Femina Logo

sexo

La sexualité de nos aînés est-elle en péril?

Femina 06 Sexo Vie Sexuelle Aines
© Getty Images/Blend Images RM

La question

Avec l’âge, la ménopause ainsi que divers soucis de santé, notre couple et notre sexualité subissent coup sur coup les attaques du temps: moins de lubrification chez moi, troubles de l’érection chez mon mari, libido en berne… Devrait-on simplement renoncer? [Françoise, 66 ans]

La réponse

Votre couple a investi et nourri le domaine sexuel toutes ces années, quelle force! Face au temps qui passe, le duo le plus complice et solide peut se questionner sur ce qui l’attend sexuellement.

Ce que je crois comprendre dans votre question, c’est que les corps ne «suivent plus», que le vieillissement et les conditions médicales impactent le côté physique de votre sexualité. Certes, dans le désir sexuel, il y a la dimension biologique (qui est altérée par les modifications hormonales se produisant avec l’âge, ainsi que par certains cancers et autres maladies fréquentes chez les seniors), mais il y a également la dimension que je nommerais «motivation», ou «réceptivité».

Un exemple illustrant ceci: même une femme très jeune peut ne pas repérer en elle-même un quelconque désir si elle est fâchée contre son partenaire ou si elle souffre dans son image corporelle, alors que les éléments biologiques sont en ordre. A l’inverse, imaginons une femme plus âgée pour qui le facteur motivation-réceptivité viendrait compenser le facteur biologique fragilisé ou ralenti. Cette personne appréciera le rapprochement érotique même si son corps lui «parle» moins fort – et même sans ressentir un désir initial – pour autant qu’elle se sente séduite, belle aux yeux de son partenaire, et qu’elle voie positivement la sexualité. Il s’agira bien sûr d’adapter les pratiques selon les douleurs ou difficultés d’érection.


A lire aussi:
Quand amour ne rime plus avec désir
Ménopause: influence mineure sur les troubles sexuels
Les femmes n’aiment pas (trop) le Viagra


On le sait, le cycle de réponse sexuelle ne suit pas obligatoirement l’ordre linéaire «désir-excitation-orgasme». Plutôt que d’être transporté(e) de désir toute la journée, on peut décider d’être réceptif(ve) face à la séduction ou stimulation proposée par son partenaire, et alors survient l’excitation sexuelle. L’orgasme n’est pas nécessaire – et de loin pas – chez toute personne, et le désir vient parfois après l’échange («comme c’était agréable, comme je me sens aimé(e), je me réjouis de la prochaine fois!»).

Je vous souhaite de continuer à profiter de votre complicité sans viser une quelconque performance, tout en douceur.

Notre experte

Cette semaine, envoyez vos questions à Laurence Dispaux, psychologuepsychothérapeute FSP, conseillère conjugale FRTSCC, sexologue clinicienne ASPSC: laurence.dispaux@femina.ch

Podcasts

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.