Femina Logo

Interview

«Pas envie ce soir»: le consentement au sein du couple

Consentement au sein du couple

«En ce qui concerne le désir, j’ai bien été obligé d’entendre les témoignages qui reprennent parfois, c’est vrai, un certain nombre de poncifs tels que "les hommes ont plus de besoins". Il faut déconstruire ces stéréotypes, car les choses sont bien sûr plus complexes que cela.» - Jean-Claude Kaufmann

© Getty Images

Un sujet «explosif», nous dit-il. Le sociologue Jean-Claude Kaufmann s’est heurté à pas mal de réticences lorsqu’il a décidé d’aborder la question du consentement au sein des couples bien installés. Entre non-dits et fuite du désir, il lève le voile sur un véritable tabou dans son dernier livre, Pas envie ce soir (Ed. Les liens qui libèrent).

FEMINA On parle aujourd’hui beaucoup de cette notion de consentement à laquelle il faudrait sensibiliser les adolescents, mais les adultes sont-ils vraiment mieux armés?
Jean-Claude Kaufmann
Les adultes ont l’impression de comprendre, parce que l’idée semble simple: on dit oui ou on dit non à un rapport sexuel; or, les relations intimes, amoureuses, de séduction ne passent pas toujours par une conceptualisation et une parole très claires. Particulièrement dans le couple installé. Dans ce contexte, la question est extrêmement compliquée.

Comment s’exprime le consentement dans un couple de longue durée?
Il ne s’exprime pas tellement. Toutes sortes de cas de figure existent, mais il y a souvent un décalage des désirs entre l’un, qui a des envies et l’autre pas, ou moins, ou pas au même moment. Ce n’est pas systématiquement une opposition homme-femme, mais en moyenne l’homme a plus envie, plus régulièrement. Je ne peux pas vraiment chiffrer cela, car ma méthode est plutôt de type qualitative, mais sur la base de mes observations je dirais que dans environ 10% des cas, la femme a plus souvent envie que l’homme.

Ce n’est pas que la femme a moins de désir, mais son désir a tendance à s’affaiblir, voire à s’éteindre quand le couple s’installe dans ses meubles. C’est donc souvent de son côté à elle que se pose le problème de l’expression du consentement. J’évoque bien sûr la question terrible du viol conjugal, qui est une réalité, mais en dehors de ces situations dramatiques, le cas le plus courant concerne des femmes qui ne savent pas très bien si elles ont envie ou pas.

C’est-à-dire?
Elles ont tendance à attendre pour voir. Car parfois, si l’envie n’est pas présente au départ, elle peut se révéler après les premières caresses. Très fréquemment, il y a une petite insatisfaction: on n’a pas trop envie, il faut se forcer un peu, il peut y avoir un ou deux moments de plaisir ou d’absence de déplaisir, finalement ça ne coûte pas tant. Le réflexe premier est alors de refouler son insatisfaction.

C’est d’ailleurs la base du fonctionnement amoureux, on n’arrête pas de refouler son insatisfaction dans toute une série de domaines.

Prenez le partage des tâches ménagères. On est un peu mécontent parce qu’on en fait plus, mais on espère que, peut-être, le lendemain il y aura un apport positif agréable de la part de l’autre dans un autre domaine et qu’une espèce d’équilibre finira par s’installer. Si pour certaines femmes, le manque de désir sexuel révèle qu’elles ne sont plus très attachées à leur partenaire, une majorité déclare, au contraire, être attachées à l’amour, à la complicité, à la tendresse que leur couple partage au quotidien. Et elles n’ont pas envie de casser ce petit cocon. Alors, au moment de faire l’amour, elles prennent sur elles afin de ne pas briser ce qui leur paraît essentiel, cette entente.

L’habitude du silence, du refoulement, de l’insatisfaction s’installe ainsi sans que le partenaire le sache. Il y a énormément de non-dits, d’incompréhension mutuelle et d’ignorance de ce que pense le partenaire dans le fonctionnement conjugal. Beaucoup plus qu’on ne le croit.

Selon vous, une part du problème vient de l’illusion d’une égalité entre hommes et femmes sur cette question du désir. Vous parlez d’une «fable». Vous savez que vous allez en faire hurler plus d’une!
Oui. D’autant que je me range du côté des féministes, même si c’est plutôt du côté des féministes universalistes. Pour moi, il y a deux points de blocage dans l’égalité entre hommes et femmes: le partage des tâches ménagères et la sexualité. Sur le partage, il n’y a pas le moindre élément allant dans le sens d’une différence de nature entre hommes et femmes, ce n’est que le résultat d’une longue construction historique qui a abouti au fait que les femmes ont endossé un rôle lié à la famille et au ménage.

Mais sur la question du désir, j’ai bien été obligé d’entendre les témoignages qui reprennent parfois, c’est vrai, un certain nombre de poncifs tels que «les hommes ont plus de besoins». Il faut déconstruire ces stéréotypes, car les choses sont bien sûr plus complexes que cela.

Alors?
On sait que les femmes ont été façonnées historiquement pour ne pas exprimer leur désir. Au XIXe siècle, on leur demandait de se plier au devoir conjugal, si possible sans ressentir grand-chose. Les choses ont bien sûr changé depuis. Dans certains contextes, leur désir s’exprime et s’épanouit d’ailleurs de manière très forte; notamment lors des premières rencontres. Toutefois, dans le couple installé, c’est différent. On observe une différence de trajectoire des désirs, avec un désir masculin qui reste un peu mécanique quel que soit l’état de la relation, alors que ce n’est pas le cas du côté des femmes. Le désir a tendance à baisser, notamment avec l’arrivée de l’enfant, mais pas uniquement. Le fléchissement commence souvent avant. Il ne se produit pas chez toutes les femmes ni avec la même intensité, mais il y a sans doute une part de biologique là-dedans, même si cela est aussi lié au rôle de chaque sexe au sein du couple.

Si on vous suit, pratiquement tous les couples qui durent finissent par être confrontés à un décalage de leurs désirs?
Pas tous absolument. Mais il y a, en effet, très souvent un décalage. Disons que la plupart du temps, les gens font comme si ce problème n’existait pas. On n’a pas trop envie d’en parler. Que faire quand on constate qu’on n’a pas très envie mais que, finalement, en se forçant un peu, ça marche quand même, avec même un peu de plaisir à la clé? Ouvrir cette boîte noire, ça peut faire très peur. Cela cache de l’insatisfaction, de la souffrance parfois. Et les solutions pour résoudre ce problème sont loin d’être simples. Il faut de l’imagination, de la bonne volonté pour trouver de petits arrangements, mais ça reste compliqué. Surtout si on donne une symbolique fondamentale à la sexualité et que, du coup, ce qui ne fonctionne pas de manière idéale sur ce plan-là révèle un problème majeur du couple.

© Annie Spratt / Unsplash

La notion de devoir conjugal résonne comme quelque chose de très désuet, mais dans les faits beaucoup s’y plient?
Ce n’est pas le devoir conjugal du XIXe siècle, qui était un rôle contraint. Là, c’est consenti, accepté d’une certaine manière. D’où le problème: il y a rarement un non-consentement exprimé. Un certain nombre de femmes se soumettent et acceptent sans rien dire, alors qu’à la différence du XIXe siècle, elles auraient la possibilité de le faire. A une époque où la règle qui prévaut, c’est l’épanouissement personnel, elles devraient aller plus dans cette direction, sauf qu’il est très compliqué d’exprimer ces choses-là.

Qu’y a-t-il derrière le fait de ne pas verbaliser son non-consentement à un rapport sexuel? La peur de décevoir, la peur de rendre l’autre agressif, de l’inciter à aller voir ailleurs?
La peur de casser le couple. Ne rien dire fait partie de tous ces dons de soi auxquels on consent dans un couple. On n’a pas forcément envie de faire les tâches ménagères, mais on le fait quand même, on est parfois agacé par l’attitude de son partenaire, mais on accepte. C’est par cette acceptation, d’une certaine manière, qu’on va créer une atmosphère d’amour dans le couple, en espérant que l’autre, à son tour, donne de sa personne.

La base de l’amour, c’est le refoulement quotidien et le don de soi. Mais il arrive parfois qu’on dépasse les limites, selon le degré d’insatisfaction, voire de souffrance.

Un fatalisme ressort de certains de vos témoignages, un fatalisme qui pousse une moitié du couple à se forcer et une autre à se résigner…
Oui, c’est la version passive et négative de ce don de soi amoureux dont je parlais. On fait avec. Mais c’est un fatalisme teinté d’une envie de sauver l’amour. Sauver cet amour au quotidien, ce petit univers partagé qu’on a réussi à créer où l’on est bien, où l’on se sent bien et où l’on se fait du bien mutuellement. Avoir réussi à créer ce petit cocon, ça n’a pas de prix, ça vaut bien un certain nombre de sacrifices.

Dans le domaine de la sexualité, du côté des hommes et du côté des femmes, du côté de celui qui a plus envie et du côté de celui qui a moins envie, on accepte ce sacrifice, alors même que le discours ambiant sur la sexualité suggère quelque chose de très différent. En caricaturant un peu, ce serait plutôt si vous n’arrivez pas à vous réaliser pleinement avec votre partenaire dans ce domaine, il faudrait réfléchir sérieusement à vous séparer. Mais ce n’est pas ce que vivent les gens

Les hommes lient sexe et sentiments

«Ça a été une surprise!» s’exclame Jean-Claude Kaufmann. Contrairement à l’idée reçue selon laquelle les femmes associent plus volontiers sexe et sentiment que les hommes, l’enquête du sociologue apporte un éclairage un peu plus nuancé aux comportements intimes des uns et des autres.

«Chez les femmes, ce lien entre sentiment et sexualité correspond plutôt à un moment particulier de la relation, celui de l’amour-passion. C’est ça qui déclenche leur désir, alors que l’amour-complicité, l’amour-tendresse ne produit pas le même effet, explique-t-il. Les hommes, eux, ont une plus grande capacité à séparer sentiments et sexualité. C’est un stéréotype qui a une base de réalité assez nette.

Toutefois, dans le couple, les hommes – qui ont très souvent plus envie de sexualité que leur compagne – ne comprennent pas que celle-ci n’ait plus envie. C’est quelque chose qui les déstabilise. Ils sont déçus, interprètent cela comme un rejet – consécutif au fait qu’ils sont peut-être devenus moins attirants, mais ils y perçoivent aussi un affaiblissement de l’amour dans le couple.

Pour eux, cette baisse du désir est l’indicateur que quelque chose est en train de se déliter dans leur relation sentimentale, alors que pour les femmes pas du tout!

Elles disent qu’au contraire, elles restent très attachées à leur compagnon. Les hommes se trouvent dans une position très atypique, confortable aussi d’une certaine manière, puisqu’elle leur permet de dire: C’est au nom de l’amour, de notre relation que j’ai envie qu’on fasse plus souvent l’amour. Ils supposent que l’argument est imparable et ne comprennent pas que ça ne marche pas».

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

La Rédaction vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E47: Comment renouer avec nos passions

Dans vos écouteurs

E46: Comment renforcer notre système immunitare

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina