Femina Logo

La question

Les femmes ont-elles généralement une libido plus faible que les hommes? Est-ce pour cela que nous sommes souvent considérés comme des addicts au sexe? (Ivan, 24 ans)

La réponse

Une chose est certaine, il y a aussi des femmes addicts au sexe… mais vous ne les avez peut-être pas identifiées car elles ont plutôt tendance à assouvir leurs pulsions en solitaire. Pourtant, elles existent et, comme les hommes dans le même cas, mettent parfois en danger leur bien-être professionnel et privé au travers de leurs comportements hypersexuels.

Cela dit, pour répondre à votre interrogation, le discours décrivant l’homme comme ayant plus de libido que la femme est encore assez répandu. Il est bien entendu généralisant et, à ce titre, faux. Le désir de la femme est moins visible, ou disons qu’une partie des organes étant internes, la femme peut ne pas décoder ses sensations comme de l’excitation sexuelle; elle n’exprimera donc pas forcément son désir car elle n’en sera pas consciente. Le désir féminin est encore réprouvé par la morale de beaucoup (combien de patientes disent ne pas se donner l’autorisation de se montrer désirantes!). Enfin, moins linéaire que celui de l’homme, il est influencé par les fluctuations hormonales qui jalonnent le cycle. Pourtant, si la femme écoute son corps et est réceptive à son imaginaire, si les conditions sont là pour répondre à ses besoins, elle éprouvera du désir bien au-delà des quelques jours de fertilité par mois!

Les complexités de la sexualité féminine (ou des sexualités féminines, puisque chacune est unique) sont ailleurs: dans l’importance du sentiment de désirabilité, dans l’accent mis sur l’émotion, dans la teneur de certains fantasmes, dans la réceptivité aux caresses périphériques, etc. La libido de base, elle, est individuelle et non pas fonction du fait d’être homme ou femme.

Un mystère de moins à percer, Ivan, mais sur les femmes vous en aurez certainement d’autres, et ces énigmes continueront à vous faire rêver!

Notre experte

Cette semaine, envoyez vos questions à Laurence Dispaux, psychologue-psychothérapeute FSP, conseillère conjugale FRTSCC, sexologue clinicienne ASPSC: laurence.dispaux@femina.ch


A lire aussi
Quand alcool, drogues et libido se mêlent
Spécial sexe: notre sondage-enquête sur la sexualité des Romandes

Sexo: il me demande de concrétiser ses fantasmes

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Avant la petite pause estivale du podcast, nous voulions vous remercier pour votre écoute et votre présence, toujours plus nombreuse! Dans cet épisode spécial, chacune d'entre nous interviewe l'autre quant à ses meilleurs souvenirs et anecdotes d'été... pour vous mettre dans l'ambiance des vacances.

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

S'il vous arrive d'angoisser à l'idée d'avoir contracté une maladie, avant de réaliser que vous vous êtes inquiétés pour rien, cet épisode est pour vous! Une psychologue nous parle de l'hypochondrie, de ses possibles causes, et nous propose des exercices destinés à l'enrayer, à raisonner notre cerveau inquiet et à interrompre les cycles de pensée anxieux. 

Avec le soutien du Groupe Mutuel

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina