sexo

    Comment gérer sa fertilité par la symptothermie?

    A l’occasion de la conférence «Cycle féminin & gestion de la fertilité» (le 18 mai 2016 aux HUG), animée par Valentina Salonna, l'experte en sexologie nous donne son éclairage sur la méthode de contraception naturelle qu'est la symptothermie. Explications.

    Publié le 
    13 Mai 2016
     par 
    Juliane Monnin

    FEMINA Qu’est-ce que la symptothermie?
    Valentina Salonna
    Cette méthode réunit toutes les connaissances du cycle féminin afin d'assumer une gestion naturelle de la fertilité. La symptothermie s’adresse à toutes les femmes et les hommes qui souhaitent acquérir les compétences pour gérer librement la contraception, y compris pendant l’allaitement, la préménopause, la planification et la conception d’un bébé.

    Pour moi, ce n’est pas juste une méthode de contraception, c’est un style de vie. Cela fait partie de mon éveil et de ma féminité. 

    Assumer sa fertilité, c’est un acte d’«autonomisation» qui permet de mettre son cycle hormonal au service de son quotidien.

    Est-ce que la méthode est comparable avec la technique du «calendrier» ou Ogino?
    L’Ogino, la méthode du calendrier ou des températures ne sont plus d’actualité, et surtout, elles n’ont jamais été fiables car elles ne prennent en compte que 1/3 des indices physiologiques de fertilité.

    Avec la symptothermie, on sort nettement du lot en offrant une vraie sécurité contraceptive en observant – sans prédictions ni calculs – l’évolution de la courbe de température, le changement de la glaire cervicale et le mouvement du col de l’utérus ainsi que sa texture. 

    La symptothermie moderne, comme on l’a mis au point aujourd’hui avec le didacticiel Sympto.org, est le résultat d’un travail de pionniers qui a été modélisé originairement dans les années 60 par le médecin autrichien J. Rötzer, à partir de l’observation de centaines de milliers de cycles féminins.

    Faut-il bien maîtriser son corps pour utiliser cette technique?
    Je dirais que c’est plutôt l’inverse. On apprend à bien connaître son corps, ses réactions, le stress, la joie, etc. Nous laissons le cycle participer activement à notre vie pour qu’il soutienne notre vitalité ainsi que notre système immunitaire. Malheureusement, dans l'inconscient encore aujourd'hui, nous avons cette croyance erronée, selon laquelle le cycle est là uniquement pour faire des bébés. 


    Getty

    A cause des dégâts de la pilule, du stérilet en cuivre et d’autres sortes de contraceptions hormonales ou mécaniques, nous sommes obligés de chercher la signification subtile du cycle menstruel. Nous vivons une période socio-anthropologiquement très intéressante, très innovatrice. La symptothermie est quelque chose d’encore assez récent dans l’histoire de l’humanité.

    Quels sont les avantages et les inconvénients à cette méthode?

    On a tout à y gagner, pourtant, l’ombre au tableau c’est qu’il faut arrêter de traiter sa fertilité comme une maladie.

    Devenir des expertes de son cycle nécessite une période d’apprentissage avant d’être totalement autonome. Ce n’est pas une pilule magique mais une connaissance à acquérir! Mon travail d’accompagnatrice et conseillère en fertilité consiste à redonner confiance à la femme en son corps et comment gérer la peur de tomber enceinte.

    L’inconvénient peut être aussi du côté des hommes. Ils doivent être prêts à ne plus pouvoir éjaculer à tout moment et à s’engager dans la gestion de la fertilité du couple. Ces derniers devront s’abstenir pendant les phases «fécondables», soit 1/3 de la durée du cycle.

    A-t-on une meilleure libido grâce à la symptothermie?
    De par mon expérience de suivi des femmes, beaucoup sont celles qui remarquent une nette différence avant et après une contraception chimico-synthétique ou mécanique. Je pense plutôt que cela dépend de la femme, de sa relation à son corps. La libido est dictée par tellement de paramètres! Je dirais que la pratique de la symptothermie nous permet de détecter les différences qualitatives et quantitatives de désir, mais je ne me sens pas de vous répondre oui de manière absolue.


    A lire aussi:
    Contraception: chérie, je prends la pilule
    Contraception en 2015: l’avis d’un spécialiste
    Contraception: le retour des méthodes naturelles


    Est-ce que cette «contraception» est fiable à 100%?

    La symptothermie sort de la catégorie des «alternatives à la pilule». Elle est fiable à 100% si on l’applique avec engagement.  Une fois qu’on l’a intégrée, cela fait partie de votre quotidien, que vous soyez en couple ou pas.

    Néanmoins, il convient de distinguer efficacité théorique et pratique. Un bon apprentissage et la rigueur de l’auto-observation garantissent la fiabilité de cette méthode. 

    Conseillez-vous la symptothermie à toutes les femmes?
    Clairement. Comme pour moi c’est une pratique de développement personnel, je forme les femmes qui sont encore sous pilule, sous stérilet aux hormones ou en cuivre. C’est un processus qui demande du temps et de la patience.


    Getty

    Selon vous, pourquoi on ne communique pas davantage sur cette alternative? Les gynécos n’en parlent, pour ainsi dire, jamais.
    J’ai l’impression qu’aujourd’hui on en discute de plus en plus. Les temps changent, nous sommes en transition vers une conscience plus vaste, même si la pharma se préoccupe davantage de la baisse de vente de contraceptifs.

    Pour les gynécos, comme vous dites: ce n’est pas leur travail! Le médecin est juste tenu d'informer la femme des avantages et désavantages de ce qu’il propose. C’est un positionnement éthique de la part du spécialiste. Mais je connais des gynécologues qui commencent à «oser» suggérer la symptothermie dans la panoplie de leurs contraceptions.

    Où peut-on se former à la symptothermie en Suisse?
    La Fondation Symptotherm à Lully, où je travaille, met à disposition son logiciel, sympto.org. A ma connaissance, il y a aussi un centre à Estavayer-le-Lac, la Dr Titiana Barras et le cabinet de médecine intégrative à Neuchâtel dirigé par la Dr Ombelli enseignent la méthode plus traditionnelle, dite «au manuel».

     

    Valentina Salonna est chercheuse ès Sciences de la Vie à la Faculté de biologie et médecine de l’UNIL auprès de l’Institut d’histoire de la médecine et de la santé publique (IUHMSP) du CHUV. Elle travaille par ailleurs comme yoga thérapeute, experte en sexologie thérapeutique et gestion de la fertilité.

    La conférence «Cycle féminin & Gestion de la fertilité», ouverte aux hommes et aux femmes, se déroulera le 18 mai à 20h aux HUG Genève. Elle précédera un atelier le 4 juin 2016. Toutes les informations sont sur le site de l'organisateur: l’association Co-Naître

     

    A lire également
    versailles série noémie schmidt henriette
    Camelia Sutra vous dit tout sur cette pratique sexuelle plus tendance que jamais.
    O
    Programmer dans son agenda des rendez-vous coquins? Une bonne astuce anti-routine.
    O
    Camelia Sutra conseille une jeune femme gênée par la taille de ses seins.
    O