré mes nombreuses démarches pour le dénoncer et le neutraliser, rien ne bougeait. Il réussissait toujours à mettre en avant ses compétences, sa réputation. Malgré le fait que j’avais documenté ces abus, gardé les rapports médicaux et recueilli le témoignage de mes collègues, rien n’y a fait. Il a fini par être démissionné mais, de mon point de vue, jamais sanctionné. Il dépose alors trois plaintes pénales, notamment pour diffamation. Nous sommes en 2002 et ma vie tourne au cauchemar. Je dois subir des expertises psychiatriques, que je vis comme un viol intérieur. Enceinte de jumeaux, je perds l’un des deux bébés et m’enfonce dans la dépression.

L’amour sans préavis

Dix ans de procédure n’ont abouti à rien, ni sur le plan pénal, ni sur le plan civil. Le seul point positif a été la rencontre avec mon avocat, qui est devenu mon second mari et le père de mes deux filles. C’est un cliché, mais il a été mon roc, mon sauveur. J’avais demandé expressément une femme pour me défendre dans cette affaire, mais c’est lui qui a pris en charge mon dossier et tout est allé très vite dans les démarches, je ne pouvais plus en changer. Mon premier époux n’a jamais compris la gravité de ce qui se passait dans cette école et ne me soutenait guère. Mon avocat aussi était marié, et père de famille, mais ça ne se commande pas, ce fut le coup de foudre.

Découverte par hasard, une lettre d'amour datant de 1958 a retrouvé ses propriétaires (toujours amoureux!)

Il m’a déclaré son amour et proposé de m’attendre un an. Il a été doux, gentil, m’a beaucoup écrit, des poèmes, des mots de réconfort alors que ma grand-mère espagnole adorée se mourait. Aujourd’hui, nous avons deux filles de 13 et 16 ans, et notre couple est solide malgré les circonstances qui ont marqué le début de notre histoire. Notre relation est basée sur un immense respect mutuel, une manière identique de fonctionner intellectuellement et le partage de nombreux centres d’intérêt. Il m’a épaulée jusqu’au bout, prêt à aller jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme, mais j’ai renoncé, lasse des procédures.

La vie reprend le dessus

J’ai continué à travailler jusqu’en 2010, mais malgré un congé sabbatique de 2 ans, ma santé n’a fait que décliner. Très amaigrie, souffrant de nombreuses douleurs physiques et d’hypoxie (je ne pouvais plus respirer), j’ai finalement été arrêtée en milieu d’année scolaire. J’ai passé ensuite deux ans à dormir pour récupérer. Finalement, l’écriture m’a aidée à relever la tête et j’ai décrit chaque étape de ce que j’avais vécu dans un livre.

Si j’ai pris la plume, c’est d’abord pour laisser une sorte de témoignage à mes filles, victimes collatérales de mon combat.

Ce n’est pas facile d’avoir une maman en mauvaise santé. L’aînée, surtout, est très craintive. Toutes deux ont peur qu’il m’arrive quelque chose. Je suis très vite fatiguée, des choses toutes simples me demandent beaucoup d’énergie.

Il y a aussi la villa des années 30 que j’ai achetée, il y a trois ans, dans la station balnéaire où je passais mes vacances enfant, près de Barcelone, et qui constitue une magnifique métaphore: c’était une ruine et c’est en la rénovant que je me suis reconstruite. Là-bas, à 80 mètres de la mer, j’ai également eu la chance de rencontrer, en voisin, un célèbre écrivain catalan, qui m’a prise sous son aile. Aujourd’hui, je m’accepte comme je suis, très fragilisée mais toujours debout. J’ai beaucoup perdu, mais je me suis aussi enrichie. Je le sais, près de la mer, j’écrirai encore.

Je reste toutefois consternée de voir qu’en Suisse, le harcèlement n’est pas pénalisé alors qu’il l’est en Espagne ou en France. Ici, malgré les récents scandales, il n’y a aucune volonté politique de protéger les femmes de ce type de comportements.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E12: Prendre soin de son couple quand on a des enfants

Dans ce 12e épisode destiné aux parents et aux futurs parents, la thérapeute de couple Anne-Dominique Spertini nous donne des clés et des conseils, destinés à concilier le rôle de «maman» ou de «papa» avec le rôle de conjoint. Rassurante et sincère, elle évoque l'importance de la communication (verbale et physique), la sexualité, la culpabilité, la fatigue et le manque de temps libre. Pour se rappeler qu'on ne peut faire davantage que de son mieux (et que la perfection n'existe pas!).

Dans vos écouteurs

E11: Apaiser son quotidien grâce au yoga

De sa voix chaleureuse et motivante, Julien Pidoux, journaliste et prof de yoga, nous rappelle l'objectif essentiel de la «boîte à outils» que nous offre cette discipline: cultiver le calme intérieur, remplir nos réserves de zen et de gratitude, afin de les emporter partout où nous choisissons d'aller. Il nous offre les clés nécessaires à débuter du bon pied (littéralement), ou à recentrer notre pratique pour n'en tirer que des bienfaits. Un moment zen, qui va vous donner envie de faire quelques salutations au soleil.

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.