Femina Logo

news société

«Women’s March»: la manifestation a du plomb dans l’aile

Women’s March: la manifestation a du plomb dans l’aile

En 2019, plus d'une centaine d'associations, actives notamment auprès de la communauté LGBTQ, a refusé de se joindre à la manifestation.

© Getty

Pour montrer leur désaccord envers la politique de Donald Trump, des milliers de femmes étaient descendues dans la rue en janvier 2017. Toutes les villes américaines participaient alors au mouvement: au total, 3 millions de personnes avaient manifesté. Beaucoup d’entre elles portaient, en signe de ralliement, un «pussy hat» ou un symbole de couleur rose. En 2018, la marche a une nouvelle fois réuni féministes et anti-Trump. Mais cette année, rien ne s’est passé comme prévu.

Des propos antisémites non-condamnés

Plusieurs associations prenaient habituellement par au mouvement «Women’s March», lui donnant ainsi davantage de force et de visibilité. En 2019, plus d’une centaine d’entre elles ne se sont pas jointes à la manifestation. La raison? Les liens d’une des trois co-fondatrices de la marche avec Nation of Islam, un groupuscule antisémite et homophobe. Chicago et La Nouvelle-Orléans ont même décidé d’annuler totalement les rassemblements qui étaient prévus le 19 janvier 2019.

«Women’s March»: des manifestations géantes pour dire «stop» à Donald Trump

Pour continuer la lutte pour les droits des femmes, une seconde association a vu le jour, «March On». Et dans plusieurs villes, les deux rassemblements ont eu lieu simultanément. Mais le mouvement reste bien moins important qu’il y a un an ou deux, comme le souligne «Huffington Post»:

À New York, 100'000 personnes devaient participer au défilé de «March On» le long de Central Park, selon la police, soit moitié moins qu’un an plus tôt. L’autre rassemblement, soutenu par la «Marche», était beaucoup moins important.

Tamika Mallory et ses relations ambiguës

Depuis décembre 2018 et les révélations du «New York Times», la Women’s March semblait compromise. On apprenait alors que Tamika Mallory, l’une des fondatrices, avait assisté à un discours de Louis Farrakhan, leader de Nation of Islam. Ce dernier avait notamment affirmé:

«Les juifs sont responsables de toutes ces saloperies et ces comportements dégénérés créés par Hollywood, où les hommes deviennent des femmes et les femmes des hommes.»

Comme le note «Slate», «associer la haine des juifs à la transphobie et l’homophobie est l’une des spécialités de Farrakhan». Dieudonné et Alain Soral n’ont jamais caché leur inspiration pour celui qui n’a pas hésité à qualifier Hitler de «grand homme».

Un article paru dans «Tablet» a également précipité la chute de la «Women’s March» et la désinscription massive des sponsors, associations et politiques. Le média révélait que plusieurs organisatrices avaient tenu des propos antisémites lors d’une réunion. Invitée par ABC à venir donner son point de vue le 14 janvier 2019, Tamika Mallory a assombri le tableau. Elle a déclaré «ne pas être d’accord avec de nombreuses déclarations de M. Farrakhan». Lorsque la journaliste lui a demandé si elle condamnait ces dernières, la jeune femme s’est contentée de répéter qu’elle n’était «pas d’accord». Tamika Mallory avait également posté une photo de Farrakhan et elle sur Instagram en 2017. La légende?

«Dieu merci, cet homme est encore vivant et en bonne santé. C’est le meilleur de tous les temps.»


© Instagram tamikadmallory

Beaucoup de politiciennes attendues ont finalement décliné l’invitation, invoquant des conflits d’agenda. Les sénatrices Elizabeth Warren et Kamal Harris, deux démocrates potentiellement candidates à l’élection présidentielle de 2020, étaient absentes. Kirsten Gillibrand, qui a officiellement annoncé sa candidature, a défilé dans l’Iowa, insistant bien sur le fait que la manifestation avait été instaurée par une branche locale indépendante du comité national. Alexandria Ocasio-Cortez a, quant à elle, prononcé un vibrant discours à New York, rappelant que le féminisme était l’affaire de tous. En signe d'unité, elle s'est exprimée à deux reprises, dans le cadre de «March On» et de «Women’s March»:

La justice n’est pas un concept qu’on lit dans un livre. La justice concerne l’eau que nous buvons. La justice concerne l’air que nous respirons. La justice concerne à quel point il est facile de voter. La justice concerne le salaire que les femmes touchent.

Journée internationale des droits des femmes: 10 idées pour s’engager en Suisse

Podcasts

DANS VOS ÉCOUTEURS

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

DANS VOS ÉCOUTEURS

E5: Adopter le rythme sportif qui nous convient pour booster notre forme

Ne pas faire de sport pendant 3 semaines ou préférer trois mini-séances de 10 minutes plutôt qu'un cours complet, ce n'est PAS GRAVE: et c'est une coach qui nous le dit! (Adios, culpabilité!)

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.