Femina Logo

psycho

Comment les séries TV aident les psys

«The Big Bang Theory», «River», «Mr Robot», «Bron/Broen» ou encore «Sherlock», «Peaky Blinders», «Homeland», etc. Comme une épidémie, les troubles mentaux semblent frapper les héros de ces séries populaires – tous atteints de désordres divers et variés: schizophrénie, troubles du spectre autistique, stress post-traumatique, crises d'angoisse... Etonnant? Peut-être. Mais surtout réjouissant, notent de nombreux psychiatres qui voient ces productions comme de précieux auxiliaires.

Ainsi le Dr Christophe Debien et son collègue Geoffrey Marcaggi, deux psys de Lille qui postent sur leur page PsyLab des vidéos éducatives dans lesquelles ils décortiquent des extraits de séries afin de «démystifier la santé mentale» et de casser quelques clichés.

Déstigmatisation

Ainsi, aussi, le Dr Raphaël Gaillard. Professeur de psychiatrie à Paris et fou de séries, il notait récemment: «Ces dernières années, les scénaristes ont beaucoup progressé dans la manière de présenter les maladies mentales, ce qui aide énormément les patients.» D’abord, expliquait-il, ces figures d’identification que constituent des personnages fictifs permettent aux malades de réaliser qu’ils ne sont pas les seuls à souffrir de tel ou tel désordre. Ils sont ainsi souvent poussés «à faire des démarches pour retrouver des gens qui leur ressemblent et avec qui ils pourront se rassembler.» Ensuite, ajoutait Raphaël Gaillard, ces fictions «redonnent aux patients une image positive d’eux-mêmes». Il précisait: «Une héroïne bipolaire comme Carrie Mathison, dans «Homeland, montre que même si ce n’est pas facile, souffrir d’une maladie mentale n’est dans la plupart des cas ni dangereux (elle travaille pour la NSA) ni marginalisant si on est bien suivi médicalement. Mieux: cela peut même être un atout puisque lors de ses crises, Carrie est bien plus créative que ses collègues, ce qui lui permet de déjouer un projet d’attentat terroriste!»

Par ailleurs, relevait-il encore, cette mise en vedette de personnages atypiques sert aussi à faire prendre conscience aux sérivores que les maladies psys sont très courantes et, pour le coup, fait évoluer le regard porté sur les malades, les déstigmatisant: «Ces séries TV sont bien plus efficaces que n’importe quel autre moyen de comm', car elles humanisent la pathologie là où les campagnes de santé publique ne renvoient qu’à des statistiques et des symptômes.» Comme quoi, regarder des séries, c’est définitivement bon pour la tête…

Cillian Murphy dans la peau de James Bond?

1 / 8

Sam Gardner, héros de la série «Atypical», souffre de troubles du spectre autistique.

© Netflix
2 / 8

Sherlock Holmes, dans «Sherlock», souffre d'addictions et du syndrome d'Asperger.

© BBC
3 / 8

Carrie Mathison, héroïne de «Homeland», est bipolaire.

© ShowTime
4 / 8

L'héroïne de «Marcella», Marcella Backland, a des trous noirs liés à un stress

© Netflix
5 / 8

Saga Norén, enquêteuse de choc dans «Bron/Broen» souffre d'un syndrome d'Asperger.

© Ola Kjelbye
6 / 8

Tara, de «United States of Tara», a des personnalités multiples: mère parfaite, ado délurée, psy brillante...

© ShowTime
7 / 8

Dans «Mr Robot», Elliott Alderson est schizophrène.

© Universal Television
8 / 8

Shledon Cooper, personnage principal de «The Big Bang Theory», est atteint du syndrome d'Asperger.

© Warner Bros.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E10: Devenir plus optimiste pour vaincre les pensées négatives

Un train annulé, une dispute, une gaffe (monumentale) en pleine réunion: il n'est pas toujours facile d'éviter que les imprévus du quotidien ne gâchent notre journée. Pourtant, il est totalement possible de choisir tous les matins d'être de bonne humeur et ainsi mieux rebondir face aux obstacles de la vie. La psychologue Brigitte Favre nous aide à reprendre le contrôle, pour remplacer les soupirs par les fous rires.

Dans vos écouteurs

E9: Apprendre à se ressourcer pour éviter l'épuisement

Dans le rythme effréné que nous impose l'année 2019, il est de plus en plus facile de s'oublier... De la méditation à la culpabilité, en passant par le courage de dire «non», cet épisode aborde les obstacles mentaux au repos, ainsi que des manières de ralentir le rythme, le temps de reprendre pied et de respirer un bon coup.

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.